27/07/2014

Mud Flow en concert @ Louvain-La-Neuve 25/07/2014

mud flow, concert, lln, louvain-la-neuve, louvain-la-plage, botanique, photos, chronique, review, vincent liben, retour

Vendredi 25 juillet 2014. 20h. Louvain-La-Plage. Louvain-La-Neuve est une ville qui m’a toujours fait flipper. Sur quelques km² de bétons, se retrouvent entassés un bon nombre d’étudiants, mais aussi des familles plutôt bien sous tout rapport, beaucoup de bobos et quelques clodos aussi. Dans ses rues, j’y croise à la fois ce que j’ai été et ce que je devrais être. Le temps d'une soirée,  tout ce petit monde a été rejoint par quelques dizaines de fans de mud flow, comme moi, venus des quatre coins de la Belgique francophone. On était rassemblé devant un podium installé sur la Place de l’Université pour assister à un concert unique, celui du retour scène du groupe mud flow après plusieurs longues années de silence radio.

Sur le coup de 20h30, la première partie commence. Il s’agit du groupe Mineral, un quatuor électro-pop franco-britannique emmené par Craig Walker, ancien membre du groupe Archive. Leur prestation est plutôt sympa, mais c’est surtout le fabuleux spectacle sociologique qui se déroule sous mes yeux qui retient mon attention. Les concerts étant gratuits et le beau temps étant de la partie, la soirée a attiré un public très varié. Évidemment, comme moi, beaucoup n’attendaient que le retour de mud flow. Mais il y avait aussi des curieux, des alcooliques, plein de bambins qui courent partout, et des étudiants (qui semblent) insouciants. C’était pas la foire au boudin mais on y était pas loin. Juste en face de moi, un petit groupe de 4 jeunes hommes sortaient des bouteilles de pils bon marché de leur sac à dos dont ils faisaient sauter les capsules avec une fourchette. Genre ils pensent à prendre une fourchette dans leur sac mais pas un décapsuleur. Puis, le plus grand d'entre eux se lève, il prépare 10€ et dit aux autres qu'il serait temps d'aller faire des réserves avant que supermarché du coin ne ferme ses ports. Quelques minutes plus tard,  il épate ses potes en revenant avec 24 canettes de 33 cl dans les mains.  Il était tombé sur une promo 18+6 gratuites et il n'a pas pu passer à côté de cette bonne affaire. Leur soirée était faite. Quelques secondes plus tard,  un autre jeune homme, seul, se place devant moi,  une canette dans la main,  un pack de 5 Jupiler spéciales Diables rouges dans l'autre. Pas de doute, je suis bien à Louvain-La-Neuve !

mud flow, concert, lln, louvain-la-neuve, louvain-la-plage, botanique, photos, chronique, review, vincent liben, retour

Mais c'est un autre souvenir qui m'a fait faire le déplacement ce soir : la reformation du groupe mud Ffow pour une date et un concert unique. Avec tout ce que représente le groupe pour moi,  je ne pouvais pas passer à côté de cette soirée.

Peu avant 22h, Vincent Liben, décontracté et clope au bec, monte sur scène. Pour cette reformation, il est accompagné de divers musiciens ayant participé au projet de mud flow dans le passé. Pour ma part, j’étais à la fois ravi et surpris de retrouver à la batterie Charly qui était déjà dans le groupe lorsque je les ai vu le pour la première fois sur scène en 2002.

mud flow, concert, lln, louvain-la-neuve, louvain-la-plage, botanique, photos, chronique, review, vincent liben, retour

N’ayant pas d’album à défendre, le groupe semblait ne pas avoir de pression. Ils étaient là pour se faire et pour nous faire plaisir. Cela s’est directement ressenti dans la setlist. Dès les premières notes, ils nous ont offert le plus formidable enchaînement de leur répertoire : The Sense Of Me suivi de Chemicals. Personne n’aurait pu rêver mieux. Mud flow nous a directement offert ce qu’ils avaient de plus beau. Leurs prestations moyennes à l’époque de la sortie de "Ryonosuke" ont ainsi été balayées en quelques notes.

On avait en face de nous, non pas des machines, mais bien une bande de potes souriants, comme des fous de remonter sur les planches. Certains morceaux n’avaient plus été joués depuis de nombreuses années, quelques fausses notes et faux accords se sont inévitablement glissés dans le set, mais même cela m’a semblé les rendre plus proches et plus humains.

