16/09/2007

« Arrêt sur images » contre attaque !

arret sur images

« Arrêt sur images » contre attaque !

 

Parce que « Arrêt sur images » était l’une des émissions les plus géniales du paysage audiovisuel français.

Parce que « Arrêt sur images » a été injustement supprimée pour cette rentrée.

Parce que l’émission a encore beaucoup de choses à dire et à décrypter et qu’elle veut encore (librement) ouvrir sa gueule.

Parce que je ne boude pas mon plaisir de la voir de retour.

Voici la première ébauche de ce que sera le nouveau « Arrêt sur images ».

http://arretsurimages.net

Avec pour le moment quelques chroniques, quelques archives mais aussi déjà quelques coups de gueules et surtout un grand retour programmé en exclue sur le net le 7 Janvier 2008 à 13h.

 

C’est ‘Le Monde’ qui m’en a informé avec cette brève extraite de l’édition du 16 et 17 Septembre.

 

« Arrêt sur images » redémarre sur le Net

« Chassée de la télé », l’ancienne émission de France 5 « Arrêt sur images » revient par la fenêtre du Web. C’est désormais sur le site du journaliste Daniel Schneidermann (arretsurimages.net), en ligne depuis le 13 septembre, que l’on peut retrouver une partie des chroniques de cette émission de décryptage des médias.

 

C’est dans un projet ambitieux que s’apprête à se lancer la fine équipe de journaliste de Daniel Schneidermann. Voyez plutôt ces quelques infos pratiques :

 

Dès aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour faire renaître Arrêt sur images sur le Net.

Vous avez été près de 200 000 à signer la pétition de soutien à Arrêt sur images, après sa suppression par France 5.

Les dirigeants de la télévision publique sont restés sourds à votre appel, pourtant sans précédent.

La télévision publique ayant renoncé à la mission d’éducation à l’audiovisuel et aux medias que lui a pourtant assignée le législateur, l’équipe d’Arrêt sur images n’a d’autre ressource que de l’accomplir... sur le Net.

Nous allons relever ce défi. Nous allons faire renaître Arrêt sur images sur Internet. Et elle sera financée par... vous.

 

Plutôt qu’une longue émission hebdomadaire, @rrêt sur images vous proposera des rendez-vous télévisés plus courts, plus fréquents, ainsi que des enquêtes et des dossiers multimedia.

Mais vous y retrouverez le ton, et la plupart de l’équipe, que vous aimiez.

 

L’émission sera exclusivement financée  par ses abonnés, et par la publicité. Pour rester totalement indépendants, nous n'avons pas voulu faire appel à des investisseurs. Les seuls actionnaires de l'émission seront les partenaires et les salariés qui contribueront à sa production.

 

L’abonnement coûte 3 euros par mois (au total, 30 euros par an : les deux mois d’été sont offerts).

Vous pouvez souscrire un abonnement d’essai de trois mois, pour 10 euros.

Pour les étudiants, les chômeurs et les précaires, l'abonnement est fixé à 1 euro par mois (soit 12 euros par an). Pas besoin de justificatif, nous avons choisi de vous faire confiance.

 

Les non-abonnés auront-ils aussi accès au site ?

Oui. Certains des contenus du site seront en accès libre et gratuit dans un premier temps, après leur mise en ligne. @rrêt sur images contribuera ainsi au débat public.

Mais seuls les abonnés (et les amis radins) auront accès, au delà de ce délai, à nos dossiers multimedia, et à nos archives classées. Ils auront en outre accès à un espace personnel d’un nouveau type, qui leur permettra d’échanger informations et tuyaux de toutes sortes avec d’autres membres de la communauté.

 

De belles idées sur le papier. J’espère juste qu’elles ne sont pas trop ambitieuses et qu’elles pourront être mises en œuvre.

Cependant, en plus des chroniques quotidiennes, vous pouvez d’ors et déjà jeter un œil sur l’excellente rubrique ‘Ils ne veulent plus d’arrêt sur images…’ Avec en illustration visuelle, des archives de Patrick de Carolis, Ardisson, Drucker, Morandini, Poutine ou Sarkozy.

 

Et puis, il y a cette chronique qui, en tant que belge, me fait beaucoup sourire :

 

Ils ont perdu. Les rugbymen, les footballeurs, les basketteurs, les volleyeurs. Tous en bloc. En une semaine.

