17/02/2007

D’Hiver Rock Festival @ Maison de la Culture de Tournai 16/02/07

STA70802


Vendredi 17 février, 18h30, ouverture des portes pour la cinquième édition de D’Hiver Rock et apparemment le public est déjà présent en nombre pour cette première soirée. Soirée sous le signe de l’énergie dans la salle A, avec des groupes comme Wash Out Test, Black Sheep ou Skarbone 14 et  dans la salle B, une ambiance toute différente avec plutôt de la chanson française, à textes et des groupes comme Les fils de Sammy, La Réplik ou les Blaireaux.

 

Notons au passage l’organisation avec, cette fois-ci, jamais 2 concerts en même temps, ainsi le public alterne entre les scènes en même temps que les différents groupes. Cela permet, pour les plus rapides, de ne pas manquer une minute.

 

18h48, belle initiative de la part de l’organisation, un couple de présentateur, pseudo comique mais super sympa, viendront tout au long de la soirée nous présenter les groupes ! C’est un petit détail, mais c’est vachement sympa et utile aussi. C’est donc Raoul et Jacqueline qui auront cette tâche tout au long du festival.

 

STA70822


 

18h50, c’est à Wash Out Test d’ouvrir le festival.

 

En 1995, 4 amis originaires de Lessines fondèrent l’institution Poulycroc dont, l’objectif est de faire la fête en démolissant les standards de la pop et du folklore belge. Il seront, à cette fin, vite aidés par des amis trompettistes issus des fanfares locales. En 2001, l’envie de faire plus de punk-rock se ressent et ils lancent un nouveau défi : ils créent Wash Out Tes au sein duquel ils composent dans un style comparable à Less Than Jake, Big D and the Kids Table, Catch 22,…Une démo en 2007 et un album en 2003 et des concerts en Belgique et à l’étranger notamment aux côté de groupes tels que Undeclinable, Real McKenzies, Flatcat, Unconmmonmenfrommars, Funeral Dress, Big D.and the Kids Table, Street Light Manifesto ou encore Ska-P. Un nouvel album devrait voir le jour d’ici peu…

 

Wash Out Test, groupe régional donc et dont c’était la première fois que je les voyais sur scène. Ils sont 5, ils chantent en anglais, ils viennent du Hainaut Occidentale, ils font du punk-ska, leur album commence à dater un peu et… ils sont super géniaux.

Dommage qu’ils aient du ouvrir le festival et jouer si tôt. Le public n’est pas encore aussi réveillé qu’il l’a été pour les groupes suivants. Dommage vraiment parce que la musique s’y prêtait super bien. Une musique digne des meilleurs groupes américains du même genre. A ce titre, le groupe nous touche un  mot de leur prochaine actualité : «  Nous sommes à Boston le mois prochain, en première partie d’Avril Lavigne et suivra ensuite une tournée en Amérique Latine » ^^

Malgré tout, ils nous font l’honneur de ne pas oublier leurs origines et reviendront dans nos petits bleds paumés et nous feront le plaisir de passer prochainement par Mons, Ath, Silly, Leuze.

Amis bruxellois ou autres personnes qui ne connaissent pas encore et qui aimez ce genre de musique, je vous invite à découvrir 4 de leurs morceaux sur Purevolume, http://www.purevolume.com/washouttest, ainsi que leur site web, http://www.washouttest.com/.

On suivra de près la sortie de leur nouvel album.

 

STA70816


 

19h30, changement de salle et changement d’ambiance par la même occasion. Laissons ici l’énergie survoltée, les jumps, les guitares électriques et l’anglais pour accueillir la chanson française des Fils de Sammy. Groupe originaire du Nord de la France, proposant de la chanson à texte. « Les Fils de Sammy prônent l'Amour, de la vie et de ses plaisirs et condamnent le travail en tant qu'aliénation de l'individu. » Machin bazar, perso je préfère le genre de discours qui circulent dans la salle A, juste une question de goût…

Mais ils sont là pour faire la fête pour nous faire bouger, et ils le font plutôt bien. Le public n’était vraiment pas nombreux, mais super réceptif et accueillant, comme il l’est souvent à Tournai et ça fait plaisir à voir.

