03/04/2014

Mistaken For Strangers : le docu rock sur The National

En 2007, à l'occasion de la sortie de leur album "Boxer", je déclarais pour la première fois sur la toile ma flamme pour le groupe The National. A l'époque, on pouvait encore les croiser tranquillement en plein aprèm sur la plaine du festival de Dour, ou encore dans une Ancienne Belgique qui n'affichait même pas complet. Sept ans plus tard, malgré leur succès populaire et planétaire, je reste fidèle et un grand amateur de The National.

C'était donc avec une grande impatience que j'attendais la sortie de "Mistaken For Strangers, un an en tournée avec le groupe de mon frère", un documentaire réalisé par Tom Berninger, le frère de Matt Berninger leader charismatique de The National.

mfs-poster-huge.jpg

Tom, c'est la version XXL et 9 ans plus jeune de Matt, à quelques détails près comme la classe, le charisme et a priori le talent en moins. C'est surtout un petit gars un peu perdu qui a du mal à vivre dans l'ombre de son frère. En 2010, Matt lui fait une fleur et l'engage comme roadie pour accompagner le groupe en Europe lors de son "High Violet tour". Mais Tom a une toute autre idée en tête : tourner un documentaire sur le groupe de son frère. "Mistaken For Strangers" nous entraîne donc pendant 1 an dans les coulisses du groupe, mais sous un regard pour le moins particulier, celui de Tom Berninger. 

2014-04-03 16_04_26-Greenshot.jpg

Paris, Londres, Cracovie, les dates européennes s'enchaînent. Mais Tom ne semble ni être à l'aise avec son rôle de roadie, ni avec celui de réalisateur. Cela donne droit à quelques questions décalées et mémorables que sans doute aucun journaliste n'aurait osé poser au groupe : à Matt "A quel point penses-tu être célèbre ?", aux autres membres du groupes "Où vois-tu The National dans 50 ans ?", "Que fais-tu avec ton portefeuille et ta carte d'identité quand tu joues ?", "Quel type et quelle quantité de drogues consommes-tu ?",...

Mais au fil de jours, Tom se rend rapidement compte que la seule raison pour laquelle il est présent est qu'il est le frère de Matt. Alors que les membres du groupe sont dans le stress de leur tournée et de leurs prestations,  Tom consomme pas mal d'alcool et de nombreuses tensions apparaissent.

La seconde partie du documentaire est plus introspective. Le groupe est de retour aux Etats-Unis et Tom s'interroge sur ses relations avec son frère.

2014-04-03 16_32_19-Greenshot.jpg

Le documentaire est agrémenté de nombreux morceaux et passages live du groupe pendant sa tournée.

"Mistaken For Strangers" est un excellent documentaire rock qui ravira tous les amateurs de The National qui pourront découvrir une autre facette des membres du groupe. Mais les autres ne doivent pas pour autant passer leur chemin, l'approche, le sujet et le contexte du documentaire méritent également le coup d’œil !

Reste qu'à l'heure actuelle, le documentaire est uniquement disponible aux Etats-Unis et il faudra au moins attendre l'été 2014 avant de le voir débarquer en Europe.

En attendant, vous pouvez toujours vous rabattre sur le bande-annonce (ou sur les plateformes illégales, mais attention il y a beaucoup de fake) :

27/12/2007

The National – Slow Show

National AB


The National – Slow Show

 

Jeudi 27 Décembre 2007. Aujourd’hui, il fait gris, le temps est pourri. Pas de gel, pas de neige, difficile de croire que nous sommes à cinq jours de la nouvelle année. Pourtant, c’est le cas et le Top Of ToX, qui était bien parti, se doit de continuer. Place à mon coup de cœur de l’année…

 

Standing at the punch table swallowing punch
can’t pay attention to the sound of anyone
a little more stupid, a little more scared
every minute more unprepared

 

Si parmi les centaines de concerts auxquels j’ai assistés en 2007, si parmi les centaines d’artistes que j’ai écoutés en 2007, si je ne devais en retenir qu’un seul ; incontestablement, indéniablement, ce serait The National.

 

L’histoire d’amour est pourtant assez récente. Tout a commencé au début de l’année, quand j’ai découvert, un peu par hasard, en téléchargement illégal, et deux mois avant sa sortie, « Boxer » un album au nom assez étrange pour éveiller ma curiosité derrière lequel se cache un groupe indépendant américain dont j’avais vaguement entendu parler…  Comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, je commence par le premier morceau de l’album ‘Fake Empire’. C’est la première fois que j’entendais le groupe. Ses mélodies, sa voix grave mais aussi ses paroles riches, sublimes … et qui me parlent. A l’époque, je devais me dire quelque chose comme : « Wouaaa, c’est vachement sympa, ça ressemble à Interpol mais en mieux ».

