10/05/2014

GEEK Le Magazine fait son retour en kiosque

"Le Magazine GEEK vous apporte le meilleur de la culture geek. Dans un esprit assurément décalé, le magazine abordera avec enthousiasme ce qui se fait de meilleur dans les domaines de la technologie, de la science, des jeux vidéo, des films, de la musique, des dessins animés, des bandes dessinées..."

geek le magazine,geek le mag,geek,presse,kiosque,librairie,culture,jeux vidéo,bd,wired,français

Ce samedi 10 mai, un nouveau magazine fait son apparition dans les kiosques : Geek Le Magazine. Enfin, il s'agit plutôt d'un comeback puisque la vraie naissance de ce mag remonte à mai 2008 lorsque Dinosaur, Cyborg & Fish Consulting achetèrent la licence française du célèbre mensuel américain Geek Monthly et créèrent un bimensuel conçu par des geeks pour des geeks. Le mag était difficilement trouvable en Belgique, mais je garde d'excellents souvenirs des quelques numéros passés entre mes mains. Tout d'abord, comme JV Le Mag le fait de nos jours, ils prêtent une attention toute particulière à leurs couvertures. Lapin Crétin, Homer Simpson, Max Payne, pour tout bon geek qui se respecte leurs couv' paissaient difficilement inaperçues en librairie. Ensuite, on y retrouvait un contenu varié et des sujets de fond sur tous les éléments constitutifs de la culture geek : Culture, Ciné, TV, Jeux Vidéo, Science, Séries TV,...

Mais après quelques années d'existence et 18 numéros au compteur, le magazine n'a pas survécu à la crise et comme beaucoup d'autres, il a disparu de la circulation. Mais contrairement à ce que certains ont pu penser : la presse papier n'est pas morte et condamnée. Récemment, JV Le Mag, Gamer, Snatch l'ont encore démontré. C'est ainsi qu'il y a tout juste 1 mois, GEEK a annoncé son retour. Quelques semaines plus tard, avec de nouveaux éditeurs aux États-Unis et en France, ils reviennent en kiosque avec une toute nouvelle formule !

geek le magazine,geek le mag,geek,presse,kiosque,librairie,culture,jeux vidéo,bd,wired,français

Au programme de ce nouveau numéro vendu au prix de 4,95 € : une jolie couv', une maquette design et sympa, et 100 pages de culture geek. On y retrouve un dossier sur l'intelligence artificielle, le portrait de Tommy François directeur de la création chez Ubisoft, un aperçu des sorties ciné de l'été, une interview du créateur des Sims,...

Mais passé l’excitation de la découverte, je déchante un peu. Alors que je suis passionné de jeux vidéo, de high tech, de gadgets, de cinéma et de BD, les nombreuses pages consacrées à la robotique ou à la science m'intéressent beaucoup moins. Même si au final, je reste un peu partagé, je ne peux que me réjouir de l'arrivée d'un nouvel acteur dans les rayons de nos librairies et j'attends avec impatience de découvrir le prochain numéro. Quant à une disponibilité en Belgique, il faudra vérifier et suivre le dossier car à l'heure actuelle, je crains que Geek Le Magazine ne soit réservé à nos voisins français.

Allez, de mon côté, je retourne à mes lectures car entre JV Le Mag, So Foot, Canard PC, Geek Le Magazine et Chro, je ne sais plus où donner de la tête !

Retrouvez Geek Le Mag chez votre libraire, mais également sur Twitter, Facebook et sur leur site Internet.

04/04/2014

JV, le mag qui réinvente la presse jeux vidéo

Entouré à la maison d'une copine geekette, mais aussi et surtout d'une Xbox 360, d'une PS3, d'une Wii U, d'un PC, d'un iPad et d'un smartphone, les occasions de jouer aux jeux vidéo ne manquent pas. Et contrairement à ce que j'aurai pu imaginer il y a quelques années, cette passion pour les jeux vidéo ne fait qu'augmenter...

jv,le mag,magazine,presse,jeux vidéo,game boy,sortons le grand jeu

A côté de ça, que ce soit au format papier ou via mon iPad, des dizaines de revues et de magazines passent chaque mois entre mes mains. Depuis la disparition de titres de qualités comme Joystick ou Joypad, on ne peut pas dire qu'il y ait l'embarras du choix pour suivre l'actualité des jeux vidéo :

- Canard PC : excellent dans le traitement de l'actu, des tests et des dossiers, mais au vu de mes goûts il reste trop orienté PC, imprimé sur un papier de mauvaise qualité, une version iPad plutôt médiocre, et finalement assez cher si on l'achète toutes les deux semaines

- Video Gamer et Jeux Video Magazine (avec quand même une préférence pour le 1er) : Je n'y retrouve pas (ou très peu) de plus-value par rapport au contenu disponible gratuitement sur le net, orienté pour les gamers plus jeunes (posters gratuits et inutiles pour décorer sa chambre), manque de dossiers originaux et d'humour/second degré dans le traitement des sujets, pas assez orienté jeux PC, indé, Steam,...