« Nous sommes tous les amis de Sammy, nous voulons tous faire la fête avec lui ».

 

STA70820


Mais pas le temps du disserter sur l’humanisme des Fils de Sammy, ce sont les mouscronnois de Black Sheep qui sont prêt sur la scène A.

 

Black Sheep évolue dans un Skacore aux influences très diverses (Hardcore, Punk, Hip-hop). Le principal atout du groupe est l’énergie qu’ils restituent très bien en concert. Les thèmes abordés dans les paroles sont vastes mais ils traitent principalement de liberté et de révolte.

Black Sheep a déjà joué dans des endroits très différents les uns des autres, un peu partout en Belgique mais également en France et en Angleterre. Le groupe se prépare en ce moment même à la réalisation d’un albul.

En juillet 2006, le groupe signe sur le label Suisse « Trash compost records » volontaire pour promouvoir son prochain album. On parle aussi d’une éventuelle collaboration avec le label parisien « Beer records » ainsi que d’autre label divers d’un peu partout.

Après près de 80 concerts à son actif, Blach Sheep a eu l’occasion de partager certains concerts avec Five knuckle, Guerilla poubelle, Patates rats, Union jack, Nervous chilin, les Vieilles salopes, Adequate 7, Coquettish, Eric panic…

 

Un public très nombreux pour les accueillir et une ambiance qui monte de plus en plus. Slams et pogos s’enchaînent sur ce son assez violent et underground mais qui dégage vraiment quelque chose. Ces petits gars n’ont que 19 ans, mais quel professionnalisme. Au rendez vous, une prestation impeccable, une présence sur scène remarquée et une communication avec le public assurée. Le chanteur remercie le public (et les mouscronnois) d’être si nombreux.

« La folie : chansons dédicacée à tous les dingues de musiques, ceux qui font tous les concerts, les festivals, achètent les T-Shirt, les Cd’s » Et apparemment, ces derniers étaient nombreux dans la salle. Ceux qui fait plaisir à voir, même si la moyenne d’âge doit se situer entre 14 et 17 ans.

 

STA70837


Pour l’instant, je vous propose de découvrir leur myspace : http://www.myspace.com/bxsbelgium

Avec 2 chansons à télécharger, et c’est important de le signaler.

Je vous reparlerai très prochainement de ce groupe puisque j’ai interviewé Vankou, chanteur, guitariste et « leader » du groupe durant plus de 30 min dans sa loge. Moment vraiment sympa, avec au programme plein d’infos intéressantes sur la musique, leur tournée, leur prochain album, la vie du groupe, la conciliation étude/boulot/musique. Ce sera probablement dans le courant de

la semaine sur ToX.

 

STA70828


 

Allez, on change de salle et c’est le groupe La Réplik qui se prépare.

Ils sont 6, viennent de Bordeaux, existe depuis 10 ans et ont une belle série de concert derrière eux. Ils sont plus tout jeunes aussi, font de la chanson française festive, tiennent des discours très « esprit punk », et savent mettre l’ambiance et faire bouger le public de Tournai qui leur réserve une fois de plus un très bon accueil.

 

Contrebasse, banjo, guitare, accordéon,… sont autant d’ingrédients pour une bonne sauce punk aux accents java ou tsiganes.

Un condensé de chanson réaliste, témoin de son époque, qui ne regimbe ni sur ses idées, ni sur son franc parlé.

 

Leur dernier album en date est La folie des grandeurs.

Le genre de chansons ? « Le temps est assassin, plus encore que le Whisky ». « Le dimanche, chanson sur les lendemains matins…parce qu’il y a de très très bonnes montée… mais surtout des descentes très difficiles. » Ou encore « Cette chanson c’est quand t’invite ta petite sœur à une fête et que ben tous les gens sont mous. Ça s’appelle Les mous.

 

STA70846


Mou… c’est bien un adjectif qui ne convient pas aux gars de Skarbone 14.