Le reste de l’album me conquit tout aussi rapidement que ‘Fake Empire’. S’ensuit quelques recherches Internet pour finalement tomber sur ‘Les concerts à emporter’ de la Blogothèque (encore eux, décidemment ils sont dans tous les bons coups) et surtout sur une magnifique vidéo de Ada. De quoi ajouter encore un peu plus à la magie du groupe. Il n’en fallait pas plus pour que je tombe littéralement sous le charme, envouté par The National.

 

 

Un album qui tourne inlassablement sur ma platine. A sa sortie, le 22 mai 2007, je me rue sur les grandes enseignes bruxelloises qui m’annoncent malheureusement que l’album est en rupture de stock… Heureusement, Alapage est passé par là…

  

Fin juin, je me décide enfin à vous présenter The National à l’aide de ‘Mistaken for Strangers’ et ‘Brainy’.

 

Le 13 Juillet 2007, 16h, Festival de Dour, collé à la barrière, à quelques mètres de Matt Berninger, je découvre pour la première fois le groupe en live.

 

Le 12 Novembre, en salle cette fois, à l’Ancienne Belgique, le groupe me fait vivre mon meilleur concert de l’année.

 

Quasiment un an plus tard, je peux réitérer et confirmer ce que j’ai ressenti dès la première écoute : The National a sorti cette année le meilleur album que je n’ai jamais écouté.

Et comme vous l’aurez compris, c’est en toute logique que je place ce groupe au sommet de l’année 2007, voire au sommet de ce début de millénaire.

Après quelques centaines d’écoutes, si je devais retirer un morceau de ‘Boxer’, ce serait ‘Slow Show’. Par la même occasion, je le désigne comme mon morceau de l’année.

 

Slow Show lors de la session AOL :

 

 

Les Paroles :

Slow Show

 

Standing at the punch table swallowing punch
can’t pay attention to the sound of anyone
a little more stupid, a little more scared
every minute more unprepared

I made a mistake in my life today
everything I love gets lost in drawers
I want to start over, I want to be winning
way out of sync from the beginning

I wanna hurry home to you
put on a slow, dumb show for you
and crack you up
so you can put a blue ribbon on my brain
god I’m very, very frightening
I’ll overdo it

Looking for somewhere to stand and stay
I leaned on the wall and the wall leaned away
Can I get a minute of not being nervous
and not thinking of my dick
My leg is sparkles, my leg is pins
I better get my shit together, better gather my shit in
You could drive a car through my head in five minutes
from one side of it to the other

I wanna hurry home to you
put on a slow, dumb show for you
and crack you up
so you can put a blue ribbon on my brain
god I’m very, very frightening
I’ll overdo it

You know I dreamed about you
for twenty-nine years before I saw you
You know I dreamed about you
I missed you for
for twenty-nine years

You know I dreamed about you
for twenty-nine years before I saw you
You know I dreamed about you
I missed you for
for twenty-nine years

 

28/06/2007

The National – Mistaken for Strangers [Boxer]

67

The National – Mistaken for Strangers [Boxer]

 

2 Mois. Ça fait deux mois que j’ai découvert un peu par hasard sur la toile et plusieurs semaines avant sa sortie officielle, l’album ‘Boxer’ de The National. Je vous en avais rapidement parlé, c’était ici.

 

2 Mois. Il m’aura fallu deux mois pour faire et re-faire le tour de cet album, le réécouter, encore et toujours, comprendre les paroles, toujours être surpris par ses nombreuses subtilités (lyriques et musicales) et finalement pouvoir fixer mes impressions. Deux mois plus tard, j’ai enfin la version originale entre les mains et je peux désormais me (et vous) l’avouer : ‘Boxer’ est MON album, MON coup de cœur, MA révélation musicale de ce début de millénaire. Je n’ai jamais été aussi touché par un groupe ainsi que par l’entièreté d’un album. Deux mois que cet album m’accompagne, deux mois sans s’essouffler pour au contraire ne prendre que de l’ampleur.

 

national


 Aucune préférence n’est entrée en jeu dans ce coup de foudre ; je ne connaissais pas du tout le groupe quand j’ai découvert ‘Boxer’ et « l’envoûtement » eut lieu dès la première écoute. Une magie qui s’opère et un talent de découvert.

