14/05/2008

Sebastien Tellier, Blitzen Trapper, Rogue Wave @ Nuits Botanique

 

« Les hommes s’en mêlent »

 

Ces derniers jours, dans vos commentaires (cf. les deux chroniques précédentes), vous avez été particulièrement critiques et acerbes (et anonymes). Surprenantes, perturbantes ou amusantes, ces critiques me permettent surtout de remettre l’église au milieu du village. Vous vous trouvez ici sur un blog personnel, mon blog personnel, sur lequel est partagé un avis personnel, mon avis personnel. Loin de toute objectivité, il s’agit ici de mon regard, de mes perceptions et de mes ressentis. Depuis bientôt un an et demi, j’essaie de respecter cette ligne éditoriale. Si vous cherchez quelque chose de plus sérieux et de plus objectif, alors certainement que ToX n’est pas pour vous. Je ne suis ni journaliste, ni critique musical alors revoyez peut-être vos attentes. Vous avez ici à faire à un étudiant de 21 ans qui essaie, tant bien que mal, de faire partager ses découvertes, ses concerts et ses impressions… rien de plus… A bon entendeur, salut !

 

Soit. Ce qui m’intéresse ce soir c’est une nouvelle série de concerts au Bota, avec pour l’occasion, sous le Chapiteau : Sebastien Tellier mais aussi, et c’est peut-être le plus intéressant, deux outsiders américains de chez Subpop qui tenteront de voler la vedette à Sebastien, Rogue Wave (www.myspace.com/roguewave)  et Blitzen Trapper (http://www.myspace.com/blitzentrapper).

 

Tellier (2)

 

Après une très bonne impression sur cd, c’était avec impatience que j’attendais la venue des américains de Rogue Wave. A peine 1 mois après leur prestation au très populaire festival de Coachella, les voici aux Nuits Botanique ! Apparemment, ce n’est pas pour Rogue Wave que le public avait acheté son ticket puisqu’à 20h, lorsqu’ils débutent leur set, ce n’est que devant une petite cinquantaine de personnes. Dès les premières notes, à l’écoute de leur pop mélodieuse, je pense à leurs compatriotes de Nada Surf et de Death Cab for Cutie. Les ressemblances sont flagrantes. Et même si, sur scène, avec l’appuie de trois guitares électriques, leur pop prend des accents beaucoup plus rock, leur musique reste quand même profondément ancrée dans la pop… sans vraiment qu’ils puissent se démarquer des groupes cités précédemment. Néanmoins, même si en quarante minutes on semble avoir fait le tour, leur musique me plait beaucoup et j’assiste à un très bon set ! Dans dix jours, ils reprennent la route pour le pays de l’Oncle Sam, ils y finiront leur tournée fin août après des dizaines de concerts. On en reparlera.     

 

Tellier


 

Là où l’on peut facilement enfermer Rogue Wave dans une bulle « pop gentille et efficace », ça devient beaucoup plus compliqué de catégoriser Blitzen Trapper, quelque part entre la folk, la country, la pop et le classic rock avec quelques poussées expérimentales. Sur scène, si la complicité entre les deux frontmen et leur acolyte le batteur semble évidente, c’est nettement moins le cas avec les trois autres membres du groupe, nettement plus en retrait. C’est plutôt sympa, intéressant et rafraichissant même si, encore une fois, un set de 40 minutes est suffisant.

 

« Sébastien Tellier déchaîné/déchet né »

 

