25/11/2007

The New Pornographers @ Botanique

TNP


The New Pornographers @ Botanique

 

Ceux qui s’attendent à des détails d’un show « Pornographique » peuvent (malheureusement ?) arrêter la chronique ici. Ce drôle de nom est juste un clin d’œil à un certain Jimmy Swaggart, un gars qui a décrit la musique comme étant la nouvelle pornographie… La ressemblance s’arrête donc là, pour le moment en tout cas.

La Rotonde est pleine à craquer en ce samedi soir. Un public nombreux et… relativement « vieux », bien plus âgé que d’habitude en tout cas…

 

Alors, The New Pornographers, déjà papy du rock après 10 ans d’existence ? Juste un nom pour attirer les pervers ?

Ce sera plutôt la première hypothèse qui sera retenue…

 

Formé il y à plus de dix ans à Vancouver, The New Pornographers se revendique comme un groupe indépendant. Mené par le compositeur Carl Newman et souvent accompagné par Neko Case, les Canadiens débarquent avec « Challenger », un quatrième opus qui délaisse le son du synthétiseur au profit du piano, des mandolines et des cordes. Leur pop rock influencé tant par le Velvet Underground que par les Flaming Lips accompagne des textes personnels qui racontent des tranches de vie.

 

20h15. A ma grande stupeur, c’est un groupe un peu grisonnant qui monte sur scène. Moi qui m’attendait à voir débarquer une grande troupe de musiciens, je suis un peu déçu de voir qu’il n’y en aura « que » six ce soir. Parmi celui-ci, trois « acteurs » et trois « figurants ». Les acteurs se contentant de jouer, les figurants de figurer. Le début du set est assez catastrophique, des compos sans saveur qui s’enchaînent, un son pas tout à fait au point, un groupe qui se contente de jouer et de ne rien proposer de bien original. Du classique. Alors, je commence déjà à établir des théories du genre « en fait, les New Pornographers, c’est comme le porno c’est sans âme et si c’est mou ça ne prend pas ».

Pourtant sur le set de 1h20, il y a bien quelques morceaux qui font mouche, quatre ou cinq tout au plus, la reprise que le groupe à jouer il y a quelques jours à « Taratata » ou encore les ballades mélodiques sur lesquels c’est le piano et l’incroyable voix de la chanteuse qui l’emportent sur la guitare et la voix trop basse du chanteur.

Malgré tout, globalement ça reste très lisse, sans contacts et sans émotions. En dix ans de carrière, le groupe a acquis en professionnalisme mais a perdu en émotions et en intensité.

Le clou du spectacle sera la montée, ou plutôt le débarquement surprise, sur scène d’un petit gars du premier rang qui rejoindra Carl Newman au micro le temps d’une chanson, sa compagne, elle-aussi au premier rang, filme ce rendez-vous cocasse … C’est l’événement le plus palpitant de ce set, c’est dire l’intensité du spectacle.    

 

En bonus, une jolie photo et une vidéo prisent hier soir par Jean que j’avais rencontré au concert de The National il y a quelques semaines.

 

TNP2


 

23/11/2007

Crëvecoeur & The Brunettes @ Recyclart

Crëvecoeur & The Brunettes @ Recyclart

 

Mercredi 21 novembre 2007.

Avec le quatuor français de Crëvecoeur et les néo-zélandais de The Brunettes, la soirée gratuite qui s’annonçait au Recyclart ne pouvait être, musicalement parlant, qu’exceptionnelle. La seule incertitude, mes seuls doutes ne pouvaient provenir que de l’endroit,le Recyclart.

Jackpot.

 

Le Recyclart est certainement la salle de concert la plus étrange mais aussi la plus ‘underground’ de Bruxelles et ce, non seulement par sa programmation et son public mais aussi par l’endroit lui-même, une gare désaffectée.

Je m’étais pourtant paré à toute éventualité en demandant la veille quelques confirmations au Recyclart…

 

« Les concerts de The Brunettes et Crëvecoeur sont gratuits! Ils sont prévus à 20h00.»

 

Malgré tout, je n’ai pas vraiment été surpris de devoir poiroté quelques longues minutes (mais en charmante compagnie) pour enfin voir Crëvecoeur monter sur scène à … 21h15

 

Crëvecoeur est un trio atypique, formé en 2003. Tout d'abord composé d'un duo de deux jeunes multi-instrumentistes (guitares, percussions, harmonium, trompettes et divers toy-instruments), Crëvecoeur est devenu un trio avec l'arrivée d'une violoniste, elle-même touche-à-tout musical.

 

J’étais vraiment impatient de les découvrir sur scène mais après quelques morceaux et surtout en essayant de me remémorer le concert, je ne me souviens que des mauvais côtés de ce set.

Une intensité sonore générale assez faible, en tout cas pas assez forte pour couvrir le brouhaha du public.

Un groupe pas franchement inspiré et si peu charismatique, peut-être intimidé par l’endroit, par le public. Et surtout, un public tellement peu concerné, accueillant et respectueux. C’est vraiment dommage car voir ce groupe dans une salle comme le Botanique, devant un public qui a payé sa place aurait été tellement plus agréable… Enfin, le groupe reste excellent et prometteur… sur cd…

Prochain album prévu pour mars 2008.

