26/04/2008

Ez3kiel et leur Battlefield

eZ3kiel_titel


Ez3kiel – Battlefield

« Sound & Graphik »

 

D’Ez3kiel, je n’avais qu’un vague souvenir. Celui d’une rencontre improbable avec Nosfell lors de l’édition 2005 des Eurockéennes de Belfort. A l’époque, du haut de mes 18 ans, j’étais plutôt attiré par les grosses pointures qui s’y produisaient : Interpol, Garbage ou encore Nine Inch Nails. Trois ans plus tard, c’est bon, je suis prêt. Prêt à m’attaquer à Ez3kiel et à me laisser surprendre par son Battlefield.

 

Ez3kiel, c’est avant tout un univers, aussi bien musical que graphique. Ez3kiel, ce sont des images qui marquent. Ainsi dès ses débuts, le groupe s’est créé une réelle identité graphique. Un corbeau mécanique surréaliste. Le visuel de Battlefield, leur sixième opus, est bien là pour confirmer cette tendance.

 

ez3up


 
 

Je n’ai été jamais fan des dénominations ou des étiquettes. Celles qui fourmillent  sur le net pour tenter de définir Ez3kiel sont pourtant nombreuses et variées.

 

Le groupe EZ3kiel développe un trip hop orienté dub et jungle.

Savoureux mélange de reggae-ska, de funk et de hard core.

Entre indus et dub.

Dub Indubitablement du dub. EZ3kiel donne dans le baroque futuriste.

Leur dub émaillé de crépitements electro, est passé aux moulinettes industrielles, trash et hip hop. on baigne en plein trip-hop avant d’être entraîné dans un tourbillon de syncopes electro-jungle-indus puis immergé dans des climats planants.

 

Indéfinissable. Vous l’aurez compris, en plus de l’union entre le visuel et le musical, le groupe joue sur le mélange des styles et des genres. De mon côté, je ne me lancerai pas l’exercice difficile qu’est de définir, ou plutôt de cloisonner, Ez3kiel.        

Qu’importe, le résultat est là. Sorti le 21 janvier dernier en France et le 14 Mars en Belgique, Battlefield est le sixième album de l’indéfinissable trio, désormais quatuor, français. Un album instrumental qui alterne entre douceur et fureur. Doux mais souvent lourd et violent (pour mes petites oreilles de popeux) ; dans tous les cas, Ez3kiel garde un sens certain de la mélodie et c’est sans doute ce qui fait tout son charme.

 

Mais là où Ez3kiel devient vraiment intéressant, c’est dans la pluralité des expériences qu’il propose. Un mélange constant de musical et de visuel qui prend tout son sens en live, dans l’expérience que le groupe propose à ses spectateurs. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit de redéployer en live sur ce que le groupe a construit en studio avec Battlefield.

 

Il semblerait que le défi soit en passe d’être réalisé : c’est maintenant sur scène qu’EZ3kiel s’essaye à de nouveaux contacts avec le public : pendant le concert, un ballon truffé de capteurs sonores se ballade au gré des envies de la foule, la musique saccadée et aléatoire qui en découle vient alors immédiatement se caler sur la musique jouée sur scène, imparable!

EZ3kiel franchit une étape supplémentaire dans l’excellence, réussissant à immerger totalement le public dans leur univers poétique et si singulier.

 

Une expérience à vivre sur scène, le 14 mai à la Rotonde dans le cadre des Nuits Botanique. En juillet, le groupe sera de retour en Belgique le 17 juillet du côté du Dour Festival.

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que je n’étais pas du tout conquis d’avance par Ez3kiel et ses mélanges de styles musicaux. Le résultat est pourtant intéressant et plutôt épatant. L’album n’est pas ce qu’il y a de plus accessible pour les non-habitués. Et ce n’est qu’après plusieurs écoutes qu’il se déploie et prend toute son ampleur.

 

La suite ? Dans quelques semaines au Botanique pour un compte-rendu de l’expérience live.

 

Malheureusement, pas grand-chose de légal à se mettre sous la dent. Je vous renvoie donc vers leur MySpace, http://www.myspace.com/ez3kielmyspace , et vers cette interview récemment réalisée par l’équipe de mativi.fr. C’est par ici que ça se passe : http://www.dailymotion.com/video/x506cj_ez3kiel-le-son-puissance-4_music

Commentaires

"Un vrai diamant" vol 1 Bon, comme il n’y a personne pour parler de ce groupe je laisse une trace.
Peut-être que je suis folle, mais pour moi la definition de la musique d’Ez3kiel est assez simple. Partout, partout, dans chaque de leurs morceaux que j’écoute il y a deux motifs – ce qui est fort/grand/lourd/sombre et, juste à coté, ce qui est faible/petit/léger/radieux. Je les retrouve, soite dans la musique, soite dans les paroles, ou encore dans la façon de chanter-raper. C’est un mélange perpétuel des plusieurs genres de la musique et styles d’expression. Et oui, peut- être que je ne decouvre rien de nouveau, mais même sur la couverture de leur album “BattleField Tour”, je ne vois que ces deux motifs, le corbeau si grand et pourtant si délicat.
Merci pour l'introduction de ce groupe aux mes petites oreilles!!

Écrit par : Chasseuse des trésors | 03/05/2008

Les commentaires sont fermés.