Le concert a été construit comme un best of avec les meilleurs morceaux des 4 albums du groupe dont la plupart issus de « A Life On Standby ». Quel bonheur aussi de retrouver « Panic », leur premier single sorti en 2001, dont le "My love, my love, I hope someday I'll find a way to talk to you" inspirait mes déclarations d'amour d’adolescent. Le concert n’a été qu’une succession de souvenirs et de moments de bonheur. Comme une cerise sur le gâteau, après 1 bonne heure de show, l’incroyable et émouvant « Song 1 » au piano est venu clôturer la soirée et cette tracklist absolument parfaite.

Pas de blabla entre les morceaux, l’ambiance, les sourires et la communion avec le public se suffisaient à eux-mêmes. Mais une info de taille sera quand même lâchée par Vincent : le groupe remontera sur scène le 21 décembre 2014 au Botanique, pour un second concert unique. Et à mon avis, ça sent bon pour le futur de mud flow.

mud flow, concert, lln, louvain-la-neuve, louvain-la-plage, botanique, photos, chronique, review, vincent liben, retour

Bref, Vincent Liben et ses musiciens ont fêté leur retour sur scène en offrant un grand moment d’émotion aux quelques centaines de personnes présentes à Louvain-La-Neuve. La beauté, l’ambiance, l’osmose étaient au rendez-vous et devraient encore être là en décembre au Botanique.

30/04/2014

Mud Flow de retour pour un concert unique à Louvain-La-Neuve

mud flow,tox,concert,2014,lln,louvain-la-neuve,louvain-la-plage,25 juillet,gratuit,vincent liben,re act

Mud Flow et moi

Mud Flow. Que de souvenirs pour moi à l'évocation de ce groupe. C'est d'abord, le premier vrai concert de ma vie. C'était en 2002 à la Maison de la Culture de Tournai. J'avais alors 16 ans et je vivais ma petite vie d'adolescent. Premières bières, premières sorties entre potes et surtout cette première grosse claque musicale sur scène. A l'époque, le groupe venait défendre son album "Re*Act" sorti un an plus tôt. A l'issue du concert, je ressortais avec une grosse claque dans la gueule, mais également l'album du groupe ainsi qu'un poster dédicacé par tous les membres qui, tel une relique, trône encore aujourd'hui dans ma chambre d'ado.

En apprenant la reformation du groupe pour une date unique, un concert gratuit le 25 juillet 2014 au festival Louvain-La-Plage à Louvain-La-Neuve, j'ai ressorti cet album mythique et je me suis surpris en connaissant encore toutes les paroles de titres vieux de plus de 10 ans comme Panic, Your X, Child's Play,...

Il faut dire qu'après cet épisode, j'ai eu l'occasion de revoir Mud Flow à de multiples reprises. En 2004, le groupe sort l'excellent "A Life On Standby", puis en 2007 le nettement plus mitigé "Ryonosuke". Mais cette année 2007 avec la sortie de leur dernier album en date reste pour moi synonyme de sentiments très partagés. D'un côté, j'ai été très déçu par cet album et surtout par les mauvais concerts qui l'ont accompagné. De l'autre, en début d'année j'ai eu le privilège d'assister à la présentation live de "Ryonosuke", 2 mois avant sa sortie, devant 50 personnes. Et surtout, en fin d'année, j'ai pu découvrir Mud Flow au Cirque Royal en première partie de Wilco pour un magnifique concert acoustique.

Et puis, Mud Flow s'est peu à peu éteint. On les retrouve en 2008 chez mon ami Sylvain Fesson pour une interview rock dont il a le secret (en deux parties : 1 et 2). Avec son titre "Liquidation avant inventaire", Sylvain avait perçu l'arrêt du groupe, 2 ans avant l'annonce officielle. Cette interview me marquera également personnellement puisque Vincent Liben, leader de Mud Flow, évoquera ToX et mes critiques.

Pas mal de gens ont effectivement été déçus par Ryunosuke. En comparaison au précédent qu'ils adoraient, certains ont même dit que celui-ci était un navet...


