08/09/2014

Pourquoi s’abonner à EA Access sur Xbox One ? Test et avis perso

Xbox One, Netflix, EA Access, jeux, coffre, abonnement, avis, test, xbox one,

Dans le monde du jeu vidéo, il est de bon ton de critiquer l’éditeur Electronic Arts (EA). Parfois à juste titre, mais aussi parfois en poussant le bouchon un peu loin et en oubliant tous les bons titres que EA sort chaque année.

Il y a quelques semaines, Electronic Arts a surpris un peu tout le monde en dévoilant et en lançant dans la foulée EA Access, un abonnement mensuel (3,99 €) ou annuel (24,99 €) pour avoir un accès illimité à certains jeux du catalogue EA. Les médias se sont un peu trop rapidement emballés en désignant cette offre comme le Netflix du jeu vidéo. La presse spécialisée et les joueurs ont quant à eux été plutôt critique envers cette offre. 

Mais personnellement, après bien avoir analysé l’offre, j’ai décidé de souscrire à EA Access pour 1 an. Et quelques semaines plus tard, je ne le regrette absolument pas et je pense même avoir fait une bonne affaire. Voici pourquoi.

Pour le lancement d’EA Access sur Xbox One, les joueurs avait accès pendant toute la durée de leur abonnement à 4 jeux : FIFA 14, Madden NFL 25, Battlefield 4 et Peggle 2. J’avais déjà FIFA 14 en version boite et comme de toute façon à 2 mois de la sortie de FIFA 15, je n’y jouerai bientôt plus, j’ai décidé de le revendre en occasion (35 €). Cela m’a ainsi permis de craquer pour 1 an d’abonnement à EA Access pour 24,99 €. De la sorte, j’avais toujours accès à FIFA 14 en dématérialisé, mais surtout je pouvais découvrir deux jeux qui me bottaient bien, que je n’avais pas encore testé et que j’aurai très bien pu acheter en occasion ou en promo : Battlefield 4 et Peggle 2. Je ne me suis donc pas posé beaucoup de questions, rien que pour ça l’abonnement d’un an à EA Access était avantageux pour moi. Depuis lors, un nouveau jeu a été ajouté dans le catalogue (appelé Le Coffre) : Need for Speed Rivals. Et comme je l’ai déjà en version boite, je vais pouvoir le revendre (environ 30 €). Je continuerai à pouvoir y jouer avec EA Access.

Xbox One, Netflix, EA Access, jeux, coffre, abonnement, avis, test, xbox one,
Dans les prochaines semaines ou les prochains mois, j’imagine que d’autres jeux d’EA comme EA Sports UFC, Plants vs. Zombies Garden ou NBA Live 14 viendront étoffer le catalogue. J’ai donc encore pas mal d’heures de jeu en perspective.

Pour moi, la principale fonctionnalité d’EA Access est de proposer pour un prix que je considère comme très attractif un accès illimité à quelques bons jeux de l’éditeur. A côté de ça, les abonnés ont droit à quelques bonus : 10 % de réduction en achetant des produits ou des extensions EA sur le Xbox Live (ce qui ne m’intéresse pas), mais aussi l’accès complet et total à certains nouveaux jeux 5 jours avant leur sortie. C’est actuellement le cas avec NHL 15. Après avoir téléchargé le jeu complet (20 GB), j’ai actuellement accès au jeu comme si je l’avais acheté pendant une durée de 6h (et ce ne sont pas 6h en continu, genre de 18h à minuit comme certains sites l'ont laissé penser). Ce n’est donc pas une démo. Ce n’est pas bridé, le joueur a réellement accès à toutes les fonctionnalités du jeu. Même si je n’achèterai probablement pas le jeu, ça faisait des années que je n’avais pas joué à NHL et j’ai vraiment pris du plaisir à découvrir ce nouvel opus sur Xbox On (en choisissant de jouer avec les mêmes touches que dans NHL 94, excellente fonctionnalité pour donner du plaisir immédiat, comme à l’époque, aux « vieux » joueurs comme moi). Dans quelques jours, ce sera la même chose avec FIFA 15 avec un accès pendant 6 heures, 5 jours avant la sortie. Je vais donc encore bien en profiter.

Xbox One, Netflix, EA Access, jeux, coffre, abonnement, avis, test, xbox one,
Dans mon cas, j’aime pas mal de jeux EA. J’en avais déjà deux en version boite (FIFA 14 et NFS Rivals) que j’ai pu revendre en occasion car ils étaient inclus dans le coffre EA Access. Et il y en avait deux autres auxquels je n’avais pas encore joué et qui me bottaient bien (Battlefield 4 et Peggle 2). Ils m’ont déjà donné quelques bonnes heures de jeu et ils ne m’ont pas du tout déçu. Cerise sur le gâteau, j’ai accès en exclusivité et pendant quelques heures aux jeux EA Sports dont je suis un grand fan (FIFA 15).  La question de savoir si je renouvèlerai mon abonnement dans 1 an ne se pose pas encore, mais pour le moment, cette offre me satisfait pleinement et je trouve l’idée géniale. J’ai hâte de voir si d’autres éditeurs suivront le mouvement.

