24/03/2007

Les Choristes @ Maison de la Culture de Tournai 23/03/2007

concert2-3


Soirée magique en ce vendredi soir à la Maison de la Culture de Tournai.

 

[ Dommage que la Maison de la Culture, et en particulier Cathy responsable de la communication et des relations presse, ne m’ait donné aucun suivi après mon passage au D’Hiver Rock Festival (Aurais-je été trop critique ?), parce qu’il y a vraiment de chouettes évènements à (dé)couvrir là-bas… ]

 

Quittons la scène bruxelloise et surtout la scène rock/électro/pop le temps de quelques heures. Quelques heures de calme et de quiétude dans ma ville natale avec le concert des petits chanteurs de Saint Marc, (re)connus pour la bande son du film Les Choristes.

« Euhhh Thomas, t’es sur que tu t’es pas trompé là, toi allez voir les Choristes ?! »

J’ai bien une excuse, j’accompagnais ma mère. Mais je n’aurai même pas besoin de vous la sortir cette excuse puisque si je me suis retrouvé là, c’est que à la fois j’appréciais leur musique, que j’avais envie de découverte et puis simplement pour plaisir d’accompagner ma petite maman.

 

Le chœur des Petits chanteurs de Saint Marc a été fondé en 1986 par Nicolas Porte, qui en est le directeur musical et chef de chœur. Ce chœur est un ensemble mixte composé d'environ 80 enfants de 10 à 15 ans. Tous scolarisés au Collège Saint-Marc à Lyon. Les Petits Chanteurs de Saint Marc sont Maîtrise de la Basilique de Notre Dame de Fourvière depuis 1995. À ce titre, ils animent régulièrement les offices du sanctuaire. Le répertoire du chœur privilégie la musique sacrée du grégorien au 21e siècle, mais le chœur excelle aussi dans la musique profane, populaire ou folklorique. Les Petits Chanteurs de Saint Marc ne cessent d'accroître leur notoriété à travers la France, ainsi qu'à l'étranger, fruit de leur travail de qualité. Ils ont été révélés par le film "Les choristes"...

 

Après Bruxelles, Liège et Charleroi, Tournai était la quatrième et dernière date de la troupe en Belgique. On apprendra plus tard dans le spectacle que dès mardi ils partent pour quelques dates asiatiques avec entre autre des prestations à Hong-Kong et en Chine.

 

C’est la salle Jean Noté et ses mille places assises qui nous accueille à 20h30. Et il fallait être à l’heure puisque même en arrivant à 20h15, la file devant les portes était déjà très longue. Un public varié, comme souvent à Tournai, où se mêlent les générations. Avec tout de même une prédominance pour la troisième… génération. Les têtes blanches (et ce n’est en aucun cas un manque de respect) ont fait le déplacement en nombre pour ce spectacle, et c’est qu’ils tiennent à avoir une bonne place… Ainsi malgré le quart d’heure d’avance, je me retrouve dans le fin fond de la salle, mais dans ce genre de concert, ça n’a que peu d’importance. 

 

20h45, les petits chanteurs de Saint Marc montent sur scène, ils sont 28 et sont accompagnés d’une talentueuse pianiste ainsi que de Nicolas Porte, professeur de musique, fondateur de la troupe et chef de cœur. Pour l’occasion, ils ont tous sorti leur plus beau bermuda accompagné des traditionnelles chaussettes blanches, du pull sans manche et de la chemise.

A peine montés sur scène, ils nous interprètent leur « tube », Vois sur ton chemin. Ensuite, Nicolas Porte prend la parole pour nous faire les présentations et nous énoncer le déroulement de la soirée. Il y aura deux parties. La première est une partie classique, composée de chants classiques, religieux et profanes. Au programme, Ave Maria ou encore le Pater Noster (le Notre Père pour les non latinistes, les incultes ou les païens), mais aussi quelques surprises étonnantes, des chants issus de leurs tournée avec notamment un chant japonais (surprenant) ou encore un chant coréen.

 

Après 40 minutes, c’est la fin de cette première partie et place à 15 minutes de repos pour les Choristes. (Pour le public, avec le bar fermé, c’est un peu plus compliqué)

 

A 21h45, la deuxième partie peut commencer. Au programme de celle-ci, quelques morceaux extraits du nouvel album des petits chanteurs de Saint Marc, les morceaux connus grâce au film Les Choristes, mais aussi quelques grands noms de la chansons française repris façon choriste : Barbara et son aigle noir, Monsieur Charles Trenet ou encore Henry Salvador.

 

 

Au final, 1h30 de concert et un moment magique qui force le respect devant ces petits gosses d’à peine 12 ans, avec des voix formidables et qui doivent vivre une aventure à la fois humaine et musicale vraiment merveilleuse.