Pour Sébastien Tellier, c’est différent. D’abord, pour lui, quarante minutes ne suffisent pas. Ensuite, pour lui, le public est venu en nombre. Et juste avant 22h, pendant que les techniciens installent le bazar de Sébastien (consoles, synthés, batterie, guitare, boules à facettes, bouteille de vin,…), la salle commence déjà à se remplir. Chacun voulant être aux premières loges pour assister à ce show… à la française. C’est sans doute ça l’effet Eurovision. Pourtant, de l’Eurovision, de son sérieux et de sa débilité, Sébastien Tellier en sera bien loin  ce soir… Pour mon plus grand plaisir ! A 22h, accompagné de trois musiciens, il monte sur scène. Chaussures blanches, pantalon blanc, ceinture blanche, chemise noire, écharpe atour du cou, lunettes de soleil. Dans le style bourgeois chic et bien soigné, il n’a rien oublié. Sur scène, j’avais cru entendre qu’il s’était calmé… Au début, c’est vrai que ça aurait pu être plausible… Son jeu scénique est parfaitement rodé. Verres de vins, cigarettes, mouvements pseudo-sensuels. Sur un tempo electro, il mime continuellement des gestes plus ou moins sensu/sexuels ou encore des injections dans le bras. Ça aurait pu et ça aurait dû rester dans cet univers qui lui colle définitivement à la peau. Mais… c’est parti en couille et quand la bête est lâchée, rien ne peut l’arrêter. On adore ou on déteste, en tout cas, il ne peut laisser indifférent. Moi, j’ai beaucoup rigolé. Même si derrière ça, il y avait un gars complètement drogué, qui blaguera en racontant que c’est un enfant qui l’a contraint et forcé et qui lui a fourré du LSD dans la bouche. Des blagues, il en racontera beaucoup. Des histoires aussi. Sans queue ni tête… enfin si, avec beaucoup de queues et un peu de tête. Il n’y a ni limites, ni tabous pour Sébastien Tellier, il évoque le sexe mais surtout sa consommation excessive d’alcool et de drogues. Presqu’une apologie… 

 

Tellier (3)


 

 Il flirte constamment avec les limites. Ses limites mais aussi celles du public, notamment en frôlant l’irrespect envers ce public qui a payé sa place pour cette prestation. Durant des dizaines de minutes, il fait des interludes et assure non pas un spectacle musical mais un véritable one-man-show. Certains n’apprécieront pas et quelques « Ta gueule et joue » fuseront dans l’assemblée même si la majorité reste, rigole et le pousse dans ses délires. Musicalement, c’est l’electro sensuel de ces disques… mais vous l’aurez compris, c’est surtout l’univers du personnage qui intéresse. À 23h, après une heure de show, alors que Sébastien a quant à lui déjà complètement décroché depuis un petit temps, le public décroche lui-aussi peu à peu… ça tourne en rond… les mêmes blagues et les mêmes gestes reviennent (avec une prédominance du suçage de micro !) Pourtant, malgré les avertissements des programmateurs (qu’il jugera de nazis) et de ses musiciens qui tenteront tant bien que mal de le faire revenir à la raison, sont set durera encore 1h… soit 45 minutes de plus que le temps qui lui était imparti. Il est comme ça Sébastien. C’était l’une des dernières dates de la première partie de sa tournée, il était bien et il s’est fait plaisir. Ça réserve peut-être quelques surprises pour l’Eurovision. J’espère en tout cas qu’on pourra le retrouver vivant pour l’été et pour la deuxième partie de sa tournée… et ça, c’est pas ce qu’il y a de plus évident…

 

Moi, j’ai plutôt apprécié même si, avec quatre heures de concerts dans les jambes et avec un Tellier qui fait des prolongations inutiles sur scène, j’en ressors crevé.

 

Mais avec, en une soirée, trois groupes excellents et vraiment très différents, avec près de 4 heures de concerts, avec une soirée entièrement masculine (un total de 15 mecs sont montés sur scène !), c’était à mon goût la soirée qu’il ne fallait pas manquer aux Nuits Botanique.

 

Tellier (4)


Commentaires

Concert Review L'excellente chronique de Lio de chez concert-review est à lire par ici: http://concerts-review.over-blog.com/article-19554722.html

Écrit par : ToX | 14/05/2008

Telemoustique Nettement moins intéressante, la chronique de Télémoustique: http://blogs.telemoustique.be/festivalitis/2008/05/mardi_13_mai_sebastien_tellier.asp

Écrit par : ToX | 14/05/2008

Ouais, il y a des gens qui n'ont pas bien compris que c'était pas un journal, ou un magazine musical professionnel, mais un blog... Pas très sympa les critiques, en effet...

Sinon, dommage (pour moi) que tu n'aies pas été voir Explosions in the Sky ! J'attendais ton avis avec beaucoup d'impatience ! ;-) Je me suis consolé avec la critique du soir qui ne me rend que plus impatient encore d'aller les voir à Paris... Je te raconterai ;-)

http://blogs.lesoir.be/festivals/2008/05/12/explosions-aphones/

Écrit par : Antoine | 14/05/2008

slt tox,
merci pour le lien sur ma chronique..
a froid je suis vraiment decu par le spectacle de Tellier hier... un grand raté qui aurait pu etre un grand bravo
et te laisse pas emmerder par certains, qu'ils passent leur chemin ! !