- Les magazines dédiés à une seule console ou à un seul constructeur : souvent pas assez indépendants et surtout pas pratiques quand on dispose de toutes les consoles et qu'on s'intéresse aux jeux vidéo en général.

Mais ça, c'était avant novembre 2013 et l'arrivée en kiosque de JV Le Magazine. Comme chaque belle rencontre, je me souviens de celle avec JV comme si c'était hier. Il était là chez mon libraire et de loin, sans même l'ouvrir ou le feuilleter, il sentait la nouveauté. Un prix plutôt sympa (3,95 € en France et 5 € en Belgique), une maquette chouette et attractive, mais surtout des sujets de fond et des enquêtes mis en avant plutôt que les traditionnels tests, preview et fausses exclues. Au sommaire du premier numéro désormais collector qui m'a fait craquer : Xbox One et PS4 Comment elles vont changer le jeu vidéo, Enquête Jeux PC : ces clés russes à prix cassés, Rétro GTA : la sale histoire de sa genèse. Toujours sans ouvrir le mag, on pouvait déjà y décelé une touche d'humour avec ce message près de la tranche : "On est en 2013 et ceci est bien un nouveau magazine sur les jeux vidéo".
Pour de nombreux de lecteurs, ce n'est sans doute qu'un détail, mais dès le départ JV a également fait un choix très judicieux à mon goût : un papier épais et de qualité, et une tranche carré. Deux éléments piqués à l'une de mes autres références mensuelles, So Foot.

100 pages, très peu de publicités, une maquette de qualité, des sujets de fond, de l'humour, une équipe de rédacteurs au top, et surtout un magazine consacré au concept jeux vidéo dans son sens le plus large : consoles, PC, tablettes, smartphones, rétro,...

Un mois plus tard, le numéro 2 débarquait en kiosque en reproduisant la même recette gagnante. Au programme, encore une superbe couverture pour illustrer le dossier : Le jeu vidéo tourne-t-il en rond ?

Il ne m'en fallait pas beaucoup plus pour me convaincre. Depuis lors, chaque début de mois depuis 6 mois, je me livre au même rituel : vérifier tous les jours en librairie si le nouveau JV est arrivé (avec l'énorme avantage que les covers sont tellement spécifiques et originales que la vérification peut être effectuée sans même entrer dans la librairie !). Parfois, comme c'était le cas en mars, l'attente peut sembler longue entre la sortie du mag en France et son arrivée en Belgique. Mais en avril, on a été plutôt gâtés puisqu'il était disponible dès ce 3 avril. 

Comme pour So Foot, avec JV beaucoup de choses se jouent déjà rien que dans la couverture. Et pour le mois d'avril, toujours comme So Foot, la couverture de JV est exceptionnelle : un vert flashy sur lequel vient se poser une énorme Game Boy. Et puis comme d'hab, il ne faudra même pas ouvrir le mag pour deviner qu'il sera excellent, notamment grâce aux dossiers "Game Boy, les 25 ans d'une icône" et "Sexe, drogue et Pokémon : quand la censure frappe".

jv,le mag,magazine,presse,jeux vidéo,game boy,sortons le grand jeu

Bref, en seulement 6 numéros, JV Le mag a réussi le pari complétement fou et improbable de s'imposer comme une référence en matière de presse vidéo ludique. Ces petits gars loin d'être inexpérimentés ont tout compris et font vraiment un boulot incroyable. Alors si vous êtes intéressés de près ou de loin par l'univers des jeux vidéo, que vous avez passé l'âge de lire Jeux Vidéo Magazine ou Video Gamer, soutenez JV et filez chez votre libraire demander le numéro d'avril.

De ma petite Belgique, je ne retiendrai qu'un défaut de taille : le prix de l'abonnement annuel fixé à 55 € (contre 36 € en France et 60 € aux USA).