16/04/2008

The Brunettes & Alaska in Winter @ Botanique

Alaska


The Brunettes & Alaska in Winter @ Botanique

 

Mardi 15 avril 2008. 20h.

 

Deux mois. Ça fait plus de mois que je garde cette place à l’abri d’un vol ou d’une perte. Il faut dire qu’avec une telle affiche, la soirée devait être magistrale. Quelque part entre la Nouvelle-Zélande, le Nouveau Mexique et l’Alska, deux-cents personnes dans une Rotonde bien remplie et Bruxelles, le temps d’une soirée musicale, au centre du monde.

 

Quand j’ai eu l’occasion de les découvrir en novembre dernier au Recyclart (chronique par ici), The Brunettes avaient brillé et m’avaient conquis. La seule question qui me hantée était de savoir quand ces néo-zélandais reviendraient en Belgique. Un souhait rapidement réalisé. Un souhait rêvé aussi puisqu’en plus de revenir cinq mois plus tard, ils jouent ce soir dans la plus jolie salle du Royaume, la Rotonde.

20h05 pétantes. Dès les premières notes, je suis ravi de constater qu’entre l’univers des Brunettes et moi la magie prend toujours autant et aussi rapidement. Ils sont charmants et amusants. Entre le couple, qui occupe le devant de la scène, l’harmonie est parfaite et touchante. Une harmonie qui côtoie une grande complicité largement ressentie. Pourtant, ils ne sont pas seuls et ils s’intègrent plus ou moins facilement au groupe de quatre musiciens multi-instrumentalistes qui les accompagnent. Je dis plus ou moins car cette fois entre eux et le groupe ça prenait un peu moins bien, il n’y avait pas cette bonne humeur ambiante sur scène ou cette prise de parole à tout va. C’est essentiellement le duo qui occupe le devant de la scène.  A eux six, avec de nombreux instruments, cuivres et percussions, ils apportent une ampleur supplémentaire à des morceaux juste sympas et gentils sur cd. Mais alors, des tubes comme Brunettes Against Bubblegum Youth ou Her Hairagami Set déjà efficaces et entraînants en version album prennent en live une tournure magique et insoupçonnée.

Par contre, par rapport à leur dernière prestation bruxelloise, le groupe paraît moins en forme, plus fatigué et les musiciens un peu moins barrés. Dommage parce qu’il y avait moyen de mettre un joyeux bordel sur scène avec des gars loufoques comme eux. J’en ressors satisfait mais un peu déçu. Une déception qui s’accentue encore un peu plus après avoir été discuté avec le chanteur du groupe après le concert…plutôt antipathique… Un gars qui expliquera ne pas trop être en forme pour…avoir trop mangé lors du souper…

Après cinquante minutes et une bonne prestation ni trop courte ni trop longue, le groupe quitte la scène pour laisser place à Alaska in Winter.

 

Brunettes (2)


 
 

A Alaska in Winter est inexorablement accolé le nom de Zach Codon de Beirut et c’est sans doute ce qui leur vaut une bonne partie de leur renommée. Pourtant, sur scène, et c’est une surprise pour certains, pas de traces de Zach. On y retrouve juste  son influence vocale et musicale (dans les cuivres). Sur scène, pas l’ombre d’un musicien. Et là aussi, ce sera une surprise pour une bonne partie du public. Alaska in Winter, sur scène en tout cas, c’est l’œuvre d’un mec, de sa voix, de son Mac et d’un dvd. Sur ce dernier, l’enregistrement d’un orchestre vidéo. Pour faire simple, toutes les parties instrumentales sont enregistrées ; l’écran est divisé en plusieurs cases et dans chacune de celles-ci, le gars mime de jouer aux instruments qu’on entend.

L’espace est donc désespérément vide. Un Mac et un projecteur planté au milieu font donc office de groupe. A l’extrême droite, un micro. Le chanteur lance son dvd et il vient y poser une voix pas toujours juste. C’est surprenant, voire intéressant, durant les trois premiers morceaux mais tout ça perd très rapidement tout intérêt. S’il y avait une pointe de génie, de charisme ou d’intelligence dans le personnage, ça aurait pu rester intéressant. Mais là, je ne vois pas grand-chose d’autre qu’un gugusse qui change de vêtement à chaque morceau. Un gugusse qui ira même jusqu’à quitter la scène durant deux minutes pour changer de veste… Je n’accroche pas du tout et j’en ressors déçu comme tout… Même si sur cd, ça reste du plus bel effet…

 

Brunettes


Commentaires

Il valait mieux être à l'AB ce soir-là : en compagnie de la charmante Alela ;)

Écrit par : Tibo | 17/04/2008

Aaaaaah... Je confirme... =)

Écrit par : manu | 17/04/2008

Le prix à payer... J'en doute pas que votre concert à l'AB devait être excellent. Sauf que voilà, pour moi 3 concerts au Bota = un concert à l'AB... il y a donc un choix à faire et je choisis le premier!

Écrit par : ToX | 18/04/2008

16 euros pour une soirée de quatre concerts à l'AB... Ca reste correct non ?

Écrit par : manu | 18/04/2008

Les commentaires sont fermés.