Quels nuls.

Tenez, dans le match de football contre l’Ecosse qu’on a perdu mercredi et qui nous disqualifie presque du prochain Euro, regardez comme ce pauvre gardien français se fait lober par un tir lointain. Ce n’est pas lamentable, ça ?

 

 

Je pense que j’en ai assez dit. Allez de vous-même vous intéresser, vous renseigner mais aussi rigoler sur http://arretsurimages.net

 

Pas de doutes, ils sont bel et bien de retour. Pour mon plus grand plaisir.

 

23/05/2007

JUSTICE : Après le buzz, le verdict…

Justice

 

JUSTICE : Après le buzz, le verdict…

 

Voici des semaines, des mois, des années qu’on nous rabat les oreilles - que je vous rabats les oreilles - avec Justice.

 

Justice, leurs remix, leurs DJ sets, leurs vidéo clips, leurs EP,…

 

Et dès leurs premiers pas, le duo français se voyait déjà coller l’étiquette de ‘Nouveaux Daft Punk’.

Un statut qui pourrait sembler difficile à assumer… Mais ça n'a pas du tout été le cas pour Justice. Au contraire... Cela s'est avéré être un élément, parmi tant d’autres, qui a permis d’orchestrer autour de Justice, un buzz gigantesque.  Le tout, géré de mains de maître par Pedro Winter, le boss de leur label ‘Ed Banger’. Et il fallait vraiment que ce soit orchestré à la perfection pour tenir le public en haleine durant 4 ans. Hé oui, 4 ans. 4 années au bout desquelles on retiendra finalement de Justice : 3 maxis, quelques remix dont le premier ‘Never Be Alone’ de Simian, l’élément déclencheur du buzz, une récompense pour ce clip et surtout des prestations remarquables et remarquées dans les plus grands clubs du monde entier. Pas grand-chose somme toute en 4 ans…

Il ne restait qu’une chose : un album. Ce dernier sortira (enfin) le 11 juin prochain et s’intitulera ‘†’.

 

Justement, n’en aurait-on pas fait trop autour de ce groupe ? Toute cette attente aura-t-elle été bénéfique ? Avec la sortie imminente de ce premier album, toute l’agitation autour du groupe va-t-elle continuer ou… enfin prendre fin ?

 

‘†’, Une croix, c’est l’appellation de leur premier album qui sortira le 11 juin. Que se cache t-il dernière ce symbole ? La bombe tant attendue ou l’effondrement d’un buzz ?

Premier élément de réponse sur ToX. Vu la sortie imminente de l'album, les premières critiques ne devraient plus tarder. Autre élément nouveau et au combien important, sur scène, Justice va enfin se prester en Live en non plus avec toujours le même DJ set… Le verdict est proche. En exclusivité, la découverte de l’album pas à pas, morceau par morceau avec ToX.

 

Jusqu'à présent, Justice nous avait habitué à deux visages : le premier, découvert avec le remix ‘Never Be Alone’, est léger, dynamique et résonne résolument pop ; le second est beaucoup plus ‘dur’, on l'a découvert en 2005 avec l’EP ‘Waters Of Nazareth’.

Justice aimait déjà brouiller les pistes.

Et bien, si vous avez connaissance de ces deux visages de Justice, sachez que vous n’allez pas être dépaysé par ‘†’ qui suit cette même logique, une logique de changements et de variété. Peut-être pour plaire au plus grand nombre… peut-être par goût de l’expérimentation et de la surprise… Cependant, si vous ne connaissez de Justice que ‘Never Be Alone’ ou encore ‘D.A.N.C.E.’ le premier single extrait de cet album, vous risquez de bien vite déchanter

 

Première surprise: la pochette. Sombre, sobre, simple et dépouillée de tout artifice. Bien loin du talent graphique auquel les deux petits gars de Justice nous avaient habitué et dont ils avaient déjà pu nous donner un aperçu avec leurs précédentes pochettes, compositions et affiches.

Deuxième surprise: la durée. 46 petites minutes et 12 morceaux seulement…

Troisième surprise, et c'est plutôt un constat : Suite aux premières écoutes et réécoutes de l'album,  les premières impressions sont plus que mitigées et elles laissent place à une énorme déception.

