22/06/2014

Avant Rock Werchter, découvrez Interpol en concert live vidéo

2014 sonne le retour des new-yorkais d'Interpol. Leur cinquième album "El Pintor" est attendu pour le 9 septembre prochain. En attendant, quelques grosses dates attendent le groupe : Glastonbury en Angleterre, Rock A Field au Luxembourg, Roskilde Fest au Danemark, ou encore Rock Werchter le 6 juillet prochain en Belgique.

Depuis quelques semaines, lors de leurs concerts, Interpol a déjà commencé à faire découvrir aux fans quelques morceaux du nouvel album comme My Desire ou All the Rage Back Home.

Vendredi, ils jouaient au festival Best Kept Secret Festival au Pays-Bas et leur concert a été filmé et diffusé à la TV hollandaise.

A quelques jours de leur concert ultra-soldout à Werchter, découvrez donc en vidéo le set qu'ils devraient proposer :

Setlist :

Say Hello to the Angels
Evil
C'mere
My Desire
Hands Away
Not Even Jail
Obstacle 1
NYC
Anywhere
Narc
Take You on a Cruise
All the Rage Back Home
PDA
Slow Hands

Une setlist en forme de best-of qui nous ramène 10 ans en arrière avec de 6 morceaux extraits du chef d’œuvre inégalé d'Interpol, l'album Antics. A partir de 36'48, on y retrouve par exemple le splendide enchaînement Narc et Take You On A Cruise. Perso, ça me fout la chaire de poule et ça me rappelle la première fois que je les ai vus en concert aux Eurockéennes 2005 (dont le concert complet est également en vidéo).

13/11/2007

The National @ Ancienne Belgique

National1


The National @ Ancienne Belgique

 

Today you were far away
and I didn't ask you why
What could I say
I was far away
You just walked away
and I just watched you
What could I say

 

 

Chronique imparfaite d’un concert parfait.

 

Découvert au début de l’année 2007 par l’album Boxer, The National fut ma révélation 2007… ma révélation de ce début de troisième millénaire.Ma première rencontre avec le groupe, lors du Dour Festival 2007, m’avait laissé quelque peu perplexe. Leur passage en salle à l’Ancienne Belgique était l’occasion d’oublier tout ça, de repartir à zéro et de pouvoir apprécier le groupe sur scène à sa juste valeur. Somptueux.

 

La première partie est assurée par un canadien mi-ours mi-cowboy,  mi-bucheron mi-Damien Rice, mi-comique mi-romantique, au capital sympathie énorme, Hayden. Seul sur la grande scène de l’AB, il ne quitte jamais son harmonica (ni son humour), qu’il soit au piano ou à la guitare. Ses folks songs sont justes et efficaces. Un bon concert.

 

Un de ces gens qui compose inlassablement des chansons folk tous seuls à la guitare dans leur chambre, qui ne cherchent pas à changer la face du monde, ni même du rock, et qui se foutent de ne pas être foncièrement révolutionnaires. Conteur prolixe d’historiettes véritables ou imaginaires, l’homme manie l’humour et la dérision avec une simplicité réellement désarmante.

 

21h. Place à la perfection d’un concert.

 

Le groupe The National nous offre une impressionnante série de perles musicales, orchestrées par le chanteur Matt Berninger accompagné des frères Dessner et Devendorf. Leurs racines musicales sont issues tant de la scène américaine que du postpunk, alors que l'on trouve parmi leurs influences des artistes tels que Leonard Cohen, Joy Division ou encore Wilco. Leur son rock navigue entre acoustique country-folk et électrique indie rock, créant de riches textures pour la voix profonde du chanteur. Un univers singulier pour des chansons simples. Une écriture élégante, exigeante.

 

Une heure quarante de perfection. La  perfection de six artistes américains et de leurs compositions. La perfection de leur setlist. La perfection de l’univers construit et développé par le groupe. La perfection des sonorités et de l’association de nombreux instruments. La perfection de l’éclairage. La perfection d’une place dans les premiers rangs. La perfection dans la façon de Matt Berninger d’interrompre le concert pour enrouler ses souliers de papier collant pour ne pas glisser sur la scène. La perfection lorsque le groupe est rejoint sur scène par trois trompettistes bruxellois pour Racing Like A Pro, Ada et Fake Empire. La perfection de la fin de concert avec trois anciens morceaux : Mr. November, Virginia, About Today. La perfection dans la générosité des six membres du groupe.

 

National2


 

La Setlist :

 

Start a War
Mistaken for Strangers
Secret Meeting
Brainy
Baby We'll Be Fine
Slow Show
Squalor Victoria
Abel
All the Wine
Racing Like A Pro
Ada
Geese
Apartment Story
Daughters
Fake Empire

Green Gloves
Mr. November
Virginia
About Today

 

La perfection le temps d’une soirée.

 

Reste la perfection des souvenirs, de leur dernier album ‘Boxer’ aussi.

