30/05/2007

Architecture in Helsinki @ Botanique 29/06/2007

HiH

Mardi 29 Mai 2007. PureFm m'invite pour ce qui sera certainement ma dernière soirée de la saison au Botanique. Et dans le programme assez vide de cette fin de saison, il restait un groupe que j'avais bien envie de découvrir sur scène: Architecture in Helsinki.

 

Comme leur nom ne l'indique pas, ils sont… australiens.

Comme les infos sur le net ne l'indiquent pas, ils sont 6 sur scène (et non 8)

Comme la rumeur ne l'indique pas, ces australiens et leur musique n'ont rien à voir avec les suédois de « I'm from Barcelona ».

 

20h. Le Botanique est loin de l'agitation qui peut parfois l'envahir. La fin de saison se fait sentir. Les étudiants sont en examens, les Nuits Botanique sont terminées, les groupes finissent leurs tournées et pensent déjà à préparer les festivals d'été.

Qu'importe, c'est avec plaisir et impatience, accoudé à la scène, que j'attends de voir ce que 'Architecture in Helsinki' a dans le ventre.

20h30. Le groupe monte sur scène. Pas de première partie au programme et une Orangerie loin d'être comble.

En face de nous, des australiens bien peu communicatifs ou démonstratifs. La simplicité, les Nike et les Converse sont de rigueur. Le groupe semble assez fatigué … et en 1h leur set est bouclé. Parmi les six membres sur scène, deux sont totalement effacés et hors de leur sujet ; quant aux autres, ils font leur possible pour rester éveiller et pour nous tenir éveiller par la même occasion en passant constamment d'un instrument à l'autre. Ce sera finalement une chose plutôt bien réussie.

 

Leurs morceaux sont rapides, variés, expérimentaux et se laissent facilement écouter. J'avais pu lire à leur sujet qu'on pouvait les comparer à un groupe de potes musiciens enfermés dans un magasin de musique et essayant tous les instruments ce qui donne un magnifique bordel. Et c'est vrai qu'il y en a beaucoup des instruments sur scène mais ce sont surtout les percussions qui sortent de lot et qui occupent une place très importante Des sonorités simples mais recherchées, électroniques mais pas trop, des musiciens talentueux mais assez discrets, un style musical difficile à définir, un fourre-tout impressionnant, aux influences pop, mais prenant aussi d'autres sonorités totalement différentes sur certains morceaux. Des morceaux qui s'enchaînent rapidement et qui sont assez variés et étonnants pour ne pas nous laisser nous embêter.

 

Un son original, sympa et surprenant. Par contre au niveau de l'ambiance et de la présence, on est loin du bordel que 'I'm from Barcelona' avait foutu dans la même salle il y a quelques mois.

Une soirée loin d'être inoubliable mais cependant très sympathique et qui tiendra son rôle, celui de la détente et de la découverte durant une session d'exam.

 

On ne demande rien de plus, si ce n'est de les revoir sur scène lors d'un festival estival où le groupe devrait pouvoir ravir les foules et surtout prendre une ampleur supplémentaire que ce mardi soir au Botanique. C'est en tout cas l'impression qu'ils m'ont donné.

 

Architecture in Helsinki sera le jeudi 16 août au Pukkelpop. La sortie de leur prochain album est aussi prévue pour le courant du mois d'août. On en reparlera… ou pas…

 

05/05/2007

Francofolies de Spa 2007 : l’affiche complète

FF_366x150


Francofolies de Spa 2007 : l’affiche complète.

 

Du 18 au 22 Juillet 2007 auront lieu les traditionnels Francofolies de Spa.

Pas de grande surprise dans l’affiche, avec 3 catégories. Dans la première, les têtes d’affiches qui se produiront sur la Scène Pierre Rapsat (une scène qui ne porte pas le nom d’une marque, voila qui fait le plus grand bien) avec entre autre au programme : Pascal Obispo, Zazie, Voulzy, Renaud ou encore Patrick Bruel. Dans la deuxième catégorie, on y retrouve des nombreux artistes, débutants ou confirmés, de la scène belge et française : Kaolin, Montevideo, Abd Al Malik, Tété, Les Wampas, Arno, Elodie Frégé, Emilie Simon,…

Et finalement, n’oublions pas la scène électro et les soirées DJ avec Cosy Mozzy & Co.

 

Toutes les infos sont sur www.francofolies.be

 

Leur site est loin d’être bien foutu et y trouver des infos est aussi compliqué que de s’y retrouver dans leur affiche et leur grille. Un bordel magnifique. Heureusement pour vous, j’en ai retranscrit l’intégralité. (enfin pas sûr que ce soit plus clair). Par contre concernant les prix, rien de bien clair, apparemment la simplicité n’existe plus. Le seul moyen : aller surfer sur Sherpa (http://www.sherpa.be/SearchTicket/ListCity.aspx?City=Spa). Bonne chance.