Ce n’était évidemment qu’un premier constat, je comprendrai par la suite que les morceaux nécessitent un certains temps d’adaptation pour dévoiler tout leur potentiel.

 

Justice Dance


 

Découverte de l’album morceau par morceau :

 

1/ Genesis : Une intro bien fade qui résonne très musique de film, à la pseudo Star Wars, avec, pour agrémenter le tout, des sons de pistolets futuristes tout droit sorti d’un jeu vidéo. Premier constat : aucun potentiel dansant. Juste les 40 dernières secondes sortent de lot, avec une ressemblance à Daft Punk… mais 40 secondes, c’est court…

2/ Let There Be Light : Voilà qui s'anime un peu. Un son en concordance avec ce à quoi Justice nous a habitués. Un morceau extrêmement répétitif qui ne révolutionnera pas le genre. A noter que dans les dernières secondes, on y retrouve également la douceur, les mélodies et les résonances de Daft Punk.

3/ D.A.N.C.E. : Premier single extrait de cet album. Un morceau extrêmement différent des deux premiers. Place au côté pop de Justice ainsi qu’au chant dont c’est la première apparition sur cet album et c’est plutôt réussi et sympathique puisque tout le morceau est chanté par une chorale d’enfants. Morceau au potentiel non négligeable pour se trémousser sur le dancefloor. J'adore!

4/ New Jack : Morceau expérimental à souhait et difficilement écoutable… à oublier au plus vite.

5/ Phantom : Enfin un bon morceau, un excellent morceau, un des meilleurs de l’album. Nous ne sommes néanmoins pas en terre inconnue puisque ce morceau figurait déjà sur l’EP de D.A.N.C.E. Rien de nouveau donc mais ne gâchons pas notre plaisir, c'est extrêmement bon!

6/ Phantom Part II : Le morceau commence par les même sonorité que Phantom Part I mais s’en détache très rapidement. Excellent morceau.

7/ Valentine : Une pâle copie du son de Daft Punk, c’est gentil mais mou et sans saveur. Un morceau très calme qui malheureusement ne décollera jamais.

8/ The Party : Décidemment, les morceaux chantés sont très réussis sur cet album. The Party en est une parfaite illustration. Un morceau repris de Uffie, autre groupe de label ‘Ed Banger’. Excellente chanson!

9/ DVNO : Rien de bien emballant.

10/ Stress : Assez horrible, stressant et hardcore mais vu le titre c’est l’effet recherché…

11/ Waters Of Nazareth : Le morceau est le même que celui figurant sur l’EP du même nom, sorti il y a 2 ans, il n’a pas changé mais reste cependant toujours aussi bon et entraînant. Un des meilleurs morceaux de l’album.

12/ One Minute To Midnight : Pour finir l’album, un morceau agréable et qui se laisse écouter ce qui n’est pas le cas de tous les morceaux…

 

Verdict : Une déception, grande ou petite, je ne sais pas. Grande déception après les premières écoutes. Petite déception après quelques journées (de recul).  Un album varié mais trompeur. Non, les Justice ne sont pas les nouveaux Daft Punk Non, ils ne sont pas les

nouveaux justiciers des temps modernes. Non, aucun morceau ne ressemble à leurs tubes ‘Never Be Alone’ ou ‘D.A.N.C.E.’. Non, ce n’est pas une révolution. Non, ce n’est pas l’album à avoir sur sa platine. Non, ce n'est pas le meilleur album électro de ces derniers années.

 

Il faut néanmoins nuancer les choses, l’album est loin d’être mauvais, juste qu'il ne renouvelle en rien le genre… Les quelques perles de l’album ? Phantom et Waters Of Nazareth auxquels vous ajouterez les sympathique D.A.N.C.E. et The Party. Une alternance de morceaux pop et de morceaux plus ‘durs’, plus fermés, plus expérimentaux. L'excellence côtoie l'inécoutable... et si c'était ça qui faisait le charme de Justice.

Au final, on se retrouve avec un bon album, comportant quelques titres géniaux mais qui reste cependant loin de tout le tintamarre et de l'agitation qui ont été faits autour de sa sortie...        

Des morceaux (trop) courts, rarement réellement efficaces et qui nécessitent, pour certains, un petit temps d'adaptation pour être appréciés à leur juste valeur. Par contre pour d'autres titres, c'est vraiment une tâche pénible et je pense que je ne m'y ferai jamais à 'Genesis', 'New Jack', 'DVNO' ou encore à l'horrible 'Stress'.

