26/01/2008

Soirée lancement Focus Vif

Jeudi 24 Janvier 2008. Bruxelles.

 

« ToX, Chroniqueur mondain ? »

 

Putain. Enfin. Après quinze jours d’une session d’exams somme toute assez tranquille. Après une dernière journée de sept heures de présentations orales et d’enfermement dans un bureau. Après un début 2008 assez calme. La libération. Mon année peut enfin commencer. Retour des concerts, des pseudos grasse mat’, des découvertes musicales et de ToX. Et mise à part le temps de merde qui s’abat sur Bruxelles, cette libération ne pouvait pas mieux commencer. Imaginez plutôt : une invitation pour le lancement d’un nouveau mag culturel belge, une ancienne centrale électrique qui fait maintenant office de centre d’art contemporain, quelques concerts et surtout le retour de Girls in Hawaii. Quatre ans…putain…

 

Hé ouais, quatre ans. Il y a quatre ans que le sextuor belge sortait From Here To There,  leur premier album. Quatre ans plus tard, après 60 000 exemplaires vendus, après une tournée européenne et quelques dates américaines, ils sont de retour avec Plan Your Escape, leur second album.  

 

Ce soir, Le Vif L’Express lance son nouvel hebdomadaire Focus Vif. Un news culturel de 100 pages qui balaiera tout le spectre de la culture, de la musique au cinéma en passant par la télévision, les jeux vidéo, le multimédia, les livres, la BD et les DVD. (Toutes les infos sur le mag ICI)

 

Pour l’occasion, le moins que l’on puisse dire c'est qu'ils ont mis les petits plats dans les grands, avec en exclusivité, trois semaines avant la sortie de leur nouvel album et avant leur date sold-out au Cirque Royal, les belges de Girls in Hawaii. Aussi de la partie, Yaël Naïm dont la première date belge, le 30 janvier, affiche elle aussi complète ; et en guise d’apéritif, les belges de Minerale.

 

Focus


A l’entrée, la couleur de la soirée est annoncée : dispositif de sécurité, tenues de soirée, coupes de champagne et amuse-gueules en guise de bienvenue.

Dans la salle, la cinquantaine de personnes invitées par Le Vif est facilement (et timidement) reconnaissable parmi le gratin belge : personnalités, journalistes, petite bourgeoisie  bruxelloise branchée et autres représentants de la scène rock belge (Montevideo, Hollywood Porn Star ou encore Superlux). Ils sont tous là ou presque.

 

Le m’as-tu-vu des plus branchés l’emporte. Les paillettes et les tenues de soirée sont plus que conseillées.

 

Deux bars dans la salle. Derrière ceux-ci, six heures de bulles à volonté.

 

Et sur la scène alors ! Enfin un milieu avec lequel je suis plus un peu plus à l’aise…

Comme prévu, c’est Minerale qui se charge d’ouvrir les hostilités. Un set qui impressionne par… sa courté, 20 minutes ! Malgré un manque certain d’originalité et de personnalité, Minérale commence à trouver sa voie, plutôt pop, entre mud flow et Nada Surf. Ce soir, Minérale ose aussi. Le groupe ose reprendre le mythique Love Will Tear Us Appart de Joy Division. Plutôt réussi.

 

Une autre qui ose, c’est Yaël Naïm. Elle ose, à raison, débuter son set en s’en prenant au public, à son goût trop bruyant pour qu’elle puisse jouer dans de bonnes conditions.

En vain…

 

Focus (3)


Sur scène, la demoiselle qui alterne entre gratte et piano, mais aussi entre hébreux, français et anglais, est entourée de trois musiciens. Après Minérale qui s’attaque à Joy Division, Yaël Naïm, dans un autre registre, s’en prend quant à elle à Britney Spears et reprend Toxic au piano.

Elle tente d’imposer ses pop-soul-folk songs à un public de plus en plus alcoolisé. Une tentative pas vraiment réussie ; mise à part l’efficacité de son single New Soul et de sa reprise de Britney, ses autres compos nettement plus intimistes ont beaucoup plus de mal à s’imposer dans cette soirée. Malgré tout, en face de nous, un petit bout de femme impressionnant (et avec du caractère). Les premiers rangs sont conquis.

 

22h30. Les bars ferment (pour mieux se réapprovisionner), la salle se vide. N’y voyez (peut-être) pas de relation cause à effet. Un public pas vraiment venu pour la musique qui manquera la première prestation bruxelloise depuis trois ans de Girls in Hawaii.

