30/10/2007

Deportivo – I Might Be Late

Deportivo

Deportivo – I Might Be Late

 

Un renard, une poule, une clé… Mais qu’est ce qui peut bien se cacher derrière la pochette de cet album ? Rien, certainement…

 

Deportivo est un groupe de rock français que les mauvaises langues considèrent comme un mélange entre Noir Désir et Louise Attaque.

Et si finalement, c’était ça le rock français…

 

J’ai un gros problème avec Deportivo… c’est que je les aime beaucoup…

En 2004, du haut de mes 17 ans, je découvre ‘Parmis Eux’, leur premier album.

Touché.

Des compositions courtes, très courtes même puisqu’elle dépasse rarement 2min30, souvent en français, quelques fois en anglais, des paroles simples mais touchantes (peut être seulement quand on a 17 ans…quoique…) mais surtout une alternance entre des morceaux  à l’énergie pure et brute et des ballades acoustiques. Il ne m’en fallait pas plus.

 

En 2004, Deportivo c’était ça, l’énergie d’un ‘1000 moi-même’ qui côtoie la douceur d’un ‘Sur le moment’ :

 

 

 

En 2007, trois ans plus tard, Deportivo est de retour et vient de sortir son deuxième album intitulé… Deportivo.

Trois ans plus tard, j’étais censé avoir (un peu) grandi… vous auriez même le droit de me dire « Comment peux-tu aimer cette musique adolescente ? » et pourtant… encore touché.

On prend les même et on recommence.

La recette ne change pas d’un milli poil : des compos courtes, alternant puissance et acoustique, français et anglais. On y ajoute quand même un petit bonus, une reprise de Miossec et de son morceau ‘Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement’.

Les 9 premiers morceaux (sur 10) sont bouclés en… 23 minutes ! Deportivo n’a décidemment pas changé.

 

Avec des paroles simples, parfois crues, parfois trop simple, parfois débiles, parfois un peu plus recherchée, Deportivo reste dans la lignée de son premier album… et c’est peut-être pour ça que je les aime bien…

 

« Allez rejoins moi dans la brise, on pourra baiser et faire n’importe quoi ».

« Oh merde ! Où diable ai-je donc pu oublier mes armées de problèmes ? »

« Quand nos âmes auront repris leurs voles à l’unisson,
Quand on aura chanté du Brassens à l’unisson »

 

 

Sur ‘Parmis-eux’, un morceau m’avait particulièrement plu,  ‘A l’ avance’.

Sur ‘Deportivo’, ce sera ‘I Might Be Late’.

Cette capacité de chanter en anglais d’une manière tellement… française, cette simplicité, cette guitare, cette petite trompette…On y retrouve tout le charme du trio français. Pas étonnement que ce soit le morceau que je vous propose de découvrir.

 

L’album est sorti le 22 octobre et est actuellement introuvable en Belgique… (Ça donnerait presque envie de le télécharger).

 

Deportivo sera de passage en Belgique, le premier de mémoire d’homme, le 24 novembre prochain dans le cadre du festival ‘Rock en Vrac’ au Botanique.

 

Et si finalement c’était ça le rock français…

 

Deportivo – I Might Be Late

Deportivo

Deportivo – I Might Be Late

 

Un renard, une poule, une clé… Mais qu’est ce qui peut bien se cacher derrière la pochette de cet album ? Rien, certainement…

 

Deportivo est un groupe de rock français que les mauvaises langues considèrent comme un mélange entre Noir Désir et Louise Attaque.

Et si finalement, c’était ça le rock français…

 

J’ai un gros problème avec Deportivo… c’est que je les aime beaucoup…

En 2004, du haut de mes 17 ans, je découvre ‘Parmis Eux’, leur premier album.

Touché.

Des compositions courtes, très courtes même puisqu’elle dépasse rarement 2min30, souvent en français, quelques fois en anglais, des paroles simples mais touchantes (peut être seulement quand on a 17 ans…quoique…) mais surtout une alternance entre des morceaux  à l’énergie pure et brute et des ballades acoustiques. Il ne m’en fallait pas plus.

 

En 2004, Deportivo c’était ça, l’énergie d’un ‘1000 moi-même’ qui côtoie la douceur d’un ‘Sur le moment’ :

 

 

 

En 2007, trois ans plus tard, Deportivo est de retour et vient de sortir son deuxième album intitulé… Deportivo.

Trois ans plus tard, j’étais censé avoir (un peu) grandi… vous auriez même le droit de me dire « Comment peux-tu aimer cette musique adolescente ? » et pourtant… encore touché.

On prend les même et on recommence.

La recette ne change pas d’un milli poil : des compos courtes, alternant puissance et acoustique, français et anglais. On y ajoute quand même un petit bonus, une reprise de Miossec et de son morceau ‘Les bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement’.

Les 9 premiers morceaux (sur 10) sont bouclés en… 23 minutes ! Deportivo n’a décidemment pas changé.

 

Avec des paroles simples, parfois crues, parfois trop simple, parfois débiles, parfois un peu plus recherchée, Deportivo reste dans la lignée de son premier album… et c’est peut-être pour ça que je les aime bien…

 

« Allez rejoins moi dans la brise, on pourra baiser et faire n’importe quoi ».

« Oh merde ! Où diable ai-je donc pu oublier mes armées de problèmes ? »

« Quand nos âmes auront repris leurs voles à l’unisson,
Quand on aura chanté du Brassens à l’unisson »

 

 

Sur ‘Parmis-eux’, un morceau m’avait particulièrement plu,  ‘A l’ avance’.

Sur ‘Deportivo’, ce sera ‘I Might Be Late’.

Cette capacité de chanter en anglais d’une manière tellement… française, cette simplicité, cette guitare, cette petite trompette…On y retrouve tout le charme du trio français. Pas étonnement que ce soit le morceau que je vous propose de découvrir.

 

L’album est sorti le 22 octobre et est actuellement introuvable en Belgique… (Ça donnerait presque envie de le télécharger).

 

Deportivo sera de passage en Belgique, le premier de mémoire d’homme, le 24 novembre prochain dans le cadre du festival ‘Rock en Vrac’ au Botanique.

 

Et si finalement c’était ça le rock français…