 

Reste à voir comment Justice va pouvoir se débrouiller avec cet album en live qui remplacera  leurs désormais classiques DJ sets. La réponse, ce sera sur les dancefloors. Pour les belges, ce sera mi-juillet à Dour et fin août au Pukkelpop. Le rendez-vous est pris!

 

Mais pour le moment, le buzz est fini, mon buzz est fini.

A qui le tour ? D’autres prétendants pour la place des 'nouveaux Daft Punk' ?

La place est libre… encore faudrait-il considérer Daft Punk comme mort…

 

Que fait la Justice ? Où sont nos justiciers des temps modernes tant attendus, nos nouveaux super héros?

 

La suite? Dans 4 ans qui sait...

 

Le Clip de D.A.N.C.E. :

 


 

Le Bonus : A vous de le choisir! Vous aimeriez découvrir un morceau de l’album? Faites le savoir dans les commentaires ! Attention, les premiers arrivés seront les premiers servis !  

 

10/04/2007

Coup de coeur pour Albert Hammond Jr et pour Bright Eyes

Les temps sont durs. À peine ce second quadrimestre commencé, qu’il faut déjà pensé à la session de juin. L’ouverture des hostilités ayant été fixée au 16 mai, je risque, dans les jours qui suivent, de me consacrer de moins en moins à ToX.

 

Qu’importe, vivons le moment présent et passons à mes coups de cœur musicaux du moment.

 

Le premier, c’est Albert Hammond Jr.

 

A première vue, ce nom ne vous dit certainement pas grand-chose. Par contre, si je vous dis qu’il est guitariste du groupe new-yorkais des Strokes, vous risquez d’entrer dans un terrain un peu plus connu. Sans pour autant laisser les Strokes de côté, Albert Hammond Jr s’est lancé dans un projet solo et ça a abouti en octobre 2006 à un premier album ‘Yours to Keep’. Auteur et compositeur, il nous livre un album pop, rempli de balades. De la musique pétillante et ensoleillée, idéale pour commencer ce printemps 2007 (et ce blocus) de la plus belle manière. Le dernier single extrait de ce premier album est Back To The 101 et voici son clip qui lui aussi vaut le coup d’oeil. Vous ne pouvez qu’adorer ! Perso, je suis totalement sous le charme de cet artiste.

 

 


 

Deuxièmement, Bright Eyes.

 

On reste de l’autre côté de l’Atlantique avec les américains de Bright Eyes. On reste aussi dans des morceaux pop, habillement mêlés à de la folk ou encore de la countries. C’est dernier ne sont quant à eux pas à leur premier coup d’essai, la formation existe depuis près de 10 ans et a déjà pas mal d’album à son actif (ils en sont déjà à leur sixième !). Le dernier, Cassadaga sort aujourd’hui même. Ce ne sera pas l’album de la saison, les morceaux se ressemblent beaucoup, ont du mal à sortir du lot et on n’y découvre rien de vraiment original. Cependant, je suis tombé sous le charme de leur premier single : Four Winds.

Le clip, pas génial, met en scène les aventures du groupe sur scène… avec un accueil plutôt… mitigé…

 


 

Voila pour mes deux coups de cœur du moment !

 

Quittons un instant les petits groupes à découvrir pour passer à deux grosses pointures musicales qui sortent un nouvel album prochainement. Tout d’abord, Linkin Park avec leur single What I’ve Done qui vient de sortir en attendant la sortie attendue de leur nouvel opus en mai. Agréable surprise.

 

 


 

On notera au passage leur présence au Pinkpop festival fin mai…

 

Les Arctic Monkeys sont aussi (déjà) de retour. Avec un premier single Brainstorm qui n’est pas mal du tout et un second album qui l’est tout autant et que je préfère au premier. Reste sur scène, un groupe qui restera une de mes déceptions 2006.

 

 


 

Voila pour les news musicales, je risque de revenir très bientôt vous parler de mes prochains concerts avec notamment quelques soirée lors des Nuits du Botanique qui s’annoncent…succulentes.

 

Bien à vous,

  

PS: Comme d'hab, de plus larges extraits des albums présentés sont dispos par mail sur simple demande.