18/04/2008

Poni Hoax – Antibodies

Poni Hoax


Poni Hoax – Antibodies

 

« Hype for Apes ? »

 

C’est en grande pompe et dans la hype la plus totale que sortait, il y a un an, cross le premier album de Justice. Si ce n’est de la musique de pub et surtout un album qui prend la poussière au fond d’une étagère, que reste t-il aujourd’hui de la galette de ces deux gigolos ?

 

Un an plus tard, qu’y a-t-il d’à la fois hype et croustillant à se mettre sous la dent ?

 

Quels seront les prochains tubes qui nous feront trémousser tout l’été et qui finiront ensuite en fond sonore d’une publicité ?

 

Outre-manche, il y a bien Calvin Harris dont le premier album I Created Disco atteint le sommet de la musique electronico-dansante. Une réussite.

Un peu plus dark, plus puissant et nettement plus recherché, il y a les cinq français de Poni Hoax.

 

Je ne sais pas pourquoi mais dès les premières écoutes, il y a une sorte d’alchimie qui se produit. C’est puissant, original et troublant. Peut-être parce que ça m’évoque une période musicale que je n’ai pas pu connaitre (la cold wave des années 80) ? Ou alors, serait-ce cette voix caverneuse, à chercher du côté de l’outre-tombe (Ian Curtis & Co) ? Ou alors, c’est ce côté electro et ces claviers enjoués ? A moins que ce ne soit justement le mélange parfait de tous ces éléments ! C’est dansant et envoutant. La magie prend rapidement…

 

Et si c’était la hype française des prochains mois…

 

Qui a dit que les français n’étaient bons qu’à faire de la pop-folk gentille ou de l’electro débile ? Après Kim Novak l’année dernière, voici le groupe rock français qui attirera toute mon attention en 2008.

 

Images of Sigrid, le deuxième album des français de Poni Hoax, sortira le 28 avril prochain. C’est une bombe. Ils seront de passage en Belgique le 29 juillet prochain du côté du Recyclart…  

 

« Hé bien, dansez maintenant »

 

Le Clip de Antibodies :

 

 

Pretty Tall Girls en session sur Arte :

 


 


 

31/12/2007

Top Of ToX 2007

WallCollect.CPR.035

Lundi 31 Décembre 2007. Dernier jour de l’année.

Il y a quinze jours, j’ai décidé de créer la rubrique ‘Top of ToX’. Ici, pas de classements, je suis incapable de faire ce genre de trucs. Je partais plutôt dans l’optique d’un récapitulatif, d’un compte-rendu de mes coups de cœurs de l’année, des artistes qui, pour moi, ont fait l’année 2007. Je vous en ai déjà présenté quelques uns : Cold War Kids, Elvis Perkins, The National, Superlux, Absynthe Minded et kIM NOVAk. Pourtant, j’en avais encore quelques uns à vous présenter… Même si la majorité ne vous sera pas inconnue si vous êtes fidèles à ToX depuis un an, parmi ceux-ci il y a malgré tout quelques nouveautés. J’ai essayé de les rassembler dans ce dernier billet de l’année.

 

L’assassinat de Jesse James

 

Chaque année, il y a une bande originale de film, le plus souvent instrumentale, qui me plait particulièrement et que je peux écouter en boucle, inlassablement. Après Requiem for a dream, Me, You & Everyone I Know, ou The Fountain l’année dernière, c’est The Assassination of Jesse James qui l’emporte facilement en 2007. Une BO, composée par Nick Cave et Warren Ellis, à l’image du film, splendide. Un de mes meilleurs films de l’année dont les morceaux instrumentaux n’y sont pas pour rien, tant ils contribuent et s’insèrent dans l’atmosphère du film. Quatorze morceaux acoustiques. Guitare, piano, violon. 