Une voix certes un peu sombre et grave mais non dénuée d’émotion. Parfois posée, parfois énervée, la voix de Matt Berninger m’a touché.

 

Et pourtant The National n’en est pas à ses débuts. Quatre albums déjà pour ce quintette américain (Cincinnati, Ohio), mais ici c’est ‘Boxer’ qui nous intéressera.

 

Un album réellement envoûté, mélancolique et profond, surprenant et émouvant. Et même si la voix de Matt Berninger y est pour beaucoup, il ne faudrait pas oublié les excellents arrangements musicaux derrières les 12 titres de l’album. Des morceaux variés et mélodiques sur certains desquels on retrouvera parfaitement insérés des nombreux instruments (violon, violoncelle, piano, harpe, trompette orgue.)    

 

Au-delà, des 12 excellents morceaux de Boxer, j’aime aussi l’enchaînement des chansons qui n’a pas été choisi au hasard et qui contribue à l’intensité de l’album.

J’apprécie particulièrement la succession ‘Mistaken for Strangers’ et ‘Brainy’ au début de l’album.

 

‘Mistaken for Stangers’, premier single extrait de l’album, est un morceau énervé voire enragé et violent. Entraîné par une batterie omniprésente, c’est pourtant la voix de Matt qui fait tout le reste et donne à ce titre une allure d’hymne héroïque. C’est ‘Brainy’ qui suit et même si la disposition batterie/voix continue à tenir en haleine, c’est une toute autre émotion qui vous envahira dans ce morceau, beaucoup plus mélancolique et calme.

 

 

Assez parlé, les chroniques étant loin d’être ma spécialité et mon exercice préféré, voici juste celles d’autres sites :

 

Musiczine.net

K-web

LesChoses.com

Indiepoprock.com

Petit Bulletin

 

The National sera le vendredi 13 Juillet 2007 au festival de Dour ; je ‘y serai certainement pas bien loin.

 

Enjoy !

 

'Slow Show' en Session AOL:

 

 

Le Clip de ‘Mistaken for Strangers' :

 

 

 

 

Les Paroles de ‘Mistaken for Strangers’ :

 

MISTAKEN FOR STRANGERS
You have to do it running but you do everything that they ask you to
cause you don’t mind seeing yourself in a picture
as long as you look faraway, as long as you look removed
showered and blue-blazered, fill yourself with quarters
showered and blue-blazered, fill yourself with quarters

You get mistaken for strangers by your own friends
when you pass them at night under the silvery, silvery citibank lights
arm in arm in arm and eyes and eyes glazing under
oh you wouldn’t want an angel watching over
surprise, surprise they wouldn’t wannna watch
another uninnocent, elegant fall into the unmagnificent lives of adults

Make up something to believe in your heart of hearts
so you have something to wear on your sleeve of sleeves
so you swear you just saw a feathery woman
carry a blindfolded man through the trees
showered and blue-blazered, fill yourself with quarters
showered and blue-blazered, fill yourself with quarters

You get mistaken for strangers by your own friends
when you pass them at night under the silvery, silvery citibank lights
arm in arm in arm and eyes and eyes glazing under
oh you wouldn’t want an angel watching over
surprise, surprise they wouldn’t wannna watch
another uninnocent, elegant fall into the unmagnificent lives of adults

You get mistaken for strangers by your own friends
when you pass them at night under the silvery, silvery citibank lights
arm in arm in arm and eyes and eyes glazing under
oh you wouldn’t want an angel watching over
surprise, surprise they wouldn’t wannna watch
another uninnocent, elegant fall into the unmagnificent lives of adults

 

Les Paroles de ‘Brainy’ :

 

BRAINY
I’ve been draggin around from the end of you coat for two weeks, ah ah.
Everywhere you go is swirlin, everything you say has water under it, ah ah.
You know I keep your fingerprints in a pink folder in the middle of my table
you’re the tall kingdom I surround
think I better follow you around

You might need me more than you think you will
come home in the car you love, brainy brainy brainy

I’ve been draggin around from the end of you coat for two weeks, ah ah.
You keep changing you’re fancy fancy mind every time I decide to let go
I was up all night again, boning up and reading the American dictionary
you’ll never believe me what I found
think I better follow you around

You might need me more than you think you will
come home in the car you love, brainy brainy brainy
You might need me more than you think you will
come home in the car you love, brainy brainy brainy