01/04/2007

Sexualité: Alors heureux?

sexualité


Tout a commencé ce mercredi 28 mars, je découvre Le Courier International de la semaine (N°856 du 29 mars au 4 avril). La politique française est bien évidemment à la une ces dernières semaines, voir de ces derniers mois. Mais Le Courier International nous propose en regard différent sur ces élections, celui de la presse internationale. Notamment à travers, une chronique surprenante, celle de Roger Cohen du NewYork Times. Voici son introduction :

 

Les Français, on les aime forcément.

Déjà plongés dans une élection présidentielle aussi serrée qu’une partie d’échecs entre deux champions, voilà qu’ils sortent une étude approfondie de leurs comportements sexuels qui fait tellement sensation que le présentateur vedette du JT n’hésite pas à faire attendre Ségolène Royal pour en détailler les résultats. Les conclusions de ce travail réalisé par l’INSERM ne sont pas inintéressantes. L’âge moyen auquel le Français perd sa virginité (17 ans) est désormais le même pour les deux sexes, et 72 % des femmes et 57 %des hommes de 18 à 24 ans estiment qu’on peut avoir des relations sexuelles avec quelqu’un sans l’aimer. Je pourrais continuer à égrener les résultats, mais ceci est une chronique politique. Je me contenterai donc de dire que le romantisme se porte très bien dans l’Hexagone, de même que ce goût pour la truculence sans lequel la France ne serait pas la France. Elle est et restera à jamais cette terre de pain et de roses [évocation de la chanson des grévistes du textile en 1912 dans le Massachusetts, Bread and Roses].

 

Le New York Times évoque donc cette enquête et ces chiffres, très intéressants, et je n’en avais même pas entendu parler et j’étais donc passé à côté du sujet…

 

Dimanche 1 avril. Journée ensoleillée, glandage devant la télé. Je zappe et je tombe sur l’émission de France 5 présentée par David Pujadas, Madame Monsieur Bonsoir. Le thème : Sexualité : Alors heureux ?

 

L’émission se base elle aussi sur les résultats de cette enquête française. Apparemment, elle est importante puisque c’est seulement la troisième de ce genre depuis 35 ans. Je ne pouvais donc pas passer au dessus (Permettez moi l’expression !). Au programme, pleins d’archives télé des années 70, le tabou du sexe à l’époque, des extraits, des chiffres,… Rien de tel pour un dimanche après-midi. Malheureusement, c’est assez court (Encore une fois permettez l’expression !) et après à peine 15 minutes et un dernier sujet sur les sex toys, on passe sans transition au sujet suivant : Cambodge : histoire d’un génocide… Machin Bazar

 

Heureusement, j’ai eu le temps de prendre quelques chiffres et quelques infos en plein vol :

 

Avant le rapport du docteur Pierre Simon, publié en 1972, impossible de connaître la vraie vie sexuelle des Français. Officiellement, le sexe n’existe pas hors mariage. Et s’il existe, la société et les pouvoirs publics le considèrent soit comme une déviance, soit comme une insulte à la morale et à la religion.

Publiée en pleine révolution des mœurs, le rapport Simon bouleverse du jour au lendemain toutes les idées reçues sur la sexualité en France, en mettant en évidence la banalité de certaines pratiques, comme l’homosexualité, la masturbation ou les relations extraconjugales.

A partir de cette étude, la société évolue très vite. En 1973, la circulaire Fontanet instaure les cours d’information sexuelle dans les écoles, dans le cadre de l’enseignement de la biologie. Un an plus tard, la pilule est rendue accessible aux mineures et la majorité sexuelle pour les rapports homosexuels, fixée à 21 ans en 1963, est ramenée à 18 ans.

En 1973, 8% des femmes prennent la pilule alors que 95% connaissent son existence et que 45% croient en son efficacité.

Mais à en croire l’étude qui vient de paraître, la vie sexuelle des Français n’est pas si débridée que ça : les femmes avouent en moyenne 4,4 partenaires sexuels au cours de leur vie. Et les pratiques comme le libertinage ou l’échangisme concernent moins de 5 % de la population.

 

Bon maintenant, je vais me lancer dans une recherche sur le net pour un peu plus d’infos et de chiffres sur cette fameuse enquête.

 

Et voici les chiffres les plus intéressants que cette enquête nous révèle :

 

-         L’enquête a été réalisée auprès de 12 364 femmes et hommes âgés de 18 à 69 ans (Ne me demandez pas pourquoi 69 !)