Xbox One, Netflix, EA Access, jeux, coffre, abonnement, avis, test, xbox one,

26/03/2010

La Médiathèque en illimité pour 20€ par mois

Les temps changent. La Médiathèque aussi. Enfin, dirons certains !!!

Hier soir, je prenais tranquillement le métro à la Gare Centrale. Il devait être un peu plus de 18h. Le jour se couchait, l’obscurité apparaissait et pourtant tout était calme et tranquille dans le nouveau Bronx de l’Europe. (Hé oui, le sujet était abordé de la sorte par les médias français cette semaine. Voyez plutôt : http://www.youtube.com/watch?v=74AlqBj4IcM). L’heure de pointe était désormais passée, ce qui me laissait l’opportunité de me balader et de flâner le long du quai. Quand tout à coup, mon regard fût attiré par un large panneau publicitaire. C’était plutôt joli, coloré et affiché dans un style à la fois cheap et rétro. Mais ce n’est pas tout, en plus de cela, le texte était plutôt accrocheur : « Des CD, DVD, JEUX PAR DIZAINES. Pendant 4 semaines. Pour seulement 20€. » Signé : LA MEDIATHEQUE.


Media_Affiche60x40_web


Quoi ?!?!? La Médiathèque oserait-elle enfin prendre des risques et s’afficher ?!?

Oser et s’afficher, oser s’afficher. Et si c’était ça qui leur avait manqué depuis quelques années ? En tout cas, c’est le nouveau pari pris par la direction et la cellule de communication de l’institution. Une énorme campagne d’affichage dans les stations de métro ainsi que dans la presse (pseudo) culturelle francophone. En une soirée, en parcourant la capitale, je n’avais jamais autant de fois lu et vu le nom de La Médiathèque. Et affiché en si grand en plus. Quelle bonne surprise !

Et puis, le pari de cette formule quasiment illimité est à mon goût absolument génial. C’est bien le genre d’offre dans laquelle un boulimique culturel comme moi s’engouffre immédiatement, sans trop réfléchir. Tous mes centres d’intérêts (Musique, cinéma et jeux-vidéo) disponibles de manière quasiment illimitée pendant 4 semaines et ce, pour seulement 20€. Le paradis quoi.

Concrètement et pratiquement, si j’ai bien compris, ça se passe de la sorte : chaque jour, vous avez droit à 10 emprunts. Selon vos envies, vos besoins et vos usages, vous pouvez garder ces médias empruntés, un jour, deux jours, trois jours, 1 semaine, 2 semaines ou même 4 semaines. Bref, le temps que vous le souhaitez. Envie de vous matter 10 dernières nouveautés cinématographiques en une soirée et recommencer le lendemain ? Facile grâce à cette formule ! Envie de vous refaire une collection de disques et d’enregistrer sur vos disques durs (ou sur vos K7), tout ce que vous n’avez jamais trouvé sur le net ? Rien de plus simple, ça peut même vous laisser l’opportunité de théoriquement emprunter quelques 200 CD !

Bref, l’offre a de quoi séduire. Pourtant, tout emballé que j’étais, après une nuit de réflexion, je me suis dis que j’allais encore attendre un peu avant de me lancer dans cette nouvelle aventure. En effet, des films j’en ai encore des dizaines qui m’attendent sur mes disques durs. En musique, pareil, j’ai encore pas mal de retard à rattraper dans les dernières nouveautés et tous ces disques, je les ais. En jeux-vidéo, même chose, ces dernières semaines, je me suis encore acheté 5 jeux que j’ai à peine eu le temps de tester (Dont le fabuleux, GTA : Episodes from Liberty City).

C’est pourquoi j’aurais voulu avoir votre avis sur la chose. Est-ce qu’une telle formule pourrait vous attirer ? Cette offre pourrait-elle permettre à La Médiathèque de faire le plein de nouveaux membres (inscription gratuite pour ceux qui s’abonnent à ce nouveau forfait) et par la même occasion de renouer avec l’âge d’or en terme de location de médias (qui pourrait bien se situer juste avant l’avènement du format MP3, à l’époque où arrivèrent dans les foyers les premiers graveurs) ?

Passionnés de musique, membres de La Médiathèque ou non, belges ou français, j’aimerais en débattre avec vous !

La Med

16/09/2007

« Arrêt sur images » contre attaque !

arret sur images

« Arrêt sur images » contre attaque !