Oui, j'ai lu ça sur un webzine belge : ToX. Le type a été injustement dur par rapport à Ryunosuke. Il ne l'a pas vu pour ce qu'il est, c'est-à-dire un album de transition, avec toutes les imperfections que ça implique. Et puis si on avait fait la même chose que sur A life on standby on se serait fait tout autant descendre. Mais il n'a pas eu tort pour ce qui est de la scène. On a fait certains live qui étaient catastrophiques, notamment notre concert aux Nuits Botaniques, pour cause de problèmes avec l'ingé-son. J'ai mis un mois à m'en remettre alors quand j'ai vu ce qu'en disait ce webzine, ça m'a achevé. Mais bon il ne me serait jamais venu à l'esprit de traiter ce mec de connard. Nous on propose un CD et il a le droit de dire que c'est un navet. Je respecte son avis. C'est des mecs comme ça qui te font réfléchir. Maintenant je crois qu'on s'est réconcilié. Depuis il nous a vu deux fois en version trio acoustique et ça lui a plu. Il ne s'est d'ailleurs pas privé pour le dire. Il a bien senti que c'est vers ça qu'on voulait se diriger. Après ce n'est pas étonnant que ça lui plaise plus : en acoustique notre musique se fait plus mélancolique et c'est sans doute ce qui plait le plus aux fans de pop-rock.

En 2009, Vincent Liben se lance dans une aventure solo et dans la chanson française avec l'excellent et surprenant album "Tout va disparaitre". Tandis qu'en 2010, le groupe annonce officiellement sa séparation.

Un concert unique à Louvain-La-Neuve le 25 juillet 2014

Au vu du rapport étroit que j'entretiens avec Mud Flow, c'est avec un immense plaisir que j'ai appris leur retour sur scène pour un concert unique à quelques kilomètres de chez moi. Ce sera le 25 juillet 2014 à Louvain-La-Neuve dans le cadre de Louvain-La-Plage. Cerise sur le gâteau : le concert sera gratuit !

En espérant que cette reformation leur donnera des idées pour la suite ! :-)

En attendant l'été, pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir ou redécouvrir Mud Flow, je vous ai concocté une petite playlist perso de 10 titres :

21/12/2007

MCM Night : Superlux, Mud Flow, Joshua, Monsoon @ ABClub

Jeudi 20 décembre 2007. Dernière soirée et derniers concerts de l’année. Au programme, en compagnie de mes amis, une soirée privée MCM 100% Pop-Rock Made in Belgium avec Monsoon, Joshua, Mud Flow et Superlux. Du déjà vu et revu… Et puis, comme souvent diront les mauvaises langues, je partais avec quelques a priori… D’un côté, les soirées privées, qui plus est d’une chaîne que je ne regarde jamais, c’est toujours un public invité donc pas toujours intéressé, c’est aussi des groupes invités eux-aussi qui reçoivent un plus ou moins gros cachet et qui enchaînent les sets assez courts sans être spécialement motivés. De l’autre côté, la marque de fabrique 100% belge ne m’a jamais vraiment excité…

Le verdict : une soirée exceptionnelle.  

 

19h45. En cette fin d’année, l’Ancienne Belgique est fermée. Heureusement, pour y mettre un peu d’animation, MCM a réservé le Club. Quatre groupes, un bar, deux cents personnes. L’AB est quasiment déserte, atour de nous des personnes relativement jolies, souriantes et bien habillées. Inutile de préciser que nous faisions tâche au milieu de tout ce beau monde. Mais place à la musique, car de mon côté, c’était la raison de ma venue… Alors que certains préféreront jeter leur dévolu sur Joëlle, la jolie présentatrice « vedette » de la chaîne, ou se « goinfrer » de biscuits apéritifs, je me consacre quant à moi, plutôt, sur ce qui se passe sur scène. J’avais imaginé, et espéré, voir Monsoon ouvrir la soirée et Joshua, Mud Flow et Superlux qui suivraient, mais à ma grande surprise, il n’en est rien puisque c’est Vincent Liben de Mud Flow qui monte le premier sur scène. Accompagné par seulement deux de ses musiciens, il livrera une nouvelle fois un set acoustique. La copie conforme du set qu’il a joué le 7 novembre dernier au Cirque Royal en première partie de Wilco.

 

mud flow


Mud Flow…vu quatre fois en 2007 (1, 2, et 3). Ça l’est depuis près de 5 ans mais c’est particulièrement le cas cette année, Mud Flow me déçoit aussi souvent qu’il me charme.