 

Ils sont huit et ont un jour rêvé de dépasser les frontières de la ducasse du coin. Alors ils ont travaillé. Dur, très dur. Exercices de slams dans les champs de maïs, entrainements des cordes vocales sur les tubes de l’été, apprentissages de jumps les yeux bandés, endurance de l’estomac lors de houblonnades et développement de l’orientation pour aller le plus loin possible sans se perdre. Avec plus de 200 concerts en Belgique et à l’étranger aux cötés de groupes tels que Babylon Circus, Percubaba, les 100 gr de têtes, Big Mama, Steevo’s Teen, Skunk, et bien d’autres, les tournaisiens ont vite appris à transformer leur énerie en pure condensé de fête.

Skarbone 14, c’est une alchimie de styles qui a donné naissance à un ska festif explosif et énergique dans lequel se mélange rythmes sautillants et propos agités.

 

21h35, je m’approche de la scène A, le groupe n’est pas encore sur scène, qu’on entend déjà au loin l’appel de la foule « Skarbone 14, Skarbone 14 ». Voila qui doit leur faire plaisir, une foule qui scande leur nom et surtout une salle comble pour les accueillir. Dès la première chanson, l’ambiance atteint son paroxysme. Ce qui étonne le chanteur puisque c’est un nouveau morceau que le public ne connaît pas encore. Suivent les autres morceaux plus connus, Slams, pogos… mais aussi perte de lunette ou de baskets s’enchaînent. Le public était survolté et a beaucoup aimé. Pour ma part, le temps où je les découvrais il y a 4 ans au Bierstube semble bien loin… Au point même que le groupe me semble avoir pris un petit « coup de vieux »…surtout du côté de la prestation scénique du chanteur… enfin juste un avis perso.

 

STA70865


 

Je ne reste pas jusqu’à la fin du concert et vais interviewer Black Sheep.

 

A mon retour, l’ambiance semblait être tombé… La fatigue de tous les plus jeunes après 3 très bons concerts dans la salle A peut être… ou alors la fatigue d’une semaine de cours… ou encore l’absence de groupes risquant de les réveiller après 22h…

 

Pourtant, il y a bien Les Blaireaux sur la scène B.

 

Orchestrés pour six voix, deux guitares, un piano, un trombone, un saxo et une batterie, les contes blaireautiques vous promènent dans une étonnante galerie de portraits hauts en couleurs. On en ressort avec un large sourire aux lèvres. Grands gourmands de chansons, les Blaireaux épinglent avec tendresse le comique de situations mises en scène sans complexe.

 

Chanson à texte, chanson française qui n’a pas réussi m’attirer… Groupe le moins festif de cette soirée. L’ambiance est par la même occasion elle aussi tombée un peu plus.

 

23h10, René Binamé.

 

René Binamé chante en français souvent, en wallon et en flamand parfois.

René Binamé n’aime pas le capitalisme, il n’aime pas être réduit au travail, il n’aime pas être soumis à l’argent.

René Binamé aime le pogo convivial, tendre, chaloupé, langoureux, pas le pogo bobo.

 

Le public avait changé pour René Binamé, place à un public plus âgé, plus ciblé, plus connaisseur.

Place aussi à la fin de soirée et tout ce qui va avec : la fatigue, les gars bourrés, les retours à la maison,… Place à une bonne nuit de sommeil.

 

Il y avait pourtant encore Kaophonic Tribu de minuit à 1h… berceuse pour mieux nous endormir.

 

Place à la journée de samedi qui s’annonce sous les meilleurs hospices.

 

Les premières conclusions pourquoi pas : l’organisation, au top (au passage, boissons à 1,50€, sandwich à 2€) et le public tournaisien (et français aussi qui étaient venus en nombre) parfait.

 

On finit avec la photo de la soirée: celle du guitariste de Black Sheep qui joue devant un petit garçons de 7 ans, d'abord sur les épaules de son papa et ensuite qui s'est "réfugié" sur un ampli sur le côté de la scène.

 

STA70838


 

Pour 10€, si vous n’avez rien à faire dans les heures qui suivent ce samedi, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Direction Tournai.