 

Ils étudient, traversent le monde et exercent ce qui doit être pour eux une passion et surtout font passer 1h30 de bonheur pour les papys et les mamys comme pour les plus petits en passant par quelques ados, quelques étudiants (quoique je me sentais assez seul) et aussi pas mal de parents.

 

Un moment très agréable, très apprécié du public. Touchant et Impressionnant. Du talent et de la bonne musique. Voila, ça s’est fait !

 

Demain soir retour à la normale avec le concert des suédois de I’m From Barcelona à l’orangerie.

 

16/03/2007

The Sounds & Under the Influence of Giants @ Botanique 15/03/2007

Wow quel mal de tête ! Comment écrire une chronique dans ces conditions ?..

.

Simplement en écoutant le dernier album des suédois de The Sounds et en se rappelant de l’incroyable soirée de hier soir. Une chronique qui ne manquera pas de superlatifs.

 

Tout est parti d’une intuition. Ça faisait deux semaines que je n’étais plus allé au Bota ; et il me manquait déjà. Puis, il y avait cette soirée du jeudi soir libre et au programme du Bota deux groupes qui m’étaient inconnus. Il restait encore des places et j’étais chargé d’une mission : faire oublier à une certaine groupie, un certain concert d’IAMX.

7€ avec la bota’carte le soir même, c’est le prix de la découverte et quelle découverte !

 

A 19h50, c’est une rotonde bien peu remplie qui nous accueille, quel plaisir de la retrouver, sa boule à facette, sa disposition et surtout « ma » place (en haut à droite, place VIP réservée ToX). Content de retrouver les kids aussi, qui s’accrochaient déjà aux premières rangées. Je la sentais bien cette soirée.

 

Première partie, Under the Influence of Giants.

 

Souvent comparé aux excellents Scissor Sisters, le groupe californien propose du disco-rock-funk fusion des années 70’s. Produit par Brad Smith et Christopher Thorne (Blind Melon), le premier album d’Under the Influence of Giants est sorti l’été dernier…

 

From California. Une première partie qui restera très anecdotique face à la prestation des Sounds. Pourtant, c’était un bon moment, une musique et un groupe sympathique. Un chanteur qui bouge bien et beaucoup et qui fait son possible pour nous mettre dans l’ambiance. Une voix assez exceptionnelle mais qui ne parviendra pas à sauver certains morceaux… Le tout se ressemblant beaucoup et manquant d’originalité. Néanmoins en 40 minutes, pas le temps de s’embêter. Par contre, pendant l’entièreté du concert c’est aux Scissor Sisters qu’ils me feront penser… un peu trop d’ailleurs…

 

 

 

Après quelques longues minutes de préparation, c’est au tour de la tête d’affiche de la soirée de débarquer, The Sounds.

 

Entre New Wave, punk, electronica et pop, The Sounds a réussi à créer un univers particulier qui rappelle Blondie, The Cars ou encore Missing Persons. On retrouve sur la plupart de leurs compositions le son du synthétiser et la voix audacieuse de Maja Ivarsson que l’on retrouve sur la bande originale du film « Snake on a Plane ». Après le succès en Suède et aux Etats-Unis de leur premier album « Living in Amercia » sorti en 2002, ils ont assuré les premières parties de Foo Fighter ou encore The Strokes. Ils reviennent en 2006 avec « Dying To Say This To You » enregistré dans un studio californien et réalisé par Jeff Saltzman (The Killers).

 

the_sounds1


 

Toutes mes intuitions se confirment, on assistera à une excellente soirée. L’ambiance est montée, la salle se remplit, pour finalement être comble, les kids occupent la fosse, des t-shirt du groupe un peu partout dans la salle et un public extrêmement motivé. Elément qui ne trompe pas, un casier du Maes est déposé sur la scène, on aura à faire à des suédois, des vrais. Place au Rock’n’Roll.

Les musiciens montent sur scène. Le batteur, le claviériste qui derrière ses deux synthés fera craquer certaines de ces demoiselles, le guitariste en marcel qui fera office de seconde voix pour certains morceaux et finalement le bassiste, plus « dark », de noir vêtu, la chevelure tombant sur son visage. Le batteur restera lui en arrière plan, mais les trois autres sont assez exceptionnels. Des vraies personnalités, dont la présence est remarquée et remarquable autant pour leur performance derrière leurs instruments qu’au niveau de leur présence sur scène.

