11/12/2007

Ed Harcourt @ Botanique

Ed Harcourt @ Botanique

 

Il y a quelques mois, ‘The Man Of Rennes Steals Our Hearts’ m’a permis de découvrir Ed Harcourt et son splendide ‘Of Every Sphere’. Je suis tombé sous le charme de cette ballade pop mais je m’en suis néanmoins arrêté là dans la découverte de l’artiste anglais. Après être passé en coup de vent en Belgique en mai dernier, le temps de quelques morceaux pour accompagner sur pote trompettiste Erik Truffaz, Ed Harcourt est de retour, en solo cette fois, pour un concert unique au Botanique.

 

16€ sous la Rotonde et puisque chaque année, l’adhésion à la Bota’Carte offre une place de cette valeur et puisque c’est plutôt le calme plat niveau concert en ce moment, je saute sur l’occasion. Et c’est un ‘quitte ou double’ car ne connaissant qu’un seul morceau de l’artiste et ayant juste parcouru un Best-Of aux sonorités pas toujours aussi pop, planantes, élégantes et envoutantes que je l’aurai aimé… Ce sera surprise et découverte sur scène. 

 

Ed Harcourt


20h46. Accompagné d’un guitariste discret mais indispensable, Ed monte sur scène. Avec un concert prévu initialement à 20h et après avoir du attendre une heure seul, je tenais là une bonne raison (ou pas) de pondre une chronique énervée et assassine… mais même avec la meilleure volonté du monde, ce sera vraiment difficile, tant ce moment était délicat et sublime.

 

De temps à autre, sur cd comme sur scène, il y a bien un petit côté ‘Piano Bar’ que je trouve assez détestable mais par la grande majorité de ces compositions, impeccables, Ed a vite fait de balayer tout ça.

Devant deux cents personnes majoritairement assises, un talentueux musicien multi-instrumentaliste, excellent aussi bien au piano qu’à la guitare, heureusement qu’il est un peu moins bon quand il s’agit de souffler dans son harmonica, c’est rassurant. Par contre, quand il s’agit de se transformer en un magicien audacieux et en fou de la pédale d’enregistrement, il impressionne. Un par un, il enregistre ainsi une diversité de sons assez incroyable, je pense par exemple aux barres métalliques qu’il a déniché en backstage ou au battement de son pied sur le sol. Ensuite, une fois le tout mêlé et enregistré, non sans quelques ratés inévitables, il le passe en boucle pour rejoindre son piano ou sa guitare et enfin commencer son morceau. Du grand Art.

Il alterne d’une facilité déconcertante entre ses deux instruments de prédilection.

Il aurait pu s’arrêter là, à être un grand artiste au talent musical et vocal indéniable, mais à côté de ça, il y a un gars respectable, charismatique et … complètement fou. Il s’amuse, il est heureux, il prend un réel plaisir à jouer et ça se voit. Il enchaîne les blagues, il peste sur son affreux piano électrique qu’il pousse dans les sonorités les plus étranges et amusantes. Il est content de nous jouer des mélodies de dessins animés, de la techno et ce genre de trucs dont seuls les synthés sont capables.

 

Près de 2h d’un set agréable et surprenant que ce soit par la diversité musicale ou par la bonne humeur de l’artiste, il n’y a pas une minute à jeter. Du grand Art.    

 

Ed Harcourt (2)


Commentaires

Veinard! Ravi de t'avoir fait découvrir ce génie. Maintenant tu n'as plus qu'à acheter toute sa discographie! ;)

Écrit par : erwan | 11/12/2007

quoi ? Tu ne connais pas Ed Harcourt ??? ;-) Alors franchement si tu as aimé le bonhomme sur scène et que From Every Sphere t'a charmé (pour moi son disque le moins bon, le plus pompeux) je te conseille vivement de découvrir son premier (le meilleur je trouve) Here Be Monsters, Strangers (son troisième) et The Beautiful Lie (son quatrième). Il y a de très bon morceaux.

Écrit par : sylvain | 11/12/2007

Voilà j'aurais du y aller :-(
Ce sera pour la prochaine fois Thomas !
Pour le reste, je suis d'accord : "Here be monsters" est vraiment le disque indispensable d'Ed Harcourt...

Écrit par : Thibaut | 12/12/2007

Pompeux?!? Moi c'est mon préféré "From Every Sphere", donc tu vois bien qu'il faut tous les acheter! ;)

Écrit par : erwan | 12/12/2007

Les commentaires sont fermés.