23/06/2014

Le cratère de Darvaza au Turkménistan : aux portes de l'Enfer

Au coeur du désert de Karakoum, un cratère géant crache du feu depuis quarante ans. Malgré le danger, aucune grille ni protection n'entoure le site ou n'empêche les touristes les plus intrépides de s'approcher du bord. À leurs risques et périls. (AFP)

Darvasa_gas_crater_panorama_crop.jpg

Surprenante histoire que celle racontée par l'AFP le 20 juin dernier à propos du cratère dit des "portes de l'Enfer", dans le désert Karakoum, au Turkménistan.

Le cratère de Darvaza est un énorme trou de 70 mètres de diamètre et de 20 mètres de profondeur. Il est en combustion continue depuis 1971.

Il ne s'agit pas d'un phénomène naturel puisque le cratère de Darvaza est en fait le résultat d'une erreur de calcul de la part de scientifiques et géologues soviétiques.

"En 1971, les géologues soviétiques ont commencé à forer pour prospecter. Personne n'aurait pu deviner qu'au final, ils allaient percer des couches souterraines qui contenaient du gaz", raconte à l'AFP Anatoli Bouchmakine, géologue turkmène. "En forant, ils sont tombés dans une poche souterraine, le matériel de forage y a disparu, mais heureusement personne n'est mort. Comme ils craignaient que le cratère n'émette des gaz empoisonnés, ils ont décidé d'y mettre feu", explique-t-il. Avant d'y mettre le feu, les scientifiques soviétiques avaient estimé que la réserve de gaz s'épuiserait en quelques semaines. Mais cela fait maintenant plus de 40 ans que le puits brûle sans interruption et que l'endroit est surnommé "la porte de l'Enfer".

En avril 2010, le président Gurbanguly Berdimuhamedow a signé un décret visant à l'extinction du cratère, mais malgré les nombreuses tentatives pour éteindre les flammes, celui-ci est toujours actif à l'heure actuelle.

Darvaza, door to hell, porte de l'enfer, désert Karakoum, Turkménistan, AFP, photos, foto

Darvaza, door to hell, porte de l'enfer, désert Karakoum, Turkménistan, AFP, photos, foto

J'aurais pu vous diffuser l'une des nombreuses vidéos YouTube du phénomène, mais au final je vous propose d'écouter un petit "Highway To Hell" de AC/DC, on ne peut plus de circonstance à la vue des photos.

07/04/2014

GP F1 de Bahreïn 2014 : Crash Maldonado Gutierrez, la photo de l'AFP

F1

Il y a quelques jours, je m’apprêtais à prendre la plume pour écrire une chronique du genre : La F1, l'inspecteur Derrick des temps modernes. Je m'explique. Fan de F1 depuis ma plus tendre enfance, cela fait plus de 20 ans que je ne loupe quasiment aucun grand prix. Mais depuis le début de cette saison 2014, avec l'arrivée de nouvelles règles et le manque de spectacle, je me dis qu'il est temps de mettre un terme à cette passion. Mais chaque dimanche de course, je me fais quand même avoir et je me retrouve devant ma télé à m'infliger un non spectacle on ne peut plus soporifique, digne d'un épisode de l'inspecteur Derrick. C'est complétement irrationnel, mais c'est comme ça...

Et puis, de temps à autre, il y a des éclairs de spectacle. Des manœuvres ou des incidents qui procurent au téléspectateur fan de sport automobile le frisson tant recherché. Hier soir à Bahreïn, c'est Pastor Maldonado qui a créé ce moment là. Dans une très mauvaise manœuvre de dépassement, le pilote Lotus harponne littéralement Esteban Gutierrez (Sauber).

Marwan Naamani, photographe à l'AFP, était là au bon endroit et surtout au bon moment pour immortaliser cet accident. En découvrant cette photo cet après-midi, je l'ai tweetée en l'accompagnant d'un petit commentaire. 110 retweets plus tard, je me suis dit que finalement je devais le faire cette chronique sur la F1 ! :-)

Car finalement, aussi chiant que ça puisse être la plupart du temps, c'est pour des moments comme celui-là que je regarde et que je continuerai de regarder la F1.

 

21:04 Écrit par ToX dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afp, f1, bahreïn, 2014, crash, photo, foto, maldonado, gutierrez |  Facebook | | |