 

Les Girls qui annoncent directement la couleur en balançant This Farm Will End Up In Fire, premier single extrait de leur nouvel opus. Bien que lors des premiers morceaux, le son, légèrement mal réglé, noie les voix sous un déluge instrumental, le sextuor démontre rapidement qu’il revient en forme, en très grande forme. Une prestation très rock, puissante et énergique dans laquelle les six gars alternent entre nouveaux et anciens morceaux. Une sorte de répétition grandeur nature de 50 minutes qui prouve qu’ils sont désormais prêts à attaquer la tournée européenne qui les attend. Girls in Hawaii s’impose comme LE groupe belge à suivre en 2008. (Spoiler : les premières écoutes de l’album me laissent penser que ce dernier est vraiment excellent. A suivre, très rapidement)

 

Focus (2)


 

Minuit. Dernier bus. Pupilles dilatées. Un peu. Beaucoup. Passionnément. A la folie. Pas du tout. Il est temps de filer. Des souvenirs pleins la tête.

Merci Le Vif. Merci Le Vif Focus pour cette soirée 100% VIP.

 

J’pouvais pas finir comme ça, sans vous offrir un petit cadeau, ce sera This Farm Will End Up In Fire, le premier single extrait du nouvel album de Girls in Hawaii.

 

Girls In Hawaii - This Farm Will End Up In Fire [ToX].mp3

25/01/2007

Jarvis @ AB

jarvis-240107

Soirée surréaliste

 

A peine 4h après la fin de mon dernier examen, voilà que je me retrouve au 2ème rang de l’Ancienne Belgique pour découvrir Jarvis, 46 ans, anglais, chanteur, ancien leader du groupe Pulp et qui m’était totalement inconnu jusqu’il y a quelques jours…

 

En première partie, ruacutane. Petit groupe belge, créé en 2003 dont le premier album devrait sortir en 2007 et dont les mélodies electro-pop me plaisaient bien lors d’une rapide première écoute. Ca s’est confirmé en live avec des morceaux oscillant entre balade pop et electro, mais surtout deux très jolies voix, en parfaite harmonie. Par contre, niveau expression scénique ce fût pas du tout ça…La tension de jouer devant autant de spectateur peut être…Toujours est il, que le chanteur apparemment tendu, restait cloîtré dans le mètre carré qui entourait son micro. A défaut de charisme et de contacts avec le public, un très bon son et quelques très bons morceaux, qui m’ont d’ailleurs fait acheter leur EP à la fin de concert… qui lui, en revanche, est une déception…

 

Ce fût le contraire avec Jarvis, je trouvais son premier album solo très pop, très lent voire même « mou ». Je m’attendais à un concert paisible, coincé au fond d’un fauteuil tout en appréciant le spectacle. Et là, ce fût la surprise, une énorme claque. Un son parfait et une personnalité excellente.

 

21h, le show peut commencer, les musiciens débarquent : deux guitaristes, un bassiste, le batteur et un claviériste, chanteur et guitariste. Et puis c’est au tour de Jarvis, dans un style vestimentaire qui me rappelle beaucoup celui de mes tontons dans les années 80, basket, jeans, chemise à carreaux  bien rangée dans le pantalon, veste verte en velours et autre élément important, les lunettes, d’un style… à part... Et puis le détail qui tue, décontracté, Jarvis arrive sur scène en mangeant une mignonnette de Côte d’Or, qu’il partagera ensuite avec le public

 

Jarvis étant en solo, les nombreux musiciens sont plutôt en arrière-plan ; alors que lui se retrouve la plupart du temps sans guitare avec toute la scène et le public pour lui et ce fût pour notre plus grand plaisir. Car le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il sait occupé l’espace ! C’est qu’en plus de 20 ans de carrière, il a du en faire des concerts ! On pourrait le croire blasé…mais pas du tout, il bouge, il saute, il danse dans un style très euhhhhh particulier, il communique beaucoup avec le public, et en français s’il vous plait ! Je l’ai vraiment trouvé excellent. De plus, ses chansons qui peuvent paraître un peu « molle » sur cd, prennent toutes leurs puissances en live. 1h20 de spectacle, une reprise de Prince, un rappel et un concert tout aussi succulent que surprenant.

 

Et alors, qu’il y a 2 heures je me trouvais encore à 2 mètres de toi, je peux réécouter ton cd et l’apprécier à sa juste valeur, des souvenirs plein la tête.

Et pour couronner le tout, juste à ma droite se tenait une demoiselle inconnue qui devait être la plus jolie blonde de l’AB.

 

Succulent. 

 

Jarvis, t’es un grand homme ! Chapeau !

17/01/2007

Jarvis @ AB 24/01/07

Tout roule pour ToX. Des lecteurs fidèles, des articles qui se suivent, du soutien et un ToX qui pourrait prendre un peu d’ampleur.