 

Au Revoir Simone

 

Haaaa, Au Revoir Simone et leur premier opus ‘The Birth of Music’, un des premiers albums à avoir attiré mon attention en 2007. L’Electro Pop du trio féminin new yorkais m’avait même beaucoup emballé… à l’époque… C’était avant de les voir en concert le 23 Février au Botanique. Une grande déception qui me fera oublier le groupe et leur album. Pourtant, leurs morceaux sont, sur cd, toujours aussi délicieux…   

 

Beirut

 

Ha, Zach Condon de Beirut… un des musiciens les plus talentueux de sa génération (la deuxième moitié des années 80, un très bon cru !) qui a sorti à la rentrée 2007 ‘The Flying Cup Club’, son deuxième album. Une magnifique machine à remonter le temps… et les sentiments. Beaucoup de nostalgie de cet album merveilleux. Malheureusement et paradoxalement, c’est aussi une de mes déceptions live de l’année. Il y a quelques mois, j’avais choisi de vous présenter Nantes, cette fois, je vous livre The Penalty.

 

 

The Strange death of liberal England

 

Un groupe qui m’aura, en 2007, aussi bien enchanté en live (vu deux fois en 2007) que sur cd. ‘Forward March’ est le premier album de cette formation anglaise. Huit morceaux, trente et une minutes, il n’en faut pas beaucoup plus à ces jeunes anglais pour démontrer tout leur talent et leur potentiel. Une voix criarde et atypique qui débute les morceaux en douceur pour les finir en joyeuse cacophonie musicale et vocale. Un groupe à suivre…  

 

Fink

 

Découvert sur les conseils de Vincent Duke, Fink est un artiste qui m’a directement touché. Son deuxième album ‘Distance and Time’, sorti sur le label Ninja Tune, comporte quelques perles. Parmi celles-ci, Blueberry Pancakes, un des morceaux les plus réussis de 2007. Et même si sa prestation à l’ABClub, à cause de conditions live pas vraiment optimales, m’a un peu déçu, c’est un artiste et un album que je ne peux que vivement vous conseiller.   

 

Sigur Ros

 

En 2007, les islandais de Sigur Ros ont fêté leurs treize ans d’existence avec la sorti de leur sixième album ‘Heim / Hvarf’, loin, très loin du battage médiatique autour du nouvel album de Radiohead. La douceur et la magie nordique dans un double album envoutant duquel j’ai retiré Samskeyti, morceau inaugural du deuxième cd qui comporte six titres acoustiques live.  

 

Stars

 

La ballade Your Ex-Lover is Dead des canadiens de Stars, revue et corrigée par leur compatriote Owen Pallett, ne donne ni plus ni moins que la plus triste, la plus romantique et la plus jolie chanson de (dés)amour de l’année 2007. Présenté sur ToX ici. En concert en Février à Bruxelles.

 

 

Pour finir, parmi tout ces perles, je ne résiste pas à vous reconseiller Attitude Gratitude d'Absynthe Minded; un morceau qui m'a donné beaucoup d'inspiration pour ces chroniques de fin d'année.

 

The National, Fink, Cold War Kids, Beirut, Au Revoir Simone, The Strange Death of Liberal England, Elvis Perkins, kIM NOVAk et Absynthe Minded. Voici les artistes qui ont fait mon année 2007. Les artistes qui m’ont fait dépensés quelques centaines d’euros en albums et en concerts, mais surtout les artistes qui m’ont fait rêvés pendant des heures. Quatre groupes américains, deux anglais, un français et un belge. Huit groupes que j’ai eu la chance de voir sur scène en 2007.

 

Voilà, mon tour d’horizon de l’année 2007 est enfin terminé. Je pense n’avoir rien oublié. Je peux désormais retourner dans mes syllabus, soulagé et satisfait d’avoir partagé avec vous les morceaux que j’ai le plus apprécié au cours de cette année musicale.

Reste à vous souhaiter un bon réveillon du 31 décembre (même si je ne pense pas qu’il se fera avec les morceaux qui je vous ai présenté, un peu trop tristes peut-être) et surtout, vous souhaiter le meilleur pour 2008.

