19/01/2008

Tunng - Good Arrows

tunng

Tunng – Good Arrows

 

Difficile de déjà émettre un avis sur les groupes ‘indie’, découvertes ou confirmations, qui feront l’année 2008. Heureusement, 2007 a été très riche, tellement riche que je suis passé à côté des londoniens de Tunng. Alors pour patienter, je vous propose de partir à la découverte de leur troisième album ‘Good Arrows’, un merveilleux disque pop-folk, sorti en 2007 mais que j’ai découvert il y a juste quelques semaines. Attention, Gros Dossier.

 

Rarement, j’ai trouvé un album pop aussi plaisant, varié, joyeux et inventif. Tunng l’a fait, et ce, dans la plus pure tradition ‘indie’. Des mélodies, des chœurs, des guitares souvent, des percussions, des claviers, quelques restes électroniques et surtout de nombreux bruitages maisons (un peu comme I’m From Barcelona le fait avec des ciseaux ou encore des bananes).

L’entrée en matière est splendide et magistrale avec Take qui, à mon goût, est l’un des meilleurs morceaux de cet album. Dans la continuité de celui-ci, Bricks le suit et reprend la même formule gagnante. Hands est, quant à lui, un morceau beaucoup plus calme et posé.

 

Vient ensuite le premier single extrait de cet opus, Bullets. La formule est un peu différente avec cette piste de six minutes, c’est du moins ce que la première minute pourrait laisser penser avec une intro uniquement piano-voix. C’était sans compter la capacité de Tunng à trimbaler l’auditeur dans d’incroyables et merveilleuses balades pop. Après ce single (qui n’en a pas vraiment l’air), place à Soup, sorte d’interlude instrumental, qui démontre parfaitement à quel point ces londoniens manient habillement les mélodies. S’ensuit six autres morceaux qui, comme les cinq premiers et tel une liste de course, reprennent la formule ‘Un mot par morceau’ : Spoons, King, Arms, Secrets, String, Cans.

 

Quelques mots synonymes de la simplicité et de l’apparente légèreté du groupe. Derrière eux, se cache pourtant un album exceptionnel, intelligent et ingénieux.

 

A noter que le groupe se (re)lance dès le mois de février dans une tournée européenne comportant quatre dates françaises (Vendôme, Paris, Lyon, Mulhouse) mais aucune en Belgique… Dommage… Je les ai ratés alors qu’ils étaient à l’AB fin 2007… C’est là mon seul regret, devoir attendre avant de les voir repasser en Belgique… mais au vu de la qualité de cet album, ils sont largement pardonnés.

 

Le Clip de Bullets :  

 

 

Take en acoustique lors d’une BBC Session :      

 

 


20/12/2007

Sebastien Tellier – La Ritournelle (Mr Dan's Mix)

Bruxelles


Sebastien Tellier – La Ritournelle

 

Si c’est un peu par hasard (et un peu tard) que je viens de découvrir Sebastien Tellier, ce n’en est par contre pas du tout un si je choisis de vous proposer une des ses œuvres. Un morceau d’abord, La Ritournelle. Un artiste, un univers et de nombreux disques ensuite.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce jeune homme français et ce n’est pas plus mal. Loin des ondes françaises, il est produit sur le label Record Makers de ses compatriotes d’Air. Dans la même lignée musicale que ces derniers, depuis six ans, il sort plusieurs albums (L’incroyable vérité, Politics, Sessions) et compose quelques BO de film (Narco, Steak).

 

La Ritournelle, ses paroles, sa mélodie, est un hymne à l’amour. Le genre de morceau inconnu du grand public alors qu’il ne suffirait pourtant que d’une infime propulsion, qui n’a pas encore eu lieu, pour que ces quelques phrases sur fond de piano se taillent une place aux sommets ; au sommet des playlist, au sommet des meilleures musiques de pub, des ballades romantiques, ou encore des plus jolis morceaux sur ToX.

La version originale sortie en 2005 prend selon moi un peu trop de temps à décoller, simple question de goût. Le léger remix de Mr Dan sorti un an plus tard sur l’album Universe répare tout cela et fait de La Ritournelle un morceau simplement planant, subtil et sublime. Et même si les chroniqueurs musicaux trouveront sans doute ce morceau pâle, plat et sans intérêt, je l’apprécie et je prends le pari que vous pourrez aussi l'apprécier..

Enjoy.       

 


 

Oh nothing’s gonna change my love for you
I wanna spend my life with you
So we make love on the grass under the moon
No one can tell, damned if I do
Forever journeys on golden avenues
I drift in your eyes since I love you
I got that beat in my veins for only rule

Love is to share, mine is for you

 


 

05/12/2007

Headphone – Ghostwriter

Ghostwriter

Headphone – Ghostwriter

 

« I'm a lunatic. I'm loosing it »

 

 Ghostwriter est le premier single du groupe belge Headphone. Un morceau presque parfait qui laisse envisager le meilleur pour la suite. Ce duo (en studio, mais rejoint par trois autres musiciens en live sur scène) originaire de Gand marche plutôt pas mal actuellement sur les ondes flamandes.

Ghostwriter, c’est d’abord un univers visuel remarquable, original et distinctif ; normal puisque ça nous vient du Brésil et que c’est issu d’une collaboration Internet avec Everton Luiz Sebben. Un univers qui se retrouve dans la découverte du clip-vidéo réalisé par ce vidéaste brésilien, magnifique.

 

Le Clip :

 

 

Les Paroles :

Ghostwriter

 

I'm not you.
But I'll try.
I ghostwrite
See you through.
Drawn into.
My cave.
Maybe
Good for you.


I'm a lunatic. I'm loosing it. X x

I owe you.
Yeah right!
Nice try.
A bit too smooth.
That's my boy.
Shake well.
I won't tell.
Still cocksure.

I send you down to earth or up high
Settle down 'cause you're uptight.

I'm a lunatic. I'm loosing it. X x

 

Au niveau musical, dans leur electro-atmosphéro-pop, on ressent et on s’oriente vers les influences des plus grands : Archive, Zoot Woman ou encore Thom Yorke mais j’y retrouve aussi un petit côté ‘made in belgium’ dans la lignée de Deus ou de Ghinzu (mais ça, je suis peut-être le seul à le retrouver).  

 

Headphone a récemment signé sur le label [PIAS] Recordings et leur premier album est prévu pour le printemps 2008. D’ici-là, dans un élan de générosité, [PIAS] met à disposition gratuitement et légalement, le clip et le MP3 de Ghostwriter. C’est ici que ça se passe : Headphone – Ghostwiter.mp3  

 

De mon côté, je suis vraiment tombé sous le charme et suite aux écoutes répétées (et appréciées) à mon traditionnel panel, je peux en conclure que je ne devrais pas être le seul.

 

Enjoy.