-         En un demi-siècle, l’âge moyen du premier rapport sexuel est passé de 18,8 ans à 17,2 ans pour les garçons et de 20,6 ans à 17,6 ans pour les filles.

-         Le nombre de partenaires déclarés dans une vie est surprenant : 4,4 pour une femme (2 fois plus qu’en 1970), et 11,6 pour un homme. Quant à la différence de genre, elle tient certainement à une divergence de vues : les femmes auraient tendance à ne comptabiliser que les relations marquantes, contrairement aux hommes qui afficheraient la totalité des rencontres, quelles qu’elles soient.

-         Un indicateur qui croît pour sa part est celui de l’affirmation de son homosexualité ou de son attirance pour le même sexe. Surtout chez les femmes. Ainsi, 4% affirment-elles avoir eu un rapport lesbien, contre 2,6% en 1992. Effet d’une meilleure acceptation dans la société, ou réelle inflation ? Plus de 70% des femmes entre 18 et 24 ans voient l’homosexualité comme « une sexualité comme une autre ». Les hommes âgés de 60 à 69 ans, sont encore 40 % à la considérer comme « contre-nature ». Question de génération sans doute…

-         90% des hommes ont déjà pratiqué la masturbation contre 60% des femmes.

-         La pratique de la sexualité orale a presque doublé chez les femmes et les hommes entre 1992 et aujourd’hui (plus de 80% déclarent l’avoir expérimentée).

-         Quant à la sodomie, 37% des femmes et 45% des hommes affirment l’avoir pratiquée au moins une fois dans leur vie, contre 24% et 30% en 1992.

-         Le recours quasi-systématique au préservatif lors du premier rapport. 90 % chez les 18-24 ans, contre moins de 10% chez les 60-69 ans.

-         Les tromperies : semblent plutôt marginales et davantage masculines. Seuls 2,8% des femmes et 5,3% des hommes vivant en couple depuis au moins un an déclarent avoir eu un autre partenaire sexuel que leur conjoint au cours de l’année écoulée.

-         Hommes et femmes disent avoir, en moyenne, 8,7 rapports sexuels par mois.

-         16% des femmes et 15% des hommes en couple depuis plus d’un an n’ont eu aucun rapport sexuel pendant au moins trois mois consécutifs.

-         Les femmes de plus de 50 ans sont désormais près de 90% à déclarer une activité sexuelle dans les douze derniers mois, contre 77% en 1992 et 53% en 1970.

-         La masturbation est « une sorte de tout premier contact avec la sexualité » pour 90% des hommes, toutes générations confondues. Les femmes, elles, sont moins nombreuses à la pratiquer (60%) et l’expérimentent plus tardivement.

-         En 2006, 3,1% des hommes ont payé pour avoir un rapport sexuel.

 

Plus d’infos sur lemonde.fr  et sur Marianne-en-ligne

 

Les résultats complets de l'enquète sur ICI.

 

Bien à vous,

Petit tour en Pologne.

pologne


Dossier choc : La Pologne.

 

Non ! Aujourd’hui je ne reviendrai pas avec le Turkménistan (Mais ça ne tardera pas), mais je vous ai déniché un billet surprenant et choquant au sujet d’un pays encore plus proche du notre : La Pologne.

 

C’est extrait du magazine français Marianne N°519 Du 31 mars au 6 avril 2007.

 

La Pologne oubliée par les intellos.

 

Dans l’indifférence générale, un pays d’Europe a décidé de réhabiliter la chasse aux sorcières. En Pologne, dix-huit ans après la fin du communisme, journalistes, professeurs, avocats et hauts fonctionnaires doivent dire s’ils ont eu ou non des rapports avec les « services » de renseignements communistes. Les déclarations seront vérifiées sur la foi de documents qui ne sont ni fiables ni exempts de manipulation. Ces mœurs, digne de l’Inquisition, rappellent les pires heures du maccarthysme. Mais à l’époque du maccarthysme, au moins des voix s’étaient-elles élevées, partout dans le monde. Aujourd’hui, rien de tel. Nombre d’universitaires et d’intellectuels polonais, fort courageusement, ont protesté. On attend toutefois le signe d’une quelconque solidarité en Europe, notamment en France. Voilà quelques années, des intellectuels s’étaient émus de l’arrivée du leader d’extrême droite Jörg Haider au pouvoir, à Vienne, au point de vouloir mettre l’Autriche au ban de l’Europe. Cette fois, le silence est de rigueur. La Pologne est-elle indigne d’une quelconque solidarité. Une chape de plomb s’abat sur Varsovie, à deux heures de vol de Paris, en plein cœur de l’Europe qui fête son cinquantième anniversaire. Et personne ne juge bon de rappeler que la Pologne, comme n’importe quel pays de l’Union Européenne, se doit de respecter un minimum de droits et de libertés publiques. Jack Dion.

