16/02/2008

British Sea Power @ Botanique

British Sea Power

British Sea Power @ Botanique

 

« Touché … Coulé »

 

Bruxelles. Vendredi 15 Février 2008. 20h.

 

Ce soir, la Rotonde est complète, prise d’assaut par un des fleurons de la flotte anglaise, ou plutôt de la scène indie britannique, j’ai nommé : British Sea Power.

Un nom à retenir pour 2008 car en plus de jouer dans des salles combles, leur troisième album Do You Like Rock Music ? , qui vient à peine de sortir, est acclamé par une critique unanime.

 

20h30. Les lumières s’éteignent et c’est sur fond d’un grandiose hymne épique, entourés de fanions maritimes, que les six moussaillons britanniques débarquent sur scène. Ils imposent rapidement leur son puissant à coups de guitares mais aussi de trompette, de synthé et de violon. Un son scotchant et parfait.

Pourtant, dès le début, avec le public, ça ne prend pas. L’osmose est loin d’être parfaite. Au point que j’ai rarement vu un public aussi peu réceptif dans une salle comble. Il faut dire que le groupe ne fait rien pour mettre un brin de folie ou de charisme dans sa prestation.

 

Ils jouent et rien ne se passe. Ils jouent encore et toujours rien ne se passe.

 

Dans les derniers rangs, on n’applaudit plus, on se regarde, embêté.

Après 1h, une seule envie, échapper à British Sea Power. La seule issue est la fuite. Je décide de quitter le bateau et de laisser la flotte anglaise rejoindre son île. La foule perplexe, l’abordage est raté.

 

Et une première déception en 2008, une.

Sur le retour, j’ai le temps d’apercevoir le merchandising et ses badges à 5€… et une affaire qui roule, une.

 

Après l’écoute d’un album plutôt réussi, je ne peux qu’être déçu par la non-prestation de ce soir.

 

15/02/2008

Girls in Hawaii showcase @ Botanique

« Postcard from Hawaii : The weather here's nice. Girls are beautiful. »

 

Bruxelles. Mardi 12 Février 2008.

Y’a des jours comme ça où je me demande ce que j’ai bien pu faire pour mériter autant de privilèges.

Y’a des jours comme ça où je me réveille à 7h du mat, alors que j’ai tout le loisir de dormir, trop stressé, trop occupé à me poser un tas de questions sur ma première journée de stage qui m’attend dans l’après-midi.

Y’a des jours comme ça où en me levant, j’apprends que le soir même aura lieu un showcase privé de Girls in Hawaii au Botanique.

Y’a des jours comme ça où après une première journée de stage et de travail, je me retrouve au concert de Girls in Hawaii.

 

Assister deux fois en trois semaines à un concert de Girls in Hawaii, la veille de la sortie de leur nouvel album et quelques jours avant le début de leur tournée européenne, doit sans doute faire partie des privilèges qui m’auront été offert.

A deux reprises, l’impatience. L’impression d’assister à un grand moment.

 

Pourtant, autant aller directement droit au but, cette fois, ils m’ont déçu.

 

Un groupe détaché, pas vraiment motivé et une prestation bien peu charismatique.

 

Derrière moi, 599 autres invités. Devant moi, sept télés (hé oui, elles sont de retour dans le paysage de GiH), un écran géant, quelques lampadaires et au milieu de tout ce brol (belgicisme, =désordre), les six belges de Girls in Hawaii.

Après la prestation quelque peu particulière à laquelle j’avais pu assister le 24 janvier dernier (ICI), les voici de retour dans les vraies conditions scéniques de leur nouvelle tournée. Un set relativement bien rodé alternant pendant 1h30 la quasi-intégralité des deux albums du groupe. En primeur ce soir, et pour la première fois en public, ils dévoilent les projections, diffusées sur les huit écrans qui les entourent, qui accompagneront chaque morceau avec un univers visuel particulier. Chaque morceau possède ainsi sa vidéo. Des visuels qui baignent dans la belgitude, qui n’apportent aucune dimension supplémentaire aux morceaux et qui sombrent trop souvent dans des clichés particulièrement inintéressants. La Mer du Nord, les mouettes. L’Ardenne, les forêts.

 Girls in Hawaii


En une vingtaine de morceaux, tout y passe, même une reprise des Beatles. Pourtant, derrière tout ça, rien de très bandant, pardon de passionnant. Des gars pas très en forme, pas très motivés, voire  même détachés. Mais bon, je les pardonne, ils sont sortis du resto 30 minutes avant le concert. Je pourrai tenter de résumer (un peu) grossièrement la setlist en disant qu’il y avait ¼ de morceaux excellents et brillants, ¼ de jolis souvenirs du premier album et ½ de morceaux chiants.

 

Alors, je ne sais pas lequel de nous deux était légèrement bourré la dernière fois mais je les ai trouvé, cette fois-ici, nettement moins rock’n’roll, moins motivés, moins dedans, moins charismatique aussi. Ça reste d’ailleurs un gros problème pour le chanteur de communiquer avec le public…

C’est plutôt mauvais signe pour la longue tournée qui les attend.

 

Pourtant, il y a bien quelques éclairs de génie à commencer par Couples on TV, premier morceau écrit, composé et brillamment interprété par Daniel, le bassiste du groupe. Certainement le moment le plus fort du concert, le plus touchant aussi. Je tacherai de suivre les projets parallèle du jeune homme, déjà à la base des défunts Hallo Kosmo. Après Couples On TV, suivent Road to Luna et Birthday Call. Ces trois morceaux sont excellents, leur interprétation aussi. L’ambiance est à son comble pour ensuite trop rapidement retomber et reprendre son train-train lassant. Dommage. Une reprise des Beatles (dont les limites de ma culture font que je ne pourrai pas vous citer le titre) et plus grand-chose en fin de compte.

 

Légère déception donc. J’ai préféré Girls in Hawaii en version courte (40min), folle, rock’n’roll et alcoolisée.

 

12/02/2008

Apostle Of Hustle @ ABClub

Apostle Of Hustle (3)



Apostle Of Hustle (2)