Avec tout d’abord mon ami gora, qui devrait prochainement nous pondre un petit article, dans la lignée de ToX bien sûr, et que je me ferais un plaisir de publier. (Voila pour le petit coup de pression).

Et puis aussi avec, il y a quelques jours, l’arrivée sur ToX de une ou deux "manageuses", comme vous le voyez c'est pas encore très clair … Je ne sais pas encore à quoi elles servent ni à quoi elles serviront mais toujours est-il qu’elles portent leurs fruits ! En effet, grâce à l'une d'elle me voici avec une invitation pour un concert supplémentaire, le 24 janvier à l’AB.

 

Voici ce qu'elle m’a dégoté : Jarvis.

 

Héro excentrique de la britpop et chanteur flamboyant de Pulp, JARVIS COCKER avait disparu de la scène et des tabloïds depuis 2002. Aujourd'hui, auteur des textes du triomphal 5:55 de Charlotte Gainsbourg, il revient en force avec un sensationnel album et une série de concerts solo.
Originaire de Sheffield, Jarvis et Pulp, s'imposèrent grâce à leur album 'Different Class' en 1995. 'Common People', 'Disco 2000' et bien d'autres de leurs titres déchaînent l'hystérie en Angleterre et consacrent Pulp comme l'un des plus gros vendeurs de disques des années '90. La force de Pulp n'était pas seulement une musique originale, à la fois sombre et lumineuse, mais aussi et surtout les fabuleux textes de Jarvis pouvant être d'une ironie mordante, parfois cruelle. Le groupe se sépare en 2001 en laissant une discographie riche de 7 albums studios, quelques compils et une empreinte indélébile dans l'histoire de la musique. Jarvis fera bien un bref retour, en 2004, le temps d'une blague electroclash avec Relaxed Muscle comme pour retrouver le plaisir du délire qui avait fini par le quitter avant de signer son retour fracassant de 2006.
Son nouvel album éponyme puissant et raffiné nous offre des titres grandioses qui s'ajoutent à une liste de chefs d'oeuvres déjà bien longue. Désormais, il atteint sans aucune difficulté la classe à part et intemporelle de ses héros, Léonard Cohen, Scott Walker ou Serge Gainsbourg. Sa nouvelle tournée l'emmènera sur la scène de l'Ancienne Belgique le 24 janvier prochain pour un concert sans précédent.

 

C’est super aimable de sa part, Merci à elle!

Le 24 janvier, jour de mon dernier examen, de la musique calme de préférence. Mais bon le truc, puisqu'il y a un truc, c’est que Jarvis Cocker... je connais pas. Son groupe apparemment pseudo-légendaire Pulp, tout aussi inconnu au bataillon… Je me suis donc empressé de me procurer l’album. Résultat : des petites balades pop, voir un tout petit peu rock, c’est sympathique, ça mange pas de pain et ça convient pour une fin d'examen … surtout quand on est invité Voila qui fera une chronique supplémentaire sur ToX.

En attendant, voici le clip de son dernier single Don’t Let Him Waste Your Time. Un clip assez fun qui permet d’avoir une première approche du personnage de Jarvis Cocker. La suite : Dans une semaine à l’AB et sur ToX pour un compte rendu.

 

 

 

 

Autres news de concerts :

 

 L’AB sera rempli pour accueillir mud flow le 28 février. Il devrait y avoir vraiment une chouette ambiance. Pendant ce temps là, ce sera plus tranquille pour moi avec The Album Leaf du côté du Bota.

 

Je vous avais parlé dans un post précédent de Boutik Rock qui aura lieu au Bota du 14 au 17 février et je vous le conseillais d’ailleurs vivement. Et bien l’affiche vient de tomber. Bon pas de quoi chier une pendule mais quelques soirées sympa en perspective, notamment celle du vendredi 16. Pour tous les détails, ça se passe ICI. Avec entre autre, The Tellers, Mineral ou Piano Club.

 

J'en finirais pour aujourd'hui avec le morceau que j'ai écouté en boucle durant la rédaction de cet article, c'est Intervention, extrait du nouvel album de Arcade Fire. C'est imparrable, puissant, somptueux et efficace... C'est en concert le 4 avril aux halles de Scaerbeek, ou plutôt c'était en concert...puisque ce fût sold out en quelques jours seulement... hé oui, j'en connais qui peuvent se mordre les doigts!

 

A bientôt sur ToX!

 

Bien à vous, 

 

 

 

17:03 Écrit par ToX dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jarvis, cocker, ab, 24 janvier, boutik rock, arcade fire |  Facebook | | |