 

A suivre sur ToX : le compte-rendu de la dernière journée du festival, l’interview de Black Sheep et toutes les photos de ces 2 jours.

 

Pour tout contact : tox.skynetblogs@gmail.com

 

 

07/02/2007

D'Hiver Rock Festival

 
image_13363-4

 

Grande nouvelle pour ToX !

Mardi 6 février 2007, semaine de rentrée à l’ULB. Tout va pour le mieux. A 12h06, suite à une requête, je reçois un courriel de la part de la Maison de la Culture de Tournai.

La personne chargée de la communication, de la promo et de la presse du Festival D’Hiver Rock m’annonce cette grande nouvelle : Je reçois le badge d’accès et je couvrirai  les deux jours du festival !

 

« J’ai visité ton blog et serais intéressée par ton return du festival. »  

 

C’est donc avec honneur et une immense joie que je vous ferai part de cette nouvelle expérience !

 

Mais passons au festival. En 2002, alors que j’avais 15 ans, j’assiste lors de la première édition de D’Hiver Rock, à mes premiers concerts. C’est donc émerveillé que j’assiste, entre autres, aux prestations de « petits » groupes belges qui  ont fait leur petit bonhomme de chemin depuis lors : mud flow, Hollywood Porn Star ou encore Yel. Et c’est ainsi que je deviens adepte des éditions suivantes du festival.

 

Un festival centré sur la découverte, principalement de la scène belge, mais aussi de nos voisins français ou encore de quelques groupes locaux. Plusieurs salles, plusieurs styles musicaux, un endroit adapté avec un bon rendu sonore, le festival est lancé.

 

Mais c’est de l’édition de 2005 que je garde le plus beau souvenir : la découverte de Ghinzu en live. Un concert et une ambiance formidable ! C’est aussi à cette occasion que je découvrirai Austin Lace.

 

Venons en à cette cinquième édition (celle de cette année donc) avec au programme : encore et toujours de la découverte. Bon, c’est vrai que je ne cache pas une certaine déception suite à cette affiche 2007… J’aurais bien vu un groupe comme Montevideo dans la programmation… ou une pointure un peu plus importante de la scène belge… Zita Zwoon, Sharko,…

 

Un premier jour, le vendredi 16 février, plutôt punk avec des groupes comme Wash Out Test ou Skarbone 14 (Tout compte fait, il est pas si loin le temps où on allait les applaudir le vendredi soir au Bierstube :-) ). Mais aussi l’opportunité de découvrir le groupe lillois Les Blaireaux dont je n’ai entendu que du bien et qu’il me tarde de voir sur scène.

 

Le samedi sera quant à lui une journée plus pop rock et que je risque d’apprécier d’autant plus. Avec The Tellers (honte à moi que je n’ai encore jamais vu sur scène), My Little Cheap Dictaphone (vu cet été à Hannut) et puis d’autres découvertes qui me semble très intéressantes comme Pillow, Monsoon ou Ultraphallus.

 

Evidemment photos et impressions pour vous sur ToX et tous les détails croustillants… ou pas… de cette nouvelle expérience. Mais avant ça, mardi prochain, j’ai rendez-vous avec The Servant à la rotonde et qui sais un certain Boutik Rock pourrait se profiler à l’horizon.

 

Sur ce, Bien à vous et à très bientôt!

 

Toutes les infos concernant le festival sur www.dhiverrock.be

 

L'édition du D’hiver Rock 2007 se déroulera ces 16 et 17 février à la Maison de la Culture de Tournai

Au programme

Vendredi 16, à partir de 18h30 : Wash Out Test, René Binamé, Black Sheep, Kaophonic Tribu, Skarbone 14, La Réplik, Les Blaireaux, Les fils de Sammy

Samedi 17, dès 15 h00 : Les Zetlaskars et la Trompida, Crooner Mic Action, My Little Cheap Dictaphone, Kofee, Astro Zombie, Pillow, Driving Dead Girl, PHC, Interlude (sans avenir), Ultraphallus, Sourpuss, The Tellers, Goudrona $uper$tar, Al Dente, Monsoon et le lauréat de l’Open Stage 2007.