19/06/2014

Les Klaxons sont-ils devenus les nouveaux Backstreet Boys ?

backstreet boys.jpg

Retour quelques années en arrière. En 2007, le monde découvrait le groupe anglais Klaxons et leur premier album "Myths of the Near Future", un véritable coup de maître avec de nombreux tubes en puissance comme Golden Skans ou Gravity's Rainbow qui en 2014 n'ont (presque) pas pris une ride.

Trois ans plus tard, ils revenaient avec "Surfing The Void", un second album qui sans être foncièrement mauvais ne cassait déjà pas trois pattes à un canard... 

Aujourd'hui, profitant d'un trajet de 2h30 en train, et à l'annonce d'un concert au Botanique en novembre, j'ai décidé de tenter l'écoute de leur nouvel album "Love Frequency". Le résultat est on ne peut plus mitigé. Et surtout, à l'écoute de leur premier single There Is No Other Time,  je n'ai pu m'empêcher de penser que ces gugusses étaient devenus une sorte de Backstreet Boys des temps modernes...

Suis-je le seul à penser ça ? Dites moi !

En tout cas, une petite recherche Google me rassure déjà. Au moins 4 autres internautes ont tiré ce même constat ! :D

Colin Toms sur la page Facebook officielle du groupe.

2014-06-15 22_30_27-Klaxons - Between the recent radio play and the songs release on....jpg

Jamie Woolgar sur Twitter :

Mais également Elodie Red dans son excellente chronique "Les Klaxons : c'était une arnaque" publiée sur cafébabel

Et enfin, le magazine VoxPop tirait déjà la même conclusion en 2010 lors de la sortie du second album : "Sur plusieurs morceaux, les chanteurs se succèdent, ce qui leur donne une allure très Backstreet Boys ou Alliage. Tout ça pourrait donner un gentil petit disque de série Z assez sympa, si ce n’était l’agressivité du plan marketing autour. Rien d’atroce, ici, mais rien qui vous fasse grimper au rideau pour autant."

20/05/2014

En écoute : Jabberwocky (JBBRWCK) - Pola ft. Cappagli

Jabberwocky, musique, groupe, écoute, MP3, streaming, photomaton, Cappagli, Pola

Après une tentative de teasing finalement un peu ratée, les petits gars de Jabberwocky (ne vous cassez pas la tête avec la prononciation, prononcez le à la française) ont dévoilé ce midi en son et en image leur nouveau morceau, Pola.

Ils avaient quand même avoir un peu la pression car ce nouveau morceau est le successeur de Photomaton, le tube qui les a révélé l'année dernière. Mais dès les premières écoutes, les doutes sont levés. On se rend rapidement compte qu'ils ont réussi leur pari. Pas de révolution au programme, ils conservent la recette gagnante de Photomaton, à savoir de l'électro-pop planante et envoutante qui sans jamais décoller parvient nous emmener. Le genre de morceau forcement trop court, tant il pourrait se poursuivre et durer des heures et des heures (enfin chez moi en tout cas).

La bonne nouvelle, c'est que ça marche plutôt bien pour eux. Ils viennent d'annoncer leur tournée estival et même si à l'heure actuelle ils ne sont pas prévus en Belgique, quelques jolies dates les attendent : un DJ set demain à Cannes, le festival Solidays, les Francofolies de La Rochelle, ou encore Les Vieilles Charrues.

Prochaine étape : le premier album !

Découvrez en vidéo la fabuleuse histoire de Manu, Camille et Simon, ces trois étudiants en médecine qui ont formé Jabberwocky : Le phénomène Jabberwocky, la belle aventure musicale de trois étudiants poitevins.

Suivez l'actu du groupe Jabberwocky sur Facebook et sur Twitter

03/04/2014

Mistaken For Strangers : le docu rock sur The National

En 2007, à l'occasion de la sortie de leur album "Boxer", je déclarais pour la première fois sur la toile ma flamme pour le groupe The National. A l'époque, on pouvait encore les croiser tranquillement en plein aprèm sur la plaine du festival de Dour, ou encore dans une Ancienne Belgique qui n'affichait même pas complet. Sept ans plus tard, malgré leur succès populaire et planétaire, je reste fidèle et un grand amateur de The National.

C'était donc avec une grande impatience que j'attendais la sortie de "Mistaken For Strangers, un an en tournée avec le groupe de mon frère", un documentaire réalisé par Tom Berninger, le frère de Matt Berninger leader charismatique de The National.

mfs-poster-huge.jpg

Tom, c'est la version XXL et 9 ans plus jeune de Matt, à quelques détails près comme la classe, le charisme et a priori le talent en moins. C'est surtout un petit gars un peu perdu qui a du mal à vivre dans l'ombre de son frère. En 2010, Matt lui fait une fleur et l'engage comme roadie pour accompagner le groupe en Europe lors de son "High Violet tour". Mais Tom a une toute autre idée en tête : tourner un documentaire sur le groupe de son frère. "Mistaken For Strangers" nous entraîne donc pendant 1 an dans les coulisses du groupe, mais sous un regard pour le moins particulier, celui de Tom Berninger. 

2014-04-03 16_04_26-Greenshot.jpg

Paris, Londres, Cracovie, les dates européennes s'enchaînent. Mais Tom ne semble ni être à l'aise avec son rôle de roadie, ni avec celui de réalisateur. Cela donne droit à quelques questions décalées et mémorables que sans doute aucun journaliste n'aurait osé poser au groupe : à Matt "A quel point penses-tu être célèbre ?", aux autres membres du groupes "Où vois-tu The National dans 50 ans ?", "Que fais-tu avec ton portefeuille et ta carte d'identité quand tu joues ?", "Quel type et quelle quantité de drogues consommes-tu ?",...

Mais au fil de jours, Tom se rend rapidement compte que la seule raison pour laquelle il est présent est qu'il est le frère de Matt. Alors que les membres du groupe sont dans le stress de leur tournée et de leurs prestations,  Tom consomme pas mal d'alcool et de nombreuses tensions apparaissent.

La seconde partie du documentaire est plus introspective. Le groupe est de retour aux Etats-Unis et Tom s'interroge sur ses relations avec son frère.

2014-04-03 16_32_19-Greenshot.jpg

Le documentaire est agrémenté de nombreux morceaux et passages live du groupe pendant sa tournée.

"Mistaken For Strangers" est un excellent documentaire rock qui ravira tous les amateurs de The National qui pourront découvrir une autre facette des membres du groupe. Mais les autres ne doivent pas pour autant passer leur chemin, l'approche, le sujet et le contexte du documentaire méritent également le coup d’œil !

Reste qu'à l'heure actuelle, le documentaire est uniquement disponible aux Etats-Unis et il faudra au moins attendre l'été 2014 avant de le voir débarquer en Europe.

En attendant, vous pouvez toujours vous rabattre sur le bande-annonce (ou sur les plateformes illégales, mais attention il y a beaucoup de fake) :