08/05/2008

Tuung, This is the kit, Cafeneon @ Nuits Botanique

« Ça y est, c’est parti ! Les examens ?! Non, les Nuits Botanique… »

 

Même si cette année la programmation n’est pas des plus extraordinaires, les Nuits Botanique se sont imposées comme étant l’un des festivals belges les plus intéressants du printemps. Bon, c’est vrai qu’il n’y en a pas des masses non plus, mais quand même, ça reste très intéressant. Et puis, en cette soirée d’ouverture, c’était l’occasion pour moi d’enfin découvrir sur scène les londoniens de Tunng. Des londoniens qui ne devraient pas vous être inconnus puisque je vous en avais parlé ici et .

 

20h. Dans une Orangerie qui peine à se remplir, c’est This is The Kit (http://www.myspace.com/thisisthekit) qui se lance. Seule le temps de deux morceaux, la jeune demoiselle est rapidement rejointe sur scène par son mari. Les sonorités de ces deux anglais (s’exprimant parfaitement en français) s’inscrivent dans la plus pure tradition folk acoustique. Les personnages sont quant à  eux un peu perdus et surtout terriblement maladroits dans leur façon d’être. Ils sont néanmoins attachants (un peu) et excellents musiciens. C’est mignon, calme, reposant mais… endormant et très vite lassant. C’est gentil, beaucoup trop gentil, et j’aurai aimé un peu d’énergie et de folie en tant que première partie de Tunng.

 

Tunng


De l’énergie et de la folie, ce n’est pas ce qui manque chez les gars de  Cafeneon (http://www.myspace.com/cafeneon), intermède belge entre les deux groupes anglais de la soirée. En voyant le nombre de musiciens et le bordel qu’ils déploient sur scène, je comprends mieux le choix dans la programmation des les faire passer après This is The Kit. Bien que ce soit chanté en français, c’est intéressant et ça mérite le coup d’œil. L’ambiance prend rapidement des allures electro-rock très plaisantes et on sort vite du sommeil procuré par le groupe précédent. Au-delà des paroles à peine perceptibles et incompréhensibles, c’est l’aspect instrumental et musical qui donne toute sa puissance au groupe. Une ampleur nettement moins perceptible sur les morceaux studio du groupe. Le groupe en viendra même à avouer que « C’est un peu moins foutoir sur disque »… dommage ça risque du coup de les rendre moins intéressants… En tout cas, Cafeneon est vraiment un groupe très sympathique qui fait parti des belles surprises de la soirée.

 

22h déjà, les voilà qu’ils débarquent, les six membres de Tunng (http://www.myspace.com/thisistunng). Contrairement à Cafeneon, le bordel que Tunng déploie sur scène est entièrement sous contrôle. Un peu trop d’ailleurs. Et je n’y ai pas retrouvé l’aspect psyché/déganté que j’imaginais dans l’esprit du groupe. Là, aussi c’est très sage. Ils sont quatre à s’attaquer de front à la salle. Quatre micros. Trois gars et une fille. Trois guitares en bois et un coffre à jouets. Tout au long du set, ils tambourinent du pied, ils chantent en chœurs et l’harmonie entre eux est aussi évidente que parfaite. La magie prend facilement. Derrière eux, deux autres musiciens bricoleurs s’occupent d’ajouter sur les sonorités acoustiques des premiers toute sorte de sons, divers et variés, qui viennent former l’univers de Tunng. C’est un plaisir de retrouver Take, Bullets ou encore Soup. Mais, malgré l’énergie déployée sur ce dernier morceau, le concert n’a jamais réellement décollé et est resté un peu trop gentillet. Ça reste néanmoins un très bon moment et une excellente soirée musicale au Botanique.

 

Tunng (2)


 
23h30. Il est temps de quitter les lieux pour y revenir d’ici moins de 24h avec au programme : Why ?, Xiu Xiu, Black Mountain et Archie Bronson Outfit. D’ici-là, portez-vous bien.