23/12/2007

I’m legend / Je suis une légende

i'm legend


Je suis une légende.

Non, ce n’est ni moi, ni mon ego démesuré qui parle, mais c’est bien du dernier film de Will Smith qu’il s’agit.

Si vous êtes un être humain normalement constitué (et un minimum ouvert sur le monde), vous n’avez pu échapper au film ‘I’m legend’, le dernier blockbuster hollywoodien, et au battage médiatique qui l’entoure.

Un film souvent évoqué pour le retour de Will Smith sur grand écran.

 

Hé bien, estimez vous heureux si vous avez pu en échapper. Et puis, même si vous en avez entendu parler, il n’est pas trop tard. Fuyez.

Echapper, c’est justement le maître mot de Will Smith, seul survivant de New-York, dans ce film de fiction. Echapper aux créatures horribles et dégelasses qui peuplent New York depuis 2009 et l’arrivée d’un satané virus.

Un film qui pourrait plaire soit aux « trente millions d’amis » soit aux fans (mais alors archi-fans) de l’acteur noir américain. Car Will Smith n’est pas seul, mesdames et messieurs, il est accompagné de Sam, un berger allemand plus synthétique que nature, mais… même pas car ce dernier meurent après à peine la moitié du film.

 

Vous voyez « Seul au monde » ? Ce film dans lequel Tom Hanks seul sur son île déserte joue aux Robinson Crusoé. Hé bien, ici c’est encore pire. En effet, il n’y a même pas de somptueux paysages paradisiaques pour sauver le film ; juste Will Smith, son clébard, quelques monstres et New-York virtuellement reconstitué.

 

Bref, durant 1h40, vous attendez vous à avoir et à voir : du Will Smith, du monstre, du Will Smith et encore du Will Smith. Même pas un super héros mais juste un blaireau qui se ballade avec son fusil de sniper.

 

Vous devez maintenant l’avoir compris, c’est LE film à éviter de toute urgence et ce, même si votre fils, vos amis, votre compagne ou votre compagnon vous supplient d’aller vous enfermer dans un cinéma en cette fin d’année.

 

Je citerai pour finir les quelques mots que Paris-Match (quelle référence) a eu à propos du film : « Une terrible sensation de "déjà-vu et en mieux" (...) Will Smith exhibe son physique de rêve, mais exprime une gamme d'émotions très inférieure à celle de son chien Sam. »

 

Quant à moi, je file, on m’appelle pour mener une grande carrière de critique cinéma…

Commentaires

quand j'ai vu qu'ils avaient adapté le bouquin au cinéma, j'ai trouvé ça bizarre.. ça s'y prête pas vraiment. 'M'étonne pas que ça soit raté (je suis pas allée vérifier par contre, mais je te crois ^^)

Écrit par : natacha | 23/12/2007

Ca à l'air super bien dis comme ça...

Écrit par : lyle | 24/12/2007

merci merci pour ta visite!
ce film il faut que j'aille le voir car il a l'air vraiment extra!!
bonne journée et bon we!

Écrit par : love-song | 29/12/2007

Je me demande bien si Love-Song a lu ma chronique... :-)

"ce film il faut que j'aille le voir car il a l'air vraiment extra!! "

Écrit par : ToX | 29/12/2007

Tu te dis critique cinéma,tu ne parles même pas de l'aspect technique du film;Il aurait été plus intéressant pour nous lecteurs de savoir comment rendre une ville comme New-York déserte que de voir une pseudo-critique qui attaque une adaptation de roman.Pour ma part,pendant une demi-heure j'étais dans le film.Le premier "vampire" me dégoute par la suite.Les derniers survivants nocturnes ne sont autre que des images de synthèse...Rien a voir avec la saga bientôt culte des "28" qui utilise le maquillage pour paraitre plus réaliste et nous effrayer un peu plus.Pour ne pas trop s'attarder,je dirais que ce film a le mérite de nous faire connaitre du vrai Bob Marley.Pour le reste,voir les 10 premières minutes de 28 semaines plus tard (tournées par Danny Boyle) vous fera oublier ce film inachevé .

Écrit par : Bob et Damian | 02/01/2008

Tu critiques, mais t'es quand même d'accord avec lui.

Faut pas chercher à comprendre.

Écrit par : edmond | 03/01/2008

ZzzzzZzzzzZzzz Oui, oui, tu as raison, je me dis critique de cinéma et même, en plus, blogueur professionnel! Ouais alors c'est vrai, honte à moi, je n'ai pas parlé de l'aspect technique du film... C'est vrai aussi que je suis certains qui mes lecteurs préfèrent entendre parler du maquillage et des images de synthèse que du film...

Au plaisir de retrouver votre regard critique sur ToX, Bob et Damian

PS: encore désolé, si tu as atterri sur un blog personnel sur lequel j'ai écrit comment J'AI perçu ce film

Écrit par : ToX | 03/01/2008

Et ben, les gens sont aigris quand il s'agit de parler cinéma ;o)
Je suis parti voir I am Legend avec un priori plutot négatif sur ce nouveau blockbuster avec Will Smith (si vous avez vu I Robot ou ID4, vous voyez sans doute qu'il ne faut pas s'attendre à un grand scénario dans ce genre de film).
Ceci dit, ayant lu et adoré la nouvelle de Matheson j'étais curieux de voir ce qu'il était devenu à l'écran.
Malheureusement (ou peut-être heureusement), il n'en reste que l'ambiance désertique et dépressive, le message véhiculé par le film étant l'exact opposé de celui du livre.
Tout n'est pas à jeter pour autant : la réalisation et les décors de New York abandonnés sont impressionnant. Et étonnamment Will Smith arrive à bien meubler une la première partie du film où il est plus question d'ambiance que d'action.
Certes le chien n'était pas indispensable (tout comme le spoiler dans ton article, ToX !) ;o) mais globalement, je n'ai pas eu l'impression d'être volé, peut-être parce que je savais vaguement à quoi m'attendre...
Quant au *vrai* Bob Marley dont parlent Bob et Damian, c'est "3 Little Bird" et "Redemption Song" ? :D

Écrit par : manu | 05/01/2008

Ah, moi j'ai bien aimé I Robot.

Écrit par : edmond | 05/01/2008

Moi ce film je l'ai vue deux fois, ce film est du Mozart du film.Même si, il y a des momment qui font peur.Mais j'ai remarquée un truc, quelque minutes avant que sam ce face tuer on voie Fred(mannequin)qui ne se trouve pas au bonne endroit, et j'ai remarquer qu'il tourner la tete avec une tete de monstre.
ps:c'est quoi le nom du virus ? Merci de me repondre.

Écrit par : jordy | 22/02/2008

Le nom du virus est Ebola.


A ton service.

Écrit par : edmond | 23/02/2008

Les commentaires sont fermés.