Écrit par : lio | 14/05/2008

Hey Tox,
Surtout ne te laisse pas démonter par ces critiques ... finalement c'est l'arroseur arrosé ... c'est drôle, non ? Pour le reste, moi je trouve toujours ca intéressant d'avoir un point de vue subjectif ! Les journalistes professionnels sont souvent trop consensuels, ils ne payent pas leur ticket, on les invite à l'hôtel, au resto ... difficile de garder son objectivité dans ces conditions ... A choisir, je préfère clairement une subjectivité ouvertement déclarée ...
Courage ! Nous te soutenons !
Et continue à faire des fautes, sinon on n'osera plus rien écrire !

Écrit par : Rudi | 14/05/2008

A ta place je le prendrai plutôt bien, ça signifie que pas mal de gens t'ont pris pour un critique musical professionel... L'air de rien ta subjectivité leur avait parue objective dans les articles précédents, s'ils s'élèvent tant contre les derniers...!
Très bonne continuation

Anaïs

Écrit par : Anaïs | 14/05/2008

Watch out, F-word in this comment Cher frangin,

"Les hommes s'en mêlent..."

Oui mais non... Quand on dit que les femmes s'en mêlent, c'est qu'elles se font une place dans un monde de la musique majoritairement masculin. Les hommes ne se mêlent de rien du tout dans un univers encore trop patriarcal, ils confortent leur place c'est tout. Un titre masculiniste et pas très fondé, frangin...

Oui, j'ai longtemps hésité entre un commentaire de groupie qui retrace les faits et gestes de nos so-called stars locales au bota (je vais au nuit en journaliste people) et quelques petites phrases féministes.
Et j'ai préféré faire ma cathou chieuse.

Et tant que j'y suis, le même soir au bota, il y avait yelle et co à l'orangerie. Heureusement que j'ai gagné mes places hein parce que c'était pas tout à fait ça. Genre, dans le genre on fait mieux et moins vulgaire...

Allez Tommy, résiste à la critique et continue de nous livrer tes avis très/trop tranchés, c'est tout ton charme après tout.

Bises

Écrit par : Cathou | 14/05/2008

Pour ceux qui aime le rock il y a un festival de rock pas mal dans la province de namur en belgique à Malonne plus exactement.

Concours sur mon blog : http://www.rebolfrance.info/org/articles/multicast/multicast.html

Écrit par : Lio | 18/05/2008

Scusez je me suis trompé ...

Concours sur mon blog : http://naome.skynetblog.be/category/1423357/1/Concours

Écrit par : Lio | 18/05/2008

Simplement...quand est-ce que tu nous reviens ?? 1er juin, ça fait long non ? La blogosphère reste la blogosphère tu sais avec tout ce qu'elle comporte de bon et de mauvais que ça soit dans n'importe quel style de blogs. C'est toujours très destabilisant je le sais bien... mais reviens nous très vite et en forme ! Bon dimanche !

Écrit par : sonia | 01/06/2008

Blocus ou retrait stratégique ? Alors, quoi de neuf Mister Tox ? =)

Écrit par : manu | 04/06/2008

Le Blocus, c'est pas trop ça, il est déjà en vacance le bougre.

Écrit par : edmond | 04/06/2008

En passant.. 1 mois d'absence demain... bon !

Écrit par : sonia | 13/06/2008

sympa ton résumé. Tellier c'est même de la poésie et de l'absurde. Il me fait rire et sa musique en live est envoutante surtout son dernier album.

Après je ne suis pas sur qu'il est vraiment de l'apologie. J'ai surtout un sentiment de mélancolie en sortant de son concert mais il y a une addiction au showman c'est vrai, t'as envie de le revoir ne serais ce que pour te dire qu'il n'est pas mortivre mort dans sa salle de bain.

Écrit par : lustucru | 27/07/2008

is there anybody here?

que devient ToX?!
presque 3 mois, ça commence à devenir long, très long.

Écrit par : Claire | 11/08/2008

Les commentaires sont fermés.