08/05/2008

Tuung, This is the kit, Cafeneon @ Nuits Botanique

« Ça y est, c’est parti ! Les examens ?! Non, les Nuits Botanique… »

 

Même si cette année la programmation n’est pas des plus extraordinaires, les Nuits Botanique se sont imposées comme étant l’un des festivals belges les plus intéressants du printemps. Bon, c’est vrai qu’il n’y en a pas des masses non plus, mais quand même, ça reste très intéressant. Et puis, en cette soirée d’ouverture, c’était l’occasion pour moi d’enfin découvrir sur scène les londoniens de Tunng. Des londoniens qui ne devraient pas vous être inconnus puisque je vous en avais parlé ici et .

 

20h. Dans une Orangerie qui peine à se remplir, c’est This is The Kit (http://www.myspace.com/thisisthekit) qui se lance. Seule le temps de deux morceaux, la jeune demoiselle est rapidement rejointe sur scène par son mari. Les sonorités de ces deux anglais (s’exprimant parfaitement en français) s’inscrivent dans la plus pure tradition folk acoustique. Les personnages sont quant à  eux un peu perdus et surtout terriblement maladroits dans leur façon d’être. Ils sont néanmoins attachants (un peu) et excellents musiciens. C’est mignon, calme, reposant mais… endormant et très vite lassant. C’est gentil, beaucoup trop gentil, et j’aurai aimé un peu d’énergie et de folie en tant que première partie de Tunng.

 

Tunng


De l’énergie et de la folie, ce n’est pas ce qui manque chez les gars de  Cafeneon (http://www.myspace.com/cafeneon), intermède belge entre les deux groupes anglais de la soirée. En voyant le nombre de musiciens et le bordel qu’ils déploient sur scène, je comprends mieux le choix dans la programmation des les faire passer après This is The Kit. Bien que ce soit chanté en français, c’est intéressant et ça mérite le coup d’œil. L’ambiance prend rapidement des allures electro-rock très plaisantes et on sort vite du sommeil procuré par le groupe précédent. Au-delà des paroles à peine perceptibles et incompréhensibles, c’est l’aspect instrumental et musical qui donne toute sa puissance au groupe. Une ampleur nettement moins perceptible sur les morceaux studio du groupe. Le groupe en viendra même à avouer que « C’est un peu moins foutoir sur disque »… dommage ça risque du coup de les rendre moins intéressants… En tout cas, Cafeneon est vraiment un groupe très sympathique qui fait parti des belles surprises de la soirée.

 

22h déjà, les voilà qu’ils débarquent, les six membres de Tunng (http://www.myspace.com/thisistunng). Contrairement à Cafeneon, le bordel que Tunng déploie sur scène est entièrement sous contrôle. Un peu trop d’ailleurs. Et je n’y ai pas retrouvé l’aspect psyché/déganté que j’imaginais dans l’esprit du groupe. Là, aussi c’est très sage. Ils sont quatre à s’attaquer de front à la salle. Quatre micros. Trois gars et une fille. Trois guitares en bois et un coffre à jouets. Tout au long du set, ils tambourinent du pied, ils chantent en chœurs et l’harmonie entre eux est aussi évidente que parfaite. La magie prend facilement. Derrière eux, deux autres musiciens bricoleurs s’occupent d’ajouter sur les sonorités acoustiques des premiers toute sorte de sons, divers et variés, qui viennent former l’univers de Tunng. C’est un plaisir de retrouver Take, Bullets ou encore Soup. Mais, malgré l’énergie déployée sur ce dernier morceau, le concert n’a jamais réellement décollé et est resté un peu trop gentillet. Ça reste néanmoins un très bon moment et une excellente soirée musicale au Botanique.

 

Tunng (2)


 
23h30. Il est temps de quitter les lieux pour y revenir d’ici moins de 24h avec au programme : Why ?, Xiu Xiu, Black Mountain et Archie Bronson Outfit. D’ici-là, portez-vous bien.

27/03/2008

Tunng – The Pioneers

Tunng1

Tunng – The Pioneers

 

Il y a quelques mois, je vous avais fait part de mon coup de cœur pour les londoniens de Tunng (ICI). Dans les commentaires, Manu m’avait devancé et vous avait lâché le morceau : « Sorti un peu plus tôt, l'EP "The Pionneers" reprend également une cover du morceau éponyme de Bloc Party et "Pool beneath the pond", soit tout simplement deux des meilleurs de Tunng. »

 

Ça a tardé, beaucoup tardé, et peut-être même que vous ne vous souvenez plus de Tunng… Mais qu’importe, ils sont toujours aussi bons, et surtout ils sont de retour en Europe. Pour fêter cela et pour vous donner envie d’aller les voir en concert, rien de tel que cette splendide reprise de Bloc Party : The Pioneers. Une interprétation aussi bien originale qu'entrainante. A découvrir de toute urgence.   

