09/05/2008

I am from Barcelona, Of Montreal, Two Gallants @ Nuits Botanique

Nuits Bota


I am from Barcelona, Of Montreal, Two Gallants @ Nuits Botanique

 

13 Mars 2008. 12h20. Deux mois avant le début des Nuits Botanique, la programmation tombe au compte goûte. Au programme cette année, le même concept que l’année dernière avec la Nuit belge, c’est-à-dire une vraie soirée festival avec un ticket à 20€ qui donne accès aux trois salles du Bota. L’occasion de voir, ou d’espérer voir, douze groupes en une soirée. Quand j’ai acheté mon billet, seuls les premiers noms étaient annoncés : I am from Barcelona, Two Gallants et Of Montreal. Plutôt alléchant. Je m’attendais à une affiche qui allait continuer dans cette lignée avec peut-être même des têtes d’affiches plus importantes. Pourtant, les neufs noms suivants s’avéreront nettement moins intéressants…

 

Vendredi 9 mai 2008. Ca y est, c’est le jour J, celui que beaucoup de personnes attendent avec impatience. 7h10, mon réveil sonne. C’est Kate Nash et Foundation qui me réveille… la honte… Je relis une dernière fois mon exposé qui a lieu dans 50 minutes devant un public de sociologues avertis et je file sous la douche… haut lieu de réflexion.

 

Et si je loupais cette Nuit ? Et si je réussissais à revendre mon billet ? Et si j’en avais déjà marre des Nuits Botanique ? Après tout, tous les groupes que je veux voir son sous le Chapiteau… un Chapiteau qui m’a tant déçu l’année passée… la soirée passée… Après tout, j’ai déjà vu I am from Barcelona. Une fois. Quatre fois pour les Two Gallants. Après tout, tous les groupes jouent en même temps donc impossible de voir plus de quatre sets complets.  Après tout, je suis crevé, à bout de souffle et je risque d’amener ma mauvaise humeur et ma fatigue au Bota. Après tout, il fait trop chaud, il y aura trop de monde.

 

Il est 18h55, je file vendre mon billet.

Dans le tram, je croise Vincent Liben… le chanteur de Mud Flow… il y a tout juste un an, il était la tête d’affiche de la Nuit Belge. Je l’avais d’ailleurs beaucoup critiqué. Le monde est décidemment très petit… Quel hasard. Une charmante demoiselle m’achète mon ticket. Soulagement…

 

Est-ce que cette soirée en valait vraiment la peine ? Je l’espère et j’espère aussi que vous me raconterez tout !

 

Au fait, toujours dans le cadre des Nuits Botanique, j’ai une place à donner pour la soirée Les femmes s’en mêlent de ce dimanche à la Rotonde avec Duchess Says, Lonely Drifter Karen et Tangstype. Avis aux amateurs.      

Why ?, Xiu Xiu, Archie Bronson Outfit, Black Mountain @ Nuits Botanique

Why


Why ?, Xiu Xiu, Archie Bronson Outfit, Black Mountain @ Nuits Botanique

 

« Tapage nocturne »

 

Après une excellente première soirée, somme-toute assez tranquille, place à deux pointures importantes de la scène indépendante américaine : Xiu Xiu et Why ?

Sous le Chapiteau, à leurs côtés pour cette soirée, les barbus londoniens d’Archie Bronson Outfit et les riffs des canadiens de Black Mountain.

 

20h pétante. C’est Xiu Xiu (http://www.myspace.com/xiuxiuband) qui ouvre les hostilités et qui monte timidement sur scène. C’est déstructuré à souhait et sous un déluge instrumental, ça part rapidement dans tous les sens. Quant au groupe, on peut difficilement faire plus distant et antipathique. Ils produisent ce que Monsieur Tout-le-Monde pourrait considérer comme du bruit. Parfois, ça prend des allures envoutantes et exaltantes mais la plupart du temps, je donnerai raison à Monsieur Tout-le-Monde. Ça c’était mon avis après dix minutes de concert. Pourtant, après un début comme vous le voyez très peu immersif pour moi, après quelques longues minutes d’adaptation, pour les oreilles comme pour l’esprit, peu à peu, je me laisse envouté et hypnotisé par leur univers de drogués et par ces morceaux qui alternent entre le détestable et la quasi-perfection, selon mes affinités musicales. La voix baroque et puissante du chanteur (qui en même temps se défonce sur sa batterie) est sans aucun doute la perle de la soirée.

 

Les techniciens s’affairent pour rapidement installer le matos de Why ? (http://www.myspace.com/whyanticon). Plus sympas (un peu), et moins distants (un peu aussi) que Xiu Xiu, les sonorités de Why ? sont surtout beaucoup plus accessibles. Musicalement comme vocalement, c’est un autre univers que Xiu Xiu. Plus calme, plus posé, plus nonchalant, plus electronico-pop-hip-hop. Le leader du groupe, qui ressemble à un pakistanais en jogging, pose un flot de paroles proche du rap sur une musique assez douce, tout en frappant, lui aussi, sur ses tambourins.