 

Parce que « Arrêt sur images » était l’une des émissions les plus géniales du paysage audiovisuel français.

Parce que « Arrêt sur images » a été injustement supprimée pour cette rentrée.

Parce que l’émission a encore beaucoup de choses à dire et à décrypter et qu’elle veut encore (librement) ouvrir sa gueule.

Parce que je ne boude pas mon plaisir de la voir de retour.

Voici la première ébauche de ce que sera le nouveau « Arrêt sur images ».

http://arretsurimages.net

Avec pour le moment quelques chroniques, quelques archives mais aussi déjà quelques coups de gueules et surtout un grand retour programmé en exclue sur le net le 7 Janvier 2008 à 13h.

 

C’est ‘Le Monde’ qui m’en a informé avec cette brève extraite de l’édition du 16 et 17 Septembre.

 

« Arrêt sur images » redémarre sur le Net

« Chassée de la télé », l’ancienne émission de France 5 « Arrêt sur images » revient par la fenêtre du Web. C’est désormais sur le site du journaliste Daniel Schneidermann (arretsurimages.net), en ligne depuis le 13 septembre, que l’on peut retrouver une partie des chroniques de cette émission de décryptage des médias.

 

C’est dans un projet ambitieux que s’apprête à se lancer la fine équipe de journaliste de Daniel Schneidermann. Voyez plutôt ces quelques infos pratiques :

 

Dès aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour faire renaître Arrêt sur images sur le Net.

Vous avez été près de 200 000 à signer la pétition de soutien à Arrêt sur images, après sa suppression par France 5.

Les dirigeants de la télévision publique sont restés sourds à votre appel, pourtant sans précédent.

La télévision publique ayant renoncé à la mission d’éducation à l’audiovisuel et aux medias que lui a pourtant assignée le législateur, l’équipe d’Arrêt sur images n’a d’autre ressource que de l’accomplir... sur le Net.

Nous allons relever ce défi. Nous allons faire renaître Arrêt sur images sur Internet. Et elle sera financée par... vous.

 

Plutôt qu’une longue émission hebdomadaire, @rrêt sur images vous proposera des rendez-vous télévisés plus courts, plus fréquents, ainsi que des enquêtes et des dossiers multimedia.

Mais vous y retrouverez le ton, et la plupart de l’équipe, que vous aimiez.

 

L’émission sera exclusivement financée  par ses abonnés, et par la publicité. Pour rester totalement indépendants, nous n'avons pas voulu faire appel à des investisseurs. Les seuls actionnaires de l'émission seront les partenaires et les salariés qui contribueront à sa production.

 

L’abonnement coûte 3 euros par mois (au total, 30 euros par an : les deux mois d’été sont offerts).

Vous pouvez souscrire un abonnement d’essai de trois mois, pour 10 euros.

Pour les étudiants, les chômeurs et les précaires, l'abonnement est fixé à 1 euro par mois (soit 12 euros par an). Pas besoin de justificatif, nous avons choisi de vous faire confiance.

 

Les non-abonnés auront-ils aussi accès au site ?

Oui. Certains des contenus du site seront en accès libre et gratuit dans un premier temps, après leur mise en ligne. @rrêt sur images contribuera ainsi au débat public.

Mais seuls les abonnés (et les amis radins) auront accès, au delà de ce délai, à nos dossiers multimedia, et à nos archives classées. Ils auront en outre accès à un espace personnel d’un nouveau type, qui leur permettra d’échanger informations et tuyaux de toutes sortes avec d’autres membres de la communauté.

 

De belles idées sur le papier. J’espère juste qu’elles ne sont pas trop ambitieuses et qu’elles pourront être mises en œuvre.

Cependant, en plus des chroniques quotidiennes, vous pouvez d’ors et déjà jeter un œil sur l’excellente rubrique ‘Ils ne veulent plus d’arrêt sur images…’ Avec en illustration visuelle, des archives de Patrick de Carolis, Ardisson, Drucker, Morandini, Poutine ou Sarkozy.

 

Et puis, il y a cette chronique qui, en tant que belge, me fait beaucoup sourire :

 

Ils ont perdu. Les rugbymen, les footballeurs, les basketteurs, les volleyeurs. Tous en bloc. En une semaine.

Quels nuls.

Tenez, dans le match de football contre l’Ecosse qu’on a perdu mercredi et qui nous disqualifie presque du prochain Euro, regardez comme ce pauvre gardien français se fait lober par un tir lointain. Ce n’est pas lamentable, ça ?

 

 

Je pense que j’en ai assez dit. Allez de vous-même vous intéresser, vous renseigner mais aussi rigoler sur http://arretsurimages.net

 

Pas de doutes, ils sont bel et bien de retour. Pour mon plus grand plaisir.