Vient ensuite la star de la soirée, Maja Ivarsson, chanteuse et ‘leadeuse’ du groupe. Et quel petit bout de femme, elle arrive sur scène dans une tenue très…. (peu) sexy, mini-short en jeans, mais vraiment très mini, et une veste en jeans elle aussi et pour couronner le tout, une bière à la main. Elle est incroyable, elle bouge, elle saute, elle joue, très bien d’ailleurs, avec le public, et dès la première chanson, le ton était donné : on commence par un ‘tube’ et on fait chanter le public, avec le micro qui circule dans les premiers rangs… très marrant. Mais revenons sur le personnage, qui en plus de boire (et de renverser ses bières) nous montre son extrême souplesse lors de quelques figures dignes du championnat d’Europe gymnastique, et qui à coté de ça, se ballade la clope au bec (c’est vraiment l’expression adéquate tant elle fait ça avec… ‘classe’) et… crache. On l’est ou on ne l’est pas.

 

Un petit bout de femme incroyable, mais rien de vulgaire ici, juste un style, qui semble lui coller à la peau. Même si de loin, elle donnera plutôt l’impression d’une motarde américaine des années 80. Les suédois sont dans la place… Tout baigne.

 

the-sounds-two


 

La prestation est excellente, 1h10 de bonne humeur, de tubes, et jamais d’ennui ou de périodes creuses. En plein milieu de leur cd, il y avait ce morceau un peu particulier Night After Night, où on quittait l’énergie du groupe et les instruments pour laisser la place à un piano et à la jolie voix de Maja. Un morceau émouvant qui prendra encore plus d’ampleur en live. On arrête tout pour un moment émouvant… et juste après un reprend avec un énorme morceau… de quoi donner des frissons.     

 

L’ambiance, elle aussi, était parfaite. Tous les éléments étaient rassemblés pour une excellente soirée de concert. Le temps d’un rappel, je file acheter leur dernier et deuxième album Dying to say this to you, pour 10€ seulement, ainsi qu’un splendide t-shirt aux couleurs de la Suède et qui suit parfaitement avec mon pyjama.

 

Une ambiance bon enfant, ponctuée par les passages des gars de Under the Influence of Giants… même si ici c’était plutôt sous l’influence de l’alcool… :o)… Ils viendront se filmer derrière le groupe, s’approprier quelques micros et du matériel pour jouer avec eux. Notamment sur la chanson Living in America. Anecdotique mais amusant. J’en connais qui ont du bien faire la fête dans Bruxelles hier soir.

 

Incroyable mon mal de tête est passé, j’espère juste que je ne vais pas vous le refiler en lisant ça. Je vous aime et j’aime les Sounds, leur style, leur son, leur énergie. J’aime la Suède.

 

Puis j’ai un scoop, non pas que dès demain je file me naturaliser suédois, mais que ce concert monte sur le podium des meilleurs prestations de ce début 2007.

 

Tchusss.

 

 

14/03/2007

IAMX & Piano Club @ Auditoire Paul Emile Janson 11/03/2007

 

affiche_myspace-2

 


Ce dimanche soir était une soirée quelque peu particulière… Un concert à quelques dizaines de mètres de chez moi, et  surtout dans un particulier, un auditoire (un amphi pour les français), notre auditoire. C’est donc l’auditoire Paul Emile Janson et ses 1500 places qui nous accueillait ce soir là.

 

Ainsi on pouvait lire sur le site de l’organisation (Le Cercle Solvay) : Ce lieu trop longtemps délaissé par une vie culturelle très intense accueillait il y a une vingtaine d’années des groupes mythiques tels que Kraftwerk, Blondie ou Scorpions.

 

Pourtant, quelques heures avant le concert, j’avais toujours une certaine appréhension, un concert dans un auditoire, une toute petite fosse et une grande majorité de places assises, un éloignement de la scène assez évident,… Mais bon, si des groupes mythiques comme Kraftwerk, Blondie ou Scorpions l’ont fait alors pourquoi pas ce soir IAMX et les belges de Piano Club en première partie…

 

Le concert commençant à 20h, vers 19h30 nous avons pris la route pour les quelques mètres qui nous séparaient du Janson. Et soyons fou, en T-Shirt. Je découvre quelques minutes plus tard, et ce à mon grand étonnement, une file d’une centaine de personnes attendant l’ouverture des portes. On m’avait pourtant prévenu que plus de 1200 places étaient parties en pré vente mais je ne m’attendais pas à voir tant de personnes attendant l’ouverture des portes. Pas mal de « fans », un public de connaisseurs mais aussi de curieux, par contre pas de kids en ce dimanche soir.