 

Concernant mon avis perso sur le festival, je ne suis jamais allé alors je compte sur vous pour me décrire le déroulement et l’ambiance là-bas. Concernant la programmation… machin bazar…

 

Mercredi 18 Juillet :

 

-         Village Francofou :

 

Scène Proximus : Blush, Maxi. Kouette, Kaolin, Jean-Louis Murat, Cassius

Scène Fnac : Minerale, Showstar, Montevideo, Superlux

Dôme Fortis : Soraya, Arker, Tété

 

-         Grande Salle Du Casino : Sacha Toorop, Arno

-         Petit Théâtre de Randstad : Tar One, Abd Al Malik

-         Salon Bleu : Les ateliers chansons, Elisa Tovati

-         Le Lido : Compuphonic, Cosy Mozzy

 

Jeudi 19 Juillet :

 

-         Scène Pierre Rapsat : Patxi, Gabriel Rios, Pascal Obispo

-         Village Francofou :

 

Scène Proximus : Respectables, Oscar Wallas, Les Slip’s, Les Wampas, Sttellla

Scène Fnac : Renan Luce, Dom Tom Folies, Clarika, Daan

Dôme Fortis : Vincent Delbushaye, Alix Leone, Mes Aieux

 

-         Grande Salle Du Casino : Solaris, Rose, Maurane

-         Petit Théâtre de Randstad : Philippe Tasquin, Nilda Fernandez

-         Salon Bleu : Dimitri, Serge Utge Royo

-         Le Lido : Dj Whizz, Fabrice Lig

 

Vendredi 20 Juillet :

 

-         Scène Pierre Rapsat : Sharko, Ozark Henry, Zazie

-         Village Francofou :

 

Scène Proximus : Trezn Adrienne Pauly, Daran, Aldebert, Zita Swoon

Scène Fnac : Esthen, Such A Noise, My Little Cheap Dictaphone, Milk

Dôme Fortis : Charline Rose, Elodie Frégé, Jeanne Cherhal

 

-         Grande Salle Du Casino : Pablo Andres, Akro, La Caution, TTC

-         Petit Théâtre de Randstad : Cloé Du Trèfle, Yves Simon

-         Salon Bleu : Mahel’m, Michel Desaubies

-         Le Lido : Xentrix, Digital Coalition, Psychogène

 

Samedi 21 Juillet :

 

-         Scène Pierre Rapsat : Zoe, Laurent Voulzy, Renaud

-         Village Francofou :

 

Scène Proximus : Orfeo, Nery Belgistan, Urban Trad, Les Ogres de Barback, No One Is Innoncent

Scène Fnac : Daphné D, Atomique Deluxe, Piano Club, Shaka Ponk

Dôme Fortis : Cédric Gervy, K, Freaksville

 

-         Petit Théâtre de Randstad : Vaches Aztèques, Zut, Vincent Malone

-         Salon Bleu : Pierre Guimard, Mayane

-         Le Lido : Mr Magnetik, Aurore Daerden, Surfing Leons & Craig Walkers

 

Dimanche 22 Juillet :

 

-         Scène Pierre Rapsat : Pierre Lapointe, Saule, Patrick Bruel

-         Village Francofou :

 

Scène Proximus : Le Rythme des Fourmis, Camping Sauvach, Fabien Cahen, Eté 67, Emilie Simon

Scène Fnac : Epolo, Veence Hanao, Da Hush, Uman, Joshua

Dôme Fortis : Roland Tchakounte, Alexis, L’Orchestre Du Mouvement Perpétuel

 

-         Petit Théâtre de Randstad : Christian Merveille, André Borbé, Marc Moulin

-         Salon Bleu : Antoine Gratton, Gerald Genty

-         Le Lido : Mr Mic Del Sando, Charles Schillings


l_50ca6dd60f18aa5c1842f8dbcec7b21e

 

01/05/2007

Nuits Botanique 30/04 : Abd Al Malik, Keren Ann

soleilcouchant-1

Lundi 30 Avril, un peu plus de 19h, direction le Cirque Royal.

Au programme de ce soir, le coup d’envoi de l’édition 2007 des Nuits Botanique. Et pour inaugurer cette soirée, outre le gratin des peoples belges et des gens huppés, Karen Ann et Abd Al Malik.

C’était pour moi une première, découvrir le Cirque Royal. Un lieu impressionnant par son agencement et ses dimensions. On est ici bien loin de la Rotonde ou de l’Orangerie… et cela au niveau du prix aussi, ce qui se ressent nettement en jetant un œil comparatif sur le public. J’abandonne ma place VIP dans le parterre pour rejoindre ma grande sœur sur les balcons. Il y règne une chaleur insupportable et pour couronner le tout, il ne manquait plus que d’avoir à mes côtés un énergumène, reniflant sans arrêt… bon appétit bien sûr…

 

Qu’importe, il est 20h, la sonnerie retentit et c’est le concert de Keren Ann qui a pour tâche d’ouvrir les hostilités.