2007 est pour eux l’année de Ryunosuke, un déplorable quatrième album. Passée la déception de ce navet, je retiendrai du groupe la surprise de leur concert privé et l’excellence de leurs deux concerts light/acoustiques. L’acoustique intimiste, une voie dans laquelle le groupe pourrait plus se diriger dans le futur car comme il y a quelques semaines au Cirque Royal, ce soir, Mud Flow livre une petite demi-heure d’un superbe set acoustique. Ils sont tout à fait à l’aise dans cette disposition, reprenant autant de morceau de A Life On Stanby que de Ryunosuke. Peut-être un signe que ce dernier album est mauvais…

Un set qui s’inscrit totalement dans la continuité de ce qu’ils ont proposé au Cirque Royal, c’est d’ailleurs exactement la même tracklist qui est jouée. Malgré le brouhaha qui règne dans la salle, je suis une fois de plus séduit et touché par cette disposition light que prend le groupe. Je peux même aller jusqu’à avouer qu’en cette fin d’année, je suis maintenant totalement réconcilié avec le groupe… malgré les propos assez âpre que j’ai pu tenir il y a quelques mois… 

 

  • Shooting Star
  • Today
  • Unfinished Relief
  • Monkey Doll
  • Song 1
  • Waltz

 

Après la douce pop de mud flow, place à de l’un peu plus rock avec Monsoon, un groupe qui incontestablement peine à s’imposer sur la nouvelle scène belge. J’avais déjà eu l’occasion de les apercevoir en février dernier au festival D’hiver rock. Depuis lors, 2007 a été marqué par la sortie d’un nouvel album que le groupe tente d’imposer grâce à des maîtres mots tels que sensualité, rock, univers, rouge et noir. C’est justement à ce côté pseudo-sensuel que j’ai du mal à accrocher. On s’éloigne même énormément du sensuel lorsque la chanteuse commande une bière durant son set…  Pas grand-chose de palpitant, de frais ou d’original. Le public semble apprécier. Pourtant les échos autour de moi sont négatifs, nettement plus négatifs que ma critique même…

 

Mosoon


Pas le temps d’être déçu, pas le temps de s’ennuyer ni même de critiquer, c’est Joshua qui monte sur scène. J’avais eu l’occasion de rapidement apercevoir ce collectif belge lors des Nuits Botanique mais j’avoue que je ne me suis jamais intéressé plus en profondeur à ce … phénomène, puisqu’on peut véritablement parler de phénomène. Au croisement entre l’Electro et le Hip Hop, le quatuor se démène pour mettre le feu au Club… et ça marche parfaitement. Les bras se lèvent, les bitches se trémoussent. Et c’est là que la soirée commence à décoller. Malgré le nombre relativement faible de personnes présentes dans la salle, Joshua réussit le pari fou de mettre de l’ambiance dans ce genre de soirée. Et quelle ambiance ! En parcourant, leur MySpace, je n’avais pas imaginé que le côté Electro ressortait à ce point de leurs compos. Bêtes de scène, sympathiques, charismatiques et impressionnants. On détient là les Black Eyed Peace belges.

 

Joshua


22h40. Il était temps de passer au gros dossier de la soirée : Superlux. Il y a deux mois, ces liégeois avaient commencé à m’impressionner, c’était au VW Campus Tour. Au milieu de la bière et du vomi (excusez moi pour cette dure réalité de la jeunesse universitaire), dans des conditions live loin d’être optimales, ils avaient néanmoins assuré. Il ne manquait plus qu’à confirmer ; et c’est chose faite. Plutôt Electro que Pop Rock, en live, les six membres du groupe mélangent habillement ces deux courants. Energique, dansant et efficace. Superlux est ma révélation belge 2007 et ils risquent d’être LE groupe à suivre en 2008. Un groupe belge qui ose ; qui ose se distinguer de la pop rock wallonne et bruxelloise, qui ose aussi prendre le pari de continuer à signer sur leur petit label Soundstation.

 

Superlux


Superlux fait partie de ces groupes formidables agréables à voir jouer, les six membres trouvent aisément leur place sur scène et leur complicité est saute aux yeux.

L’ambiance monte encore d’un cran par rapport à Joshua et jusqu’aux deux rappels, elle ne baissera pas. Le set se termine par un bain de foule du bassiste, absolument génial. Dans la lignée de grands groupes Electro rock comme les américains de Postal Service, Superlux est ce qui se fait de mieux en matière d’Electro pop rock belge. L’année 2008 ne se profile pas encore de manière très chargée pour eux, mais sachez d’ores et déjà qu’ils passeront le 21 mars par Botanique. 

 

Comme quoi, passer une soirée d’une chaîne qu’on ne regarde pas, ça peut être vachement efficace.

 

Un merci particulier à Sylvie.

 

Il semblerait que c’en est fini pour les concerts en 2007…

22:58 Écrit par ToX dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mcm, abclub, mud flow, superlux, monsoon, joshua |  Facebook | | |