 

22h20. C’est au tour des stars de la soirée de tenter d’attirer l’attention de la salle, The Brunettes. Ceux qui s’attendaient à admirer un groupe de brunes plantureuses seront déçus…

 

De la Nouvelle-Zélande, certains préféreront ne retenir que la surpuissance des All Blacks.
D'autres, bien au fait de l'histoire du Rock, auront tendance à mettre le doigt sur autre chose:
admettons que cette petite île du bout du monde compte parmi ses citoyens les plus fervents défenseurs de la pop music, des Go-Betweens en passant par The Datsuns, jusqu'au négligeable Crowded House ou aux oubliés The Bats.
Leur point commun? Un goût artisanal de la chanson bien troussée, l'humilité chevillée au corps et des rêves plein la tête.
The Brunettes, à l'origine duo marital venu d'Auckland, ne pourra contredire cette affirmation: leur musique va droit au coeur.
Ainsi, depuis 1998, Jonathan Bree et Heather Mansfield mêlent adroitement ambiances douces-amères, électro légère et pop juvénile.
Le mythique label Sub Pop ne s'y trompera pas: ce groupe à du génie, comme le montre "Structure and Cosmetics", leur nouvel album à paraître en novembre 2007

 

Très joli mais peut-être un peu trop gentil et doux sur cd, The Brunettes, magnifiquement soutenu par de nombreux instruments, prend par contre toute son ampleur sur scène.

A la différence de Crëvecoeur, adossé contre un ampli à gauche de la scène, le groupe a quant à lui réussit à me faire oublier l’endroit où j’étais.

Sur scène, il y a une réelle osmose à la fois entre couple qui occupe le devant de la scène mais aussi entre les quatre autres musiciens qui les accompagnent. Une harmonie dans les voix, dans les instruments, dans les sourires, une générosité qui se dégage, une envie de faire danser, une envie de bien jouer, de rendre heureux.

L’alliance saxo, trompette, synthés, xylophones, guitares, batterie, basse et voix est parfaitement restituée sur scène. La pop qu’ils dégagent est délicieuse, jetez vous sur leur excellent dernier album « Structure & Cosmetics » et retenez bien ce nom The Brunettes.

 

N’empêche qu’il restait quand même ce public, d’une nonchalance extrême et d’un manque de respect total. Si bien que, admiratif devant le talent des six musiciens, pendant l’intégralité du concert une seule question me taraudait l’esprit : « Ils sont vraiment exceptionnels, comment faire revenir ces néo-zélandais en Belgique…aux Nuits Botanique par exemple ??? »

Et quand ils annoncent en fin de concert qu’ils reviendront au printemps pour une tournée européenne, j’ai bon espoir de voir se souhait se réaliser…

 

« Encore un » vous allez me dire, mais c’est un de mes coups de cœur de la rentrée !

 

Brunettes


22/11/2007

Delavega Showcase @ AB

Delavega


Delavega Showcase @ AB

 

Jeudi 22 novembre. 17h. Ancienne Belgique. Une heure aussi étrange qu'inhabituelle pour un concert...

 

C’est devant une poignée de privilégiés que débute le showcase privé du groupe belge Delavega.

Une sorte de dernière répétition générale avant le concert de ce soir qui se jouera quant à lui à guichet fermé.

 

Une ambiance jazzy flotte dans l’atmosphère. Sur scène, c’est plutôt tenue de soirée exigée.

Piano, cuivres,  percussions et choristes s’associent au traditionnel trio guitare, batterie, basse.

Cette série de musiciens élégamment habillés ouvre les hostilités par une formidable piste instrumentale. Juste le temps d’un morceau puisqu’ils seront rapidement rejoints par « la voix », Elke Bruyneel la chanteuse qui a récemment rejoint le groupe. Une association que je viendrai presque à regretter tant j’ai préféré les pistes instrumentales.

Une prestation de 40 minutes, très professionnelle, sans accros mais sans réelle saveur.

C’est plaisant mais ça manque d’intensité et d’émotion… La faute, peut-être, à un peu trop de sons préenregistrés…    

 

En lice pour la chronique de concert la plus courte sur ToX…

 

DelavegaD


Plus d'un mois avant la date de son concert à l'ABClub, DELAVEGA affiche déjà complet. Et tout va très vite pour le groupe: le nouveau single 'One Time' tourne à plein régime dans toutes les stations de radio et l'album 'The Day After' se vend comme des petits pains. Par conséquent, Delavega sera déjà de retour le 7 février pour un nouveau concert à l'ABBox.

Leur premier single, 'Surely', avait été salué par la critique avant d'être suivi par l'album 'Falling Into Place' qui remportait, dans la foulée, l'adhésion de la presse et du public. Récompensé par un 'Focus Trofee' lors des ZAMU-awards 2006 et après avoir enchaîné une foule de concerts sublimes, DELAVEGA a consacré ces derniers mois à l'écriture d'un fantastique deuxième album intitulé 'The Day After'. Construit autour de la voix soul et grave d'Elke Bruyneel, 'Little Clouds', le premier single extrait de ce dernier, a immédiatement fait mouche. Nouvelle venue de la scène musicale, Elke mesure volontiers sa voix à de grandes dames comme Ella Fitzgerald, Beth Gibbons ou Angie Stone et constitue un véritable plus pour le groupe. Son arrivée a permis à Delavega d'entamer un virage des plus prometteurs en allant puiser dans le dub, la noise, le (nu) jazz, le funk ou encore la soul et le rock.

20:44 Écrit par ToX dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : delavega, ancienne belgique, abclub |  Facebook | | |