 

L’ouverture des portes tarde… le public s’impatiente… on nous fait enfin rentrer, après une longue attente pour certains, mais tout ça pour se retrouver agglutinés dans les couloirs… on entend des tests sons à l’intérieur… et nous on doit encore poireauter dehors… Pas bête Solvay… on est obligé de prendre des bières comme ça… (Oui oui c’est bon j’ai compris, je ne peux pas critiquer, les bénéfices sont pour Cap 48) N’empêche une attente chiante, interminable et personne pour nous renseigner… enfin au moins, j’étais au chaud (très chaud à l’intérieur)…

 

On nous laisse enfin rentrer… les nombreuses groupies filent vers les premières rangées dans la fosse, je leur laisse la place, je prend le temps d’observer cet auditoire transformé pour l’occasion et je choisis une place assez judicieuse, centrale, assise (enfin pas pendant les concerts) et malgré tout très proche de la scène.

 

Attente, encore et toujours pour enfin voir apparaître Piano Club.

 

Ces 4 liégeois sont membres d'Hollywood Porn Stars et Malibu Stacy. Inventif et sincère, le groupe nous emporte par ses mélodies émouvantes autant que par des sons plus rageurs où la voix frêle et délicate devient emportée et violente. Un groupe qui gagne à être connu et dont la carrière ne fait que commencer.  

 

C’était la première occasion que j’avais de les voir sur scène. Le son était bon, le public déjà présent en masse (normal avec toute l’attente) et l’ambiance lancée. Au niveau de la prestation, je n’y ai rien trouvé de fabuleux, rien de bien original… dans les premiers morceaux en tout cas… du rock classique, comme on commence à en avoir un peu trop l’habitude avec nos groupes belges, ce n’est pas Piano Club qui se démarquera, juste un avis perso… Par contre, j’ai beaucoup aimé le coté électro des derniers morceaux. C’est quand Anthony Sinatra dépose sa guitare pour se mettre au clavier que ce coté électro explose, et c’est peut être dans cette lignée qu’il y a quelque chose à exploiter. Au notera aussi au passage la reprise de Nelly Furtado, pas mal non plus.

 

Plus de 22h, place à la tête d’affiche de ce soir IAMX.

 

Projet solo de Chris Corner (chanteur des Sneaker Pimps), personnage androgyne et glamour, IAMX est un véritable phénomène qui sévit partout en Europe. Petit génie de l’électropop, Corner impose son style, tantôt dansant, tantôt planant, toujours sexy. Assurant d’une voix érotisante ses mélodies, il a connu un énorme succès cet été au festival de Dour.

 

L’occasion pour moi de les découvrir en live… Pourtant Dieu sait, si j’en ai pas déjà entendu parler de leurs prestations scéniques…

L’ambiance est à son comble et la disposition du Janson s’y prête parfaitement, on se croirait dans un stade, des gens partout, des gens debout, sur les tables, sur les chaises, une ambiance survoltée. Les premiers morceaux se passent dans la folie, les morceaux les plus connus du groupe me semblent joué d’entré de jeu…Ensuite, il y a une petite période de temps mort dans le show, des chansons un peu moins bien, l’ambiance tombe… Mais reviendra, et de quelle manière ! Après 1h, Chris nous annonce déjà le dernier morceau, nous salue et nous remercie. Mais il reviendra en puissance, un public extraordinaire et un Chris qui, ravit, reviendra 3 fois en rappel. C’était incroyable, 1400 personnes (si j’ai bien compté) en train danser, de sauter et d’acclamer le groupe. Il suffisait de tourner la tête pour voir que l’ambiance était partout dans la salle, même dans les derniers rangs.

 

Et ce n’est pas cette p*tain de vidéo qui prouvera le contraire.

 

 

Une très bonne soirée, surtout de par son ambiance… Par contre, quelques petits problèmes d’organisation viendront entacher cette soirée. Par exemple, le fait qu’il n’y ait pas d’espace entre la fosse et la scène, ce qui fait que lorsqu’il y avait des slams le gars de la sécurité était obligé de passer devant Chris pour renvoyer les personnes faire un tour dans la fosse… pas très pro et pas très beau… On aurait pu y penser…

 

Autres éléments marquants, la Janson qui s’est transformé en Karaoké géant le temps d’une chansons, les fréquents et multiples petits bains de foules de Chris mais surtout, enfin surtout pour les mecs, la demoiselle du groupe qui nous reviendra pour les rappels dans une (pseudo)tenue qui nous laissera sans voix pendant de longues minutes… Et ouais, il fallait être là les amis !

 

Toujours est il que plus souvent des concerts devraient être organisé dans cette splendide salle. Dire que 8h plus tard, c’était un certain cours de Physique qui prenait la place de Piano Club et d’IAMX. Une chouette expérience, on attend la suite avec impatience. Et pourquoi pas IAMX dans quelques mois de retour en Belgique…

 

Bien à vous,