26/05/2007

Cold War Kids

ColdWarKidsBotanique


« Quand j’étais gamin, je considérais que certains groupes m’appartenaient, qu’ils étaient « à moi » et à personne d’autre. Je me sentais trahi quand ils devenaient trop populaires et je me démerdais vite fait pour trouver un autre groupe que personne ne connaissait… »  

Jeff Tweedy, leader de Wilco, Technikart mai 2007

 

Ces derniers jours, les journées se suivent et se ressemblent… Elles se résument à étudier, passer un examen, dormir, étudier, passer un examen, (faire un match de PES), dormir,… Un magnifique cycle, enfin brisé par 4 jours sans examens…

 

4 jours un peu plus tranquilles, ce qui laisse le temps d’écrire quelques billets pour ToX. J’ai toujours une multitude d’idées en tête, de groupes, de découvertes, de versions acoustiques qui n’attendent que vous. Pourtant, toujours cette interrogation : Pourquoi n’avoir jamais parler des Cold War Kids ?

Je les avais bien brièvement mentionné dans mon top de concert en 2006 mais depuis, plus rien…

 

C’est que le groupe et surtout leur statut ont bien changé depuis…

Je les avais découvert avec leurs EP (ils en avaient 3 quand même!), quelques semaines avant leur passage au Botanique en novembre 2006. Ils étaient alors en première partie des Two Gallants et inconnus à l’époque. Quel plaisir  de les découvrir sur scène et surtout de reconnaître les morceaux inconnus que je connaissais :o) Une prestation et un groupe remarquables et sensationnels. Le genre de groupe qu’on aimerait bien garder rien que pour soi… Malheureusement pour moi (heureusement pour eux !), il y a eu quelques fuites ! Et en à peine 2 mois, voilà qu’on parle des Cold War Kids partout ou presque. Dans la foulée, leur premier album ‘robbers & cowards’ sort et est adulé par la critique.

J’étais dépossédé… Et pour enfoncer encore un peu plus le clou, à peine 6 mois après leur prestation devant 200 personnes dans la rotonde, ils sont annoncés au Rock Werchter Festival…

 

Nostalgique, il m’arrive encore de remettre la main sur leur EP et de l’écouter, des souvenirs plein la tête :D

Et comme j’avais l’impression d’être à la fois dépossédé mais aussi victime d’une grande machination… je n’ai jamais rien posté sur Cold War Kids… Pourtant, il y a toujours leur nom qui reste là, qui vous attend sur ma liste des groupes dont je pourrai parler… avec l’idée de faire au plus simple, juste présenter un morceau, ‘We Used To Vacation’ ou ‘Hospital Beds’, quelques explications, le clip, les paroles et on n’en parle plus… mon erreur est réparée…

 

Et pour tout vous dire, je comptais m’y mettre samedi. Seulement voila, nous sommes le vendredi 25 mai, il est 23h33, je suis exténué par ces quelques jours d’examens, il ne me reste plus qu’une chose, récupérer un peu de sommeil… Seulement voilà, j’ai la petite habitude de prendre le premier magasine qui traîne aux alentours de mon lit, histoire de lire quelques pages avant de m’endormir…et ce soir, ça tombe sur un certain ‘Technikart’ (tient tient Justice en couverture). Et à la page 114, je tombe sur l’interview de Wilco pour la sortie de son dernier album… Voila qui devrait faire l’affaire… m’endormir en 5 minutes…

 

Seulement voilà, je tombe sur ce passage très intéressant : « Quand j’étais gamin, je considérais que certains groupes m’appartenaient, qu’ils étaient « à moi » et à personne d’autre. Je me sentais trahi quand ils devenaient trop populaires et je me démerdais vite fait pour trouver un autre groupe que personne ne connaissait… »

 

Et puis merde, je vous présente Cold War Kids ! C’est un groupe super, ils sont géniaux sur scène, leurs morceaux sont originaux et variés, leurs paroles sont censées. La plupart de leurs morceaux sont taillés pour être des tubes en puissance. Vous devez certainement déjà en avoir entendu parler. Dans le cas contraire, c’est avec plaisir que je vous les présente. Il y a quelques semaines, ils étaient présents aux Nuits Botaniques, en tête d’affiche pour une soirée Soldout. Leur prochain passage près de chez nous, ce sera le 30 juin aux Eurockéennes de Belfort le 1er Juillet à Werchter.

 

Le Clip de ‘We Used To Vacation :

 

 

Le Clip de ‘Hang Me Up To Dry’ :

 

 

Quelques explications : Le morceau ‘We Used To Vacation’, c’est l’histoire d’un père alcoolique qui écrit à la première personne. Ça ne parle pas du tout des vacances, c’est plutôt une explication rapide de l’état de sa famille et de sa vie qu’il est en train de détruire…

Ce gars n’essaie pas de nier sa situation, il essaie juste de s’en sortir… Chose pas vraiment évidente…

Sinon j’aime aussi beaucoup le morceau ‘Hospital Beds’ qui est l’histoire de deux hommes, assez âgés, qui partagent une chambre d’hôpital. Ils sont peut être en train de mourir mais ça n’a pas d’importance, ils commencent à se lier d’amitiés.

 

 

08/05/2007

Sur ma Platine : Rose - La Liste

Rose


Sur ma platine : Rose – La Liste

 

Plus qu’un simple morceau sur ma platine, Rose est mon coup de cœur du moment.