 

National3


   

Looking for somewhere to stand and stay
I leaned on the wall and the wall leaned away
Can I get a minute of not being nervous
and not thinking of my dick
My leg is sparkles, my leg is pins
I better get my shit together, better gather my shit in
You could drive a car through my head in five minutes
from one side of it to the other

 

 

Il y a quelques mois, j’avais tant bien que mal essayé de vous faire découvrir et apprécier le groupe… sans grand succès… Voici quelques petites vidéos pour ceux d’entre vous qui souhaiterez retenter l’expérience 

 

 

05/06/2007

Just Jack en concert privé @ L’Ancienne Belgique

JustJack

Just Jack en concert privé @ L’Ancienne Belgique

 

Lundi 4 Juin 2007, 20h. Just Jack nous invite à sa boum… enfin c’était son concert privé mais ça avait tout pour ressembler à une boum. Vous savez le genre de boum quand on a 15 ans … ou alors le concert d’un bal de fin d’année… je ne sais pas trop… En tout cas, les principaux éléments y étaient : des jeunes filles, une petite salle, de l’alcool et un bar, et pour finir, un groupe sympa avec quelques tubes et même un slow. 

 

Alors que je m’attendais à me retrouver dans la salle principale de l’AB entouré d’au moins 500 personnes, nous voila lancés dans les couloirs de l’AB pour atterrir dans une minuscule salle. Surprenant. La température ambiante y est agréable, le sol est recouvert de parquet et au fond de la salle, enfin à 10m de la scène, le bar. On se croirait dans un club de vacances dans lequel, je l’avoue, on se sent particulièrement bien et à l’aise.

 

En jetant un œil sur la scène, ceux qui s’attendaient à voir juste Jack, comprendront vite que Jack n’est pas seul mais qu’il est accompagné de ses amis, quatre musiciens plus ou moins talentueux, et d’une demoiselle pour les chœurs. Tout semble prêt mais pourtant le petit bonhomme se fait désirer… Le temps de boire une bière, de discuter, de faire les concours, (de se faire photographier) et d’observer. Au programme, quelques pseudo-groupies au premier rang, un public d’une centaine de personnes, assez jeune quoique… Un public varié, peu de connaisseurs et peu de fans mais principalement des gagnants de concours. Et finalement, un public qui ne se débrouille pas si mal et une ambiance sympathique s’instaure rapidement.

Le temps d’observer la tracklist aussi. 11 morceaux au programme, ce ne sera pas très long…

Le temps d’observer que je suis le seul mec du premier rang… machin bazar…

 

20h50, après une courte (et amusante) présentation promotionnelle, Just Jack alias Jack Allsopp monte enfin sur scène. Souriant, ce petit anglais de 24 ans se présente dans un français hésitant. Malheureusement (pour les francophones), on lui indiquera rapidement qu’il y a une majorité de non francophones dans la salle (pour ne pas dire flamands) et ce sera ses seuls mots en français de la soirée…    

 

La musique de Just Jack pourrait être qualifié de « pop-groove-électro-soul», un mélange difficile à qualifier à vrai dire…Certains morceaux sont très peu entraînants et ne reposent que sur les textes de Jack et pour faire simple, sont plutôt à résonance hip-hop.  Par contre pour d’autres, tous les instruments occupent une place importante et le rendu est alors beaucoup plus dynamique.

Just Jack, c’est assez varié et assez sympa. Just Jack, c’est un gars souriant et attachant avec un petit air émerveillé. Just Jack, c’est le gars qui est venu jouer pour la boum de ce soir.

 

Evidemment, tout le monde attendait son tube « Starz in their eyes » mais puisqu’il se trouve en dernier sur la setlist, il fallait bien patienter… Pour ça, Just Jack nous propose des morceaux variés bien que pas toujours très palpitants. Parmi ses 11 morceaux, trois me plaisent particulièrement: « Writers Block, Goth in The Disco et l’inévitable single « Starz in Their Eyes ». Il nous présente « Goth in The Disco » comme un morceau exclusif pour nous ce soir, d’une rareté absolue puisqu’il ne se trouve sur aucun de ses deux albums… bon je savais bien que ce morceau était chaque soir de sa tournée exclusif mais ce que je ne savais pas c’est que ce morceau est extraordinaire. Jack ne devrait d’ailleurs pas trop tarder à le sortir car c’est un futur hit. Un son électro imparable pour ce qui est à mon goût le meilleur morceau de son set.

Avec « Disco Friends » nous voici déjà à l’avant dernier morceau, un genre de slow time pour clôturer la boum, un bisous puis il est déjà 22h, le temps de rentrer...

Mais Jack, comme lors de tous ses concerts, veut nous voir partir avec la pêche et une mélodie entêtantes dans les oreilles : Place à « Starz in their eyes ». L’ambiance atteint son apogée et ce morceau clôture (et sauve par la même occasion ?) ce set d’à peine une heure.

 

Un moment et un personnage bien sympathique et deux morceaux à voir ou écouter absolument « Goth in the disco » et « Starz in their eyes ». 

A noter que Just Jack sera (encore !) de retour en Belgique, ce sera le 16 août au Pukkelpop.

 

Just Jack, c’était Juste sympa…

 

Just Jack Setlist