 

Rendez-vous l’année prochaine,

 

Thomas

Made in France, Kim Novak

kim novak

En plus d’une copine, un de mes bons investissement de cette fin d’année aura été l’album ‘Luck & Accident’ des français de kIM NOVAk.

 

C’est mal, je suis censé étudier, mais je ne peux pas m’en empêcher quand je m’embête je raconte des histoires …

 

Tout commence au milieu de l’année 2007 par un petit message sur Virb (ben oui, MySpace c’est de la merde) de la part d’un groupe français.

Un groupe  français, c’est là ma première source de curiosité, et aussi – probablement - d’intérêt.

Français et rock n’ont jamais fait bon ménage, c’est un fait. Est-ce que vous seriez capable de me citer un groupe de rock culte et hexagonal ?… Johnny Halliday ? ... Mouais

 

Mais revenons à ma petite histoire. Grâce à la découverte de kIM NOVAk, originaire de Caen, je me dis que, finalement, les deux éléments ne sont peut-être pas aussi incompatible que ça, que des français qui puissent chanter dans un anglais irréprochable, ça peut exister, et que des français qui puissent produire un rock épatant, élégant et remarquable, aussi.

Ce premier album n’étant pas disponible en Belgique, pendant quelques mois, je me contente des quelques morceaux dispos sur le net mais surtout de quelques contacts sympathiques avec le groupe.

 

La suite, c’est en novembre dernier, au Botanique, lorsque je me retrouve invité par ces derniers pour leur troisième date belge, après Liège la veille et Gand en juillet. 

La salle est comble, mais malheureusement pas pour kIM NOVAk, mais plutôt pour la tête d’affiche de la soirée, les anglais de And Also The Trees. Un public âgé, venu en nombre chercher l’effet ‘madeleine de Proust’ avec l’un des rares concerts donnés par le groupe anglais formé au début des années 80, époque où j’étais encore dans les choux. Un public vieillissant, pas très amusant et pas très emballé par le groupe français. Sur scène, un groupe qui n’est pas en forme olympique après s’être miné la veille à Liège… :o) C’est dur la vie d’artiste…

 

Pourtant, il livre, à mon goût, une prestation plus qu’acceptable d’où se dégage quelque chose. De mémoire d’homme, je n’avais jamais autant vibré pour un groupe français. Quelque chose qui se dégage donc… Dans l’atmosphère qu’ils créent sur scène tout d’abord, un set qui s’ouvre sur deux minutes de battements de cœur ou encore les mannequins nus, mais factices !, qui accompagnent le groupe sur scène. Dans leurs compositions ensuite, malgré qu’il ait été un tantinet mal réglé, le son qu’ils produisent est intense et une véritable énergie se dégage de leur set.

Mais de la soirée, je retiendrai surtout la rencontre avec le groupe. Celle du chanteur en particulier, un gars calme, intéressant, accueillant et à l’écoute, avec qui j’irai ensuite regarder la fin du set de And Also The Trees.

 

Dans la première approche que j’ai eu du groupe, je pense que c’est leur côté Interpol qui a du me plaire… Pourtant, quelques mois plus tard, après de nombreuses écoutes, c’est un côté que je ne retrouve plus du tout. Et c’est peut être pas plus mal ainsi.

 

Reste au final, un premier album surprenant et attachant dont les onze titres s’écoutent sans modérations.

 

Made in France. C’est kIM NOVAk et c’est mon coup de cœur français de 2007.

Espérons les revoir en 2008 en Belgique… du côté des Nuits Botanique par exemple…

 

En bonus, j’ai choisi de vous proposer le morceau ‘Turn a Rabbit’.

 

 

‘Swallow’, le premier single extrait de ‘Luck & Accident’ :

 

 

‘If ‘en live sur France 2 :



 

‘Lost at Play’, lors de leur passage sur France 2 :