24/04/2014

En écoute : JAWHAR - Allemni (extrait de l'album Qibla Wa Qobla)

Envouté par Jawhar. Ce matin, j'étais à mille lieues d'imaginer que mon morceau de la journée (et peut-être de l'année) serait chanté en arabe, par un tunisien immigré dans ma campagne tournaisienne natale, et surnommé "Le Nick Drake des sables". Et pourtant. C'est sans doute ça la magie des découvertes musicales sur le net, celle qui m'animait tant il y a quelques années et à laquelle je suis peu à peu en train de reprendre goût.

Préparant le retour sur scène de Mud Flow pour une date unique en juillet, je m'intéresse à son leader Vincent Liben. Dans ses rares interventions sur les réseaux sociaux, je tombe sur ces quelques mots accompagnés d'un lien YouTube : "Oh que j'aime http://www.youtube.com/watch?v=tOYJsDE5mmc"

Curieux, je clique et j'arrive sur le morceau Allemni de Jawhar vu à peine plus de 2000 fois depuis qu'il a été posté en novembre 2013. Surpris mais touché par la beauté de ce titre, je laisse les 4 minutes 9 s'écouler. Coup de foudre immédiat. Je relance le morceau tout en creusant un peu plus sur le net. Je découvre alors l'histoire du groupe et de ce morceau.

Belgo-Tunisien, Jawhar naît et grandit dans la banlieue sud de Tunis. A 20 ans, il part en France étudier la littérature et le théâtre. Il y écrit ses premières chansons et commence à se produire sur scène. Depuis quelques années, il vit entre la campagne belge et la capitale tunisienne où il s’engage en tant que musicien, dramaturge et comédien. Une première création sulfureuse autour de l’amour et du sexe dans le monde arabe (Hobb Story de Lotfi Achour) le voit renouer avec sa langue et réinventer la chanson d’amour tunisienne.

jawhar,allemni,qibla wa qobla,album,vincent liben,cd,musique

Le morceau Allemni évoque quant à lui l'homme des rues.

La chanson s’inspire d’un style très populaire voire prolétaire en Tunisie, et en grande partie très anti-conformiste dans la forme : le mezwed. C’est le cri d’un gars de la rue qui se mets a nu devant une fille: “apprends moi à t’aimer, les salauds m’ont fait oublier, ils m’ont enterré avec mes larmes et ma sensibilité, apprends moi à t’aimer. On m’a toujours dit que c’est l’argent qui ramène les êtres chers, on m’a appris que l’amour est une escroquerie, que c’est une invention féminine et avilissante... que faire si j’ai grandi entre ces murs, ceux de la mentalité de ma classe et de mon milieu?.. Et un matin je me lève et je me retrouve dévoré par ton amour, et je n’ose le dire à mes amis, et je ne sais te parler qu’en macho qui se la ramène pour masquer sa timidité et sa sensibilité, oh apprends moi à t’aimer...”

Loin du one shot, le reste de l'album est à la hauteur de ce titre, tout aussi envoutant. On y retrouve même deux morceaux chantés en anglais (If I Rise) et en français (Le Reste est Ennui).

La visibilité de Jawhr est plutôt faible. Je découvre que mon ami Marc a également découvert, apprécié et chroniqué cet album sur Esprits Critiques. Les chroniques publiées par Focus Vif et Le Soir sont également excellentes. Pour le reste, c'est à vous de jouer et d'également faire partager cette chouette découverte !

Jawhar sera en concert le dimanche 18 mai à Bruxelles dans le cadre des Nuits Botanique

20/05/2007

Sur ma platine : The Kissaway Trail

Sur ma platine : The Kissaway Trail

 

519wWUcfNHL


 

Hé bien non, cette fois ce ne sera pas un morceau sur ma platine mais tout un album. Ce sont les danois de ‘The Kissaway Trail’ et c’est un de mes albums préférés de ces derniers mois. La révélation ? C’était sur scène, il y a quelques jours. (ICI)

Et ce n'est pas un hasard, je suis revenu de cette excellente soirée avec le précieux Cd dédicacé par le groupe.

 

Le premier élément marquant le splendide artwork de leur album signé Tracy Maurice, déjà (re)connue pour son travail dans le visuel de ‘Funeral’ d’ Arcade Fire… Tiens donc.

Viens ensuite leur label, ‘Bella Union’, gage de qualité, où The Kissaway Trail côtoient des artistes comme Midlake, Laura Veirs ou Explosion in the sky… Pas mal

 

Ils sont vraiment très talentueux et l’influence d’Arcade Fire ne se fait pas sentir seulement dans le visuel de l’album…

 

Un premier morceau ‘Forever Turned Out To Be Too Long’ sous forme d’une intro impressionnante, la même qu’en concert, avec les cinq membres du groupe au micro sous un fond d’orgue et de batterie. Le ton est donné.

2 minutes 31 plus tard, place à ‘Smother + Evil = Hurt’ le premier single extrait de cet album et qui illustre parfaitement l’univers du groupe : puissant et mélodique (et entêtant).Viennent ensuite ‘Tracy’, ‘It’s close up far away’ et ‘ La la song’ et toujours le même constat au rendez vous : c’est entraînant, mélodique, puissant, charmant et extrêmement bien orchestré. Et pourtant, aucun morceau ne se ressemble et ce, même si les refrains repris en chœur occupent à chaque fois une place non négligeable (ainsi que les ‘la la la’).

 

A l’écoute des 11 morceaux et après 41 minutes, on comprend mieux pourquoi ‘Bella Union’ a craqué pour ce groupe danois. Et que ce soit sur cd ou sur scène, sachez qu’il faudra compter sur eux dans le paysage musical des prochains mois, voir des prochaines années.

 

Décidément, les scandinaves n’ont pas fini de nous étonner. Pour notre plus grand plaisir.  

 

A n’en pas douter, un des albums de l’année.

 

Le Clip :

 


 

Les Paroles :

 

Smother + Evil = Hurt

 

It was night and we were spinning
The world stood still
But the time was winning
We still sleep with the light on
Where were you when the light got defeated
A thought less is thought more needed
We needed you most nedded you most
Smother + evil = hur
We stood still and buldings were spinning
Our kisses were lost and always windy
We are history cause history made us
Where were you when life got defeated
A mouth more is a mouth more not needed
Over float will over float comes
Walls climbedus because we became stones
With rampant branches molded identical
Let it remain so it remain so