 

Toujours dans le même mag, quelques pages plus loin, voici qu’on reparle de la Pologne. D’une façon un peu plus légère cette fois…

 

La Pologne veut interdire les… kilts.   

 

Les Ecossais aiment faire découvrir leur culture, mais les Polonais ne s’y font pas.

 

A Varsovie et à Cracovie, les habitants ne supportent plus les touristes écossais qui viennent visiter la Pologne en kilt. En effet, les trésors historiques polonais les intéressent nettement moins que la bière et la vodka, bien moins chère que chez eux. « On ne peut plus faire trois pas sans tomber sur des Ecossais complètement saouls qui veulent à tout prix vous montrer qu’ils ne portent rien sous leurs kilts », se plaint Agnieska Gaspar, une habitante de Cracovie, dont le conseil municipal a tenté d’interdire les kilts. « Hélas, la police nous a expliqué qu’il s’agissait d’un vêtement accepté, mais les agents ont promis de dresser plus d’amendes pour exhibitionnisme, dit le maire. Pourquoi aurions-nous envie de voir ce que porte une Ecossais sous son kilt ? » Il devrait apprendre à poser la question en gaélique.

 

Voila c’était le petit tour de l’actu en Pologne, pays où j’aurai peut-être la chance d’être votre reporter spécial pour ToX cet été.

31/03/2007

La messe est finie!

La messe est finie !

 

Quand j’étais petit, chaque dimanche matin de 10h30 à 11h30, j’étais contraint et forcé d’assister à L’événement dominical de toute bonne famille chrétienne : Aller à la messe.

 

Vers l’âge de 14/15 ans, cette contrainte s’est peu à peu dissipée pour laisser place à un autre événement dominical : Auto Moto et surtout TéléFoot sur TF1. C’était notre messe du dimanche… Et quand le dimanche matin, je suis en contact avec quelques uns de mes amis plutôt matinal et qu’ils me racontent qu’ils assistent à la messe, je comprenais directement qu’ils étaient alors scotchés à leur canapé à regarder Téléfoot.

 

Sacrilège ! En regardant les infos ce matin, c’est les larmes aux yeux que j’apprends que la messe est dite : C’est France 2 qui a acquis les droits du championnat français de football.

 

L'annonce a fait l'effet d'une véritable bombe dans le petit monde de la télé. Alors que depuis plus de 20 ans, TF1 diffusait tous les dimanches, dans Téléfoot , les résumés des matches du championnat de France de foot, c'est France 2 qui a réussi à décrocher les droits du ballon rond pour la saison prochaine !

 

Attention, Téléfoot restera néanmoins au programme. On aura toujours droit aux résumés internationaux et européens, ainsi qu’à l’actualité.

 

Re-Sacrilège ! Que propose France 2 à la place de Téléfoot ? Une émission qui aura lieu de 12h à 13h35, avec de 13h à 13h15 une petite place pour le JT.

 

Mais à qui profite le crime ? Aux grands-mères qui verront Pascal Sevran passer à la trappe ? Aux personnes qui aimaient suivre le JT du dimanche midi sur France 2 ? Aux fidèles de Téléfoot sur TF1 (et dieu sait si ils sont nombreux) ? Aux personnes qui de 12h à 13h sont occupées de prendre le repas dominical ?

 

A moins que justement, ce décalage horaire permette aux personnes qui reviennent de la messe, d’enfin pouvoir assister à leur émission de foot du dimanche à la télé….

 

La boucle est bouclée… Me reste plus qu’à retourner à la messe (Quoi !? on me dit dans l’oreillette que ça n’existe plus !)

 

Je dédicace cette news à toutes mes lectrices qui le dimanche matin ne regardaient pas Téléfoot.

 

Plus d’infos sur http://www.dhnet.be/dhculture/article.phtml?id=169817

18:38 Écrit par ToX dans Culture & Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : telefoot, france 2, tele, tf1, fin, emission |  Facebook | | |