 

Keren Ann a toujours réservé au Botanique la primeur de ses projets. Après «Nolita» en 2004 autour duquel les Nuits Botanique et le Printemps de Bourges avaient proposé une création avec le Mons Orchestra, Keren Ann fait à nouveau l’actualité en avril 2007 avec la sortie de «Keren Ann» qu’elle nous présentera en exclusivité.

 

Honte à moi (peut être, peut être pas), je ne connaissais pas Keren Ann. C’était donc une découverte totale aussi bien pour le personnage et son univers, que pour ses compositions. Heureusement, la tâche m’est rendue plus facile puisqu’en face de nous, il n’y a pas de personnage à découvrir. En face de nous, une demoiselle s’exprimant dans la langue de Molière mais qui pourtant s’en tient à un seul mot « merci ». Bien peu charismatique. Concernant son univers musical, il est simple, pur, acoustique, folk et rapidement émouvant. Keren était venu pour nous faire chialer, un point c’est tout. Et surtout pas pour communiquer. Le tout est long et assez ennuyeux, la chaleur et la place en balcon n’aidant pas à l’immersion…

 

Qu’importe, en ce 30 avril, j’étais surtout venu pour voir la prestation d’Abd Al Malik.

 

Abd Al Malik a foulé les scènes de nos soirées slam organisées en 2005 et 2006 avec nos partenaires de Lézarts Urbains. Il a confié à notre public en décembre dernier lors d’un des meilleurs concerts de l’année que c’est lors de ces soirées slam qu’il a décidé de sortir son majestueux «Gibraltar». Disque qui fut encore récemment récompensé du prix Constantin à Paris (c’était Cali, l’an dernier). Keren Ann avait aussi soufflé une mélodie magique sur une des plages de l’album…

 

Adb Al Malik, ce rappeur français, m’était déjà un peu plus familier. Tout a commencé dans les derniers mois de 2006, quand mon coloc français préféré me parle de ce rappeur, de son histoire, de son parcours, de sa musique. Je m’y intéresse et prête attentivement mon oreille à l’écoute de ces textes. N’étant pourtant pas fan de ce style musical, j’y adhère et y retrouve un côté très plaisant, une intelligence, des textes très bien écrits et un univers bien construit. De l’eau coule sous les ponts et Abd Al Malik continue son petit bonhomme de chemin, il remporte le prix Constantin et réalise une prestation remarquée et remarquable aux Victoires de la Musique.

C’était donc avec plaisir et une certaine impatience que je m’apprêtais à découvrir cet artiste sur scène.

21h40. Le show peut commencer. Place tout d'abord aux musiciens qui l’entourent. Percussions, claviers, contre basse et console viennnent donner de la vie aux textes d’Abd Al Malik. Dès les premières notes, le public se montre tout acquis à la cause de l’artiste, et celui-ci le rend bien. Il se montre attentif et ému. Contrairement à Karen Ann, il communique, nous regarde, nous remercie. Ça fait du bien de se sentir aimé et respecté en tant que public. Et le public lui rend de la plus belle façon qu’il soit. Les morceaux prennent une ampleur supplémentaire sur scène, Abd Al Malik vit ses morceaux et nous le communique à la fois dans son occupation de l’espace, dans ses démarches et dans sa prose. Soldat de plomb, 12 septembre 2001, l’incontournable Gibraltar, un rap improvisé (ou pas) et une reprise de Jacques Brel, tout y passe. Et c’est délicieux. On se régale devant ces textes, cette musique, cette prestation et cette communion avec le public. Un très bon moment d’une petite heure, pas le temps d’être déçu, ni de lui, ni de sa prestation. Abd Al Malik confirme tout le bien que je pensais de lui.

 

C’est ainsi que se clôture, pour moi, d’une très belle manière, cette soirée d’ouverture des Nuits Botanique 2007.

Le prochain rendez vous avec le Cirque Royal, ce sera avec Cat Power ce mercredi 2 mai.

 

Du côté des rencontres pipole, on soulignera la présence de Vincent leader de Mud Flow, aperçu dans les couloirs, ainsi que la présence notre charmante ministre Laurette Onkelinx à quelques centimètre de mon siège. Quand je vous disais que c’était le rendez vous des gens huppés… ou pas…

 

Cependant, reste cette impression qui laisse songeur, alors que d’un côté Abd Al Malik souligne la Belgique comme étant un arc-en-ciel, de l’autre, dans le public, une seule couleur de cet arc-en-ciel semble présente…