La prochaine tournée de Tunng passera, entre autres, par Bruxelles, Tourcoing et Paris.

 

Dans le cadre des Nuits Botanique, Tunng sera en concert le 7 mai à l’Orangerie du Botanique et quelque chose me dit que je serai de la partie.

 

 

Les Paroles :

 If it can be broke then it can be fixed
It if can be fused then it can be split
It's all under control (x4)

If it can be lost then it can be won
If it can be touched then it can be turned
All you need is time (x4)
All you need is

If it can be broke then it can be fixed
It if can be fused then it can be split
It's all under control (x4)

If it can be lost then it can be won
If it can be touched then it can be turned
All you need is time (x4)
All you need is

We promised the world we'd tame it,
What were we hoping for? (x2)

A sense of purpose and a sense of skill
A sense of function but a disregard
We will not be the first (x4)
You said you were gonna conquer new frontiers
Go stick your bloody neck in the jaws of the beast

We promised the world we'd tame it,
What were we hoping for?
We promised the world we'd tame it

Breathe in, breathe out
Breathe out, breathe in
Breathe in, breathe out
Breathe out, breathe in
Breathe in, breathe out
Breathe out, breathe in
Breathe in, breathe out
Breathe in

So here we are reinventing the wheel
I'm shaking hands with a hurricane
It's a colour that I can't describe
It's a language I can't understand
Ambition, tearing out the heart of you
Carving lines into you
Dripping down the sides of you

We will not be the last. (x7)

 

 


 

 

Après le Danemark il y a quelques mois, mon tour de l’Europe continue. Dans quelques heures, je décolle pour Varsovie. Je serai très bientôt de retour avec de nombreux articles. D'ici-là, portez vous bien.  

19/01/2008

Tunng - Good Arrows

tunng

Tunng – Good Arrows

 

Difficile de déjà émettre un avis sur les groupes ‘indie’, découvertes ou confirmations, qui feront l’année 2008. Heureusement, 2007 a été très riche, tellement riche que je suis passé à côté des londoniens de Tunng. Alors pour patienter, je vous propose de partir à la découverte de leur troisième album ‘Good Arrows’, un merveilleux disque pop-folk, sorti en 2007 mais que j’ai découvert il y a juste quelques semaines. Attention, Gros Dossier.

 

Rarement, j’ai trouvé un album pop aussi plaisant, varié, joyeux et inventif. Tunng l’a fait, et ce, dans la plus pure tradition ‘indie’. Des mélodies, des chœurs, des guitares souvent, des percussions, des claviers, quelques restes électroniques et surtout de nombreux bruitages maisons (un peu comme I’m From Barcelona le fait avec des ciseaux ou encore des bananes).

L’entrée en matière est splendide et magistrale avec Take qui, à mon goût, est l’un des meilleurs morceaux de cet album. Dans la continuité de celui-ci, Bricks le suit et reprend la même formule gagnante. Hands est, quant à lui, un morceau beaucoup plus calme et posé.

 

Vient ensuite le premier single extrait de cet opus, Bullets. La formule est un peu différente avec cette piste de six minutes, c’est du moins ce que la première minute pourrait laisser penser avec une intro uniquement piano-voix. C’était sans compter la capacité de Tunng à trimbaler l’auditeur dans d’incroyables et merveilleuses balades pop. Après ce single (qui n’en a pas vraiment l’air), place à Soup, sorte d’interlude instrumental, qui démontre parfaitement à quel point ces londoniens manient habillement les mélodies. S’ensuit six autres morceaux qui, comme les cinq premiers et tel une liste de course, reprennent la formule ‘Un mot par morceau’ : Spoons, King, Arms, Secrets, String, Cans.

 

Quelques mots synonymes de la simplicité et de l’apparente légèreté du groupe. Derrière eux, se cache pourtant un album exceptionnel, intelligent et ingénieux.

 

A noter que le groupe se (re)lance dès le mois de février dans une tournée européenne comportant quatre dates françaises (Vendôme, Paris, Lyon, Mulhouse) mais aucune en Belgique… Dommage… Je les ai ratés alors qu’ils étaient à l’AB fin 2007… C’est là mon seul regret, devoir attendre avant de les voir repasser en Belgique… mais au vu de la qualité de cet album, ils sont largement pardonnés.

 

Le Clip de Bullets :  

 

 

Take en acoustique lors d’une BBC Session :