Plus qu’un simple single assez sympathique, c’est tout un album qui se révèle absolument génial.

Et même si son album est dans les bacs depuis le 25 septembre 2006, il n’est pas encore trop tard pour découvrir cette artiste à part entière.

Rose a 28 ans et est originaire de Nice et en plus d’avoir une très jolie voie, elle est craquante. Je suis sous le charme. Cette demoiselle a fait les premières parties d’Alain Souchon au printemps 2006 à l’Olympia et au Zéntih… Rien que ça. Il s’en suit la sortie de son premier album à la rentrée 2006 ainsi que les premières parties d’Olivia Ruiz, d'Axelle Red ou encore des Servant.

 

Rose c’est aussi un univers à découvrir, une fraîcheur, une élégance mais surtout un premier album de grande classe. Des chansons douces, acoustiques et mélodiques qui tournent essentiellement autour d’un thème : L’Amour. Si dans les artistes francophones, Cali ou Miossec avaient le monopole dans les morceaux traitants de l’Amour et de Désamour, de la quotidienneté de celle-ci ou encore des ruptures, nous devrons désormais compter sur leur penchant féminin : Rose.

 

Alors Rose serait-elle la demoiselle parfaite ?

 

Toujours est-il que désormais c’est une artiste de la nouvelle scène française que je suivrai de très près.

 

Et au passage, si Rose passe par ici qu’elle voudrait m’épouser, me rencontrer… ou encore faire une session acoustique dans ma cuisine, je suis preneur. (Oui oui c’est un procédé étudié en psychologie, en débutant par une demande importante, il y a plus de chance que la deuxième proposition soit acceptée.)    

 

Rose vient de commencer SA tournée. Malheureusement, une seule date prévue pour la Belgique, ce sera le 19 Juillet aux Francofolies de Spa mais je ne désespère pas la voir à la rentrée du côté du Botanique et de la Rotonde.

 

Pour les fans de Rose, vous pouvez la retrouver sur son Myspace, sur son site officiel et sur son site ‘underground’. Avec une mention spéciale pour ce dernier, sur lequel on peut y retrouver de nombreux extraits audio et vidéo de ses passages radio et télé.

 

Le Clip :

 

Les Paroles :

 

La Liste

 

Aller à un concert
Repeindre ma chambre en vert
Boire de la vodka
Aller chez Ikea
Mettre un décolleté
Louer un meublé
Et puis tout massacrer
Pleurer pour un rien
Acheter un chien
Faire semblant d'avoir mal
Et mettre les voiles
Fumer beaucoup trop
Prendre le métro
Et te prendre en photo
Jeter tout par les fenêtres
T'aimer de tout mon être
Je ne suis bonne qu'à ça
Est ce que ça te dé-çoit ?
J'ai rien trouver de mieux à faire
et ça peut paraître bien ordinaire
et c'est la liste des choses que je veux faire avec toi
Te faire mourir de rire
Aspirer tes soupirs
M'enfermer tout le jour
Ecrire des mots d'amour
Boire mon café noir
Me lever en retard
Pleurer sur un trottoir
Me serrer sur ton coeur
Pardonner tes erreurs
Jouer de la guitare
Danser sur un comptoir
Remplir un caddie
Avoir une petite fille
Et passer mon permis
Jeter tout par les fenêtres
T'aimer de tout mon être
Je ne suis bonne qu'à ça
Est ce que ça te dé-çoit ?
J'ai rien trouver de mieux à faire
Et ça peut paraitre bien ordinaire
Et c'est la liste des choses que je veux faire avec toi
ha ha
ha ya
ha ya
ha ha
Je sais je suis trop naïve
De dresser la liste non exhaustive
De toutes ces choses que je voudrais faire avec toi
T'embrasser partout
S'aimer quand on est saouls
Regarder les infos
Et fumer toujours trop
Eveiller tes soupçons
Te demander pardon
Et te traiter de con
Avoir un peu de spleen
Ecouter Janis Joplin
Te regarder dormir
Me regarder guérir
Faire du vélo à deux
Se dire qu'on est heureux
Emmerder les envieux.

 

Le Live :

 

 

  

Et puisque cet article risque d’être risque d’être un des derniers du fait de l’approche inévitable de la session d’examen (du 16 mai au 18 juin), rallongeons encore un peu avec une très belle présentation de l’album de Rose, extraite de la Fnac :

 

Derrière un prénom doucereux et un goût certain pour les ballades bien balancées, Rose ne manque ni de piquant ni d’espièglerie. La jeune femme a endossé le manteau de ses failles et épinglé les plus belles lâchetés de ses jules pour dessiner, dans un premier album, les contours d’une vie sentimentale nourrie d’ardeurs ("La Liste") et d’anicroches ("D’autres ailes"). Pour soutenir ce vague à l’âme, Rose emprunte au folk quelques accords acoustiques, comme pour mieux se rapprocher de Dylan et de ses fables assassines. Entrecoupées de notes bleues et de respirations jazzy ("Je m’ennuie", "Rose"), les compositions de la chanteuse ambitionnent de dépasser les rouages de la chanson française pour s’échouer sur des rivages nord-américains. Une audace que souligne un timbre velouté et légèrement cassant, capable d’anéantir un "Sombre con" sans jamais élever la voix ou s’emporter.
Autant de légères satisfactions qui rendent ce premier album attachant et bien moins sage que ce que son nom l’indique.