Intéressant. Mais pas plus intéressant que sur disque. Leur nouvel album Alopecia vient de sortir et se révèle être excellent.

 

22h. Je jette un œil distant et distrait sur Archie Bronson Outfit dont le but principal semble de faire affoler le compteur de décibels et de faire le plus de bruits possible. Même si le tout est, cette fois, contrôlé et structuré. Je ne les trouve pas extrêmement intéressant. Je file.

Pour des raisons professionnelles, je fais aussi l’impasse sur Black Mountain. Je laisse la place à la horde de vieux plus ou moins barbus en T-shirt noir.

 

Un déluge de décibels. Une confirmation que le Chapiteau du Bota n’est pas pour moi. Des artistes dans leur trip, distants et peu communicants. Bref, vous l’aurez sans doute compris, rien de transcendant pour moi ce soir-là…

 

C’est finalement, Xiu Xiu (enfin surtout son chanteur exceptionnellement émouvant) qui m'a le plus convaincu..

08/05/2008

Tuung, This is the kit, Cafeneon @ Nuits Botanique

« Ça y est, c’est parti ! Les examens ?! Non, les Nuits Botanique… »

 

Même si cette année la programmation n’est pas des plus extraordinaires, les Nuits Botanique se sont imposées comme étant l’un des festivals belges les plus intéressants du printemps. Bon, c’est vrai qu’il n’y en a pas des masses non plus, mais quand même, ça reste très intéressant. Et puis, en cette soirée d’ouverture, c’était l’occasion pour moi d’enfin découvrir sur scène les londoniens de Tunng. Des londoniens qui ne devraient pas vous être inconnus puisque je vous en avais parlé ici et .

 

20h. Dans une Orangerie qui peine à se remplir, c’est This is The Kit (http://www.myspace.com/thisisthekit) qui se lance. Seule le temps de deux morceaux, la jeune demoiselle est rapidement rejointe sur scène par son mari. Les sonorités de ces deux anglais (s’exprimant parfaitement en français) s’inscrivent dans la plus pure tradition folk acoustique. Les personnages sont quant à  eux un peu perdus et surtout terriblement maladroits dans leur façon d’être. Ils sont néanmoins attachants (un peu) et excellents musiciens. C’est mignon, calme, reposant mais… endormant et très vite lassant. C’est gentil, beaucoup trop gentil, et j’aurai aimé un peu d’énergie et de folie en tant que première partie de Tunng.

 

Tunng


De l’énergie et de la folie, ce n’est pas ce qui manque chez les gars de  Cafeneon (http://www.myspace.com/cafeneon), intermède belge entre les deux groupes anglais de la soirée. En voyant le nombre de musiciens et le bordel qu’ils déploient sur scène, je comprends mieux le choix dans la programmation des les faire passer après This is The Kit. Bien que ce soit chanté en français, c’est intéressant et ça mérite le coup d’œil. L’ambiance prend rapidement des allures electro-rock très plaisantes et on sort vite du sommeil procuré par le groupe précédent. Au-delà des paroles à peine perceptibles et incompréhensibles, c’est l’aspect instrumental et musical qui donne toute sa puissance au groupe. Une ampleur nettement moins perceptible sur les morceaux studio du groupe. Le groupe en viendra même à avouer que « C’est un peu moins foutoir sur disque »… dommage ça risque du coup de les rendre moins intéressants… En tout cas, Cafeneon est vraiment un groupe très sympathique qui fait parti des belles surprises de la soirée.

 

22h déjà, les voilà qu’ils débarquent, les six membres de Tunng (http://www.myspace.com/thisistunng). Contrairement à Cafeneon, le bordel que Tunng déploie sur scène est entièrement sous contrôle. Un peu trop d’ailleurs. Et je n’y ai pas retrouvé l’aspect psyché/déganté que j’imaginais dans l’esprit du groupe. Là, aussi c’est très sage. Ils sont quatre à s’attaquer de front à la salle. Quatre micros. Trois gars et une fille. Trois guitares en bois et un coffre à jouets. Tout au long du set, ils tambourinent du pied, ils chantent en chœurs et l’harmonie entre eux est aussi évidente que parfaite. La magie prend facilement. Derrière eux, deux autres musiciens bricoleurs s’occupent d’ajouter sur les sonorités acoustiques des premiers toute sorte de sons, divers et variés, qui viennent former l’univers de Tunng. C’est un plaisir de retrouver Take, Bullets ou encore Soup. Mais, malgré l’énergie déployée sur ce dernier morceau, le concert n’a jamais réellement décollé et est resté un peu trop gentillet. Ça reste néanmoins un très bon moment et une excellente soirée musicale au Botanique.

 

Tunng (2)


 
23h30. Il est temps de quitter les lieux pour y revenir d’ici moins de 24h avec au programme : Why ?, Xiu Xiu, Black Mountain et Archie Bronson Outfit. D’ici-là, portez-vous bien.