28/11/2007

Aaron & The Good Life @ Botanique

Aaron & The Good Life @ Botanique

 

27 Novembre 2007. Une fin de journée. Une seule ville, Bruxelles. Un seul lieu, le Botanique. Deux concerts, le showcase privé de Aaron au Witloof Bar en adorable compagnie, suivi à 20h de The Good Life à la Rotonde, tout seul.

La course folle se poursuit avec une quatrième soirée de suite à la Rotonde.

 

… always keep in mind that life is a great thing, everything hard has its positive side, don’t be stuck in the every day reality, allow yourself to dream, have faith in your wildest dreams.

 

19h39. La Rotonde, Botanique, Bruxelles.

La boule à facette scintille de mille feux sous la Rotonde. A 20 minutes du concert des américains de The Good Life, je fais partie des deux seules et uniques personnes présentes dans la salle. Juste quelques minutes pour prendre le temps de vous raconter cette journée complètement folle. Mais avant tout, je voudrais remercier Pascale sans qui ma fin de soirée aurait été impossible, Séverine et Marc sans qui je n’aurai pas assisté au showcase d’Aaron et puis aussi à Julia, Thomas et Dimitri pour la charmante compagnie de ce joli moment.

 

17h. Aaron, encore eux ! Alors qu’ils remplissaient haut la main le Cirque Royal vingt-quatre heures plus tôt, les revoilà à donner un concert privé devant une cinquantaine d’invités dans le Witloof Bar. Imaginez-vous descendre dans les sous-sols du Botanique. Dans les oreilles, pour la première fois dans un lieu public, l’album ‘Boxer’ de The National. Retrouvez-vous dans une pièce sombre remplie de canapés rouges. Après un peu de remue-ménage, affalez-vous confortablement à 5 mètres du micro de Simon et du piano d’Olivier. Dernier élément, trois de vos meilleurs amis à vos côtés. C’est dans cet univers parfait qu’a eu lieu un showcase très privé et très particulier.

Sur scène, juste un piano et un micro. Il n’en faut pas plus aujourd’hui au duo français puisque… ils ne joueront que deux chansons. (Pour cause de voix, d’avion à prendre et de blabla).

U-Turn (Lili), classique, ils ne pouvaient pas faire sans, et la fantastique reprise de ‘Famous Blue Raincoat’ de Léonard Cohen, un morceau en passe de devenir aussi un classique pour le groupe tant il est magnifiquement repris. Dix minutes d’émotion et d’intensité. Un moment qui pourrait presque égaler ma première rencontre avec le groupe… sur un tas de gravier à improviser ‘Mister K’ en acoustique.

En face du public, Simon et Olivier sont, comme souvent, épuisés. Ils tiennent depuis plusieurs mois un rythme vraiment infernal… et ils ne sont pas prêts de s’arrêter… peut-être qu’ils devraient…

Malgré tout, en face de nous, deux artistes disponibles, sympathiques, souriants et surtout bien les pieds sur terre malgré tout ce qui leur arrive. J’ai retrouvé là les deux gars sympas et marrants que j’avais eu l’occasion d’interviewer à Dour.

Après le concert, à la bonne franquette, un ‘Meet & Greet’ est organisé et animé par Alexandra Vassen de Pure Fm. Alors que cet exercice se révèle souvent chiant à la fois pour les artistes et pour le public, on assiste ici à 30 minutes de questions/réponses mais aussi de dialogues et d’histoires plus personnelles. Vraiment génial. Et puis, j’ai réussi à poser ma question : « Simon. Concernant ta voix. Tu parles souvent de ta voix et de tes problèmes de voix, c’était déjà le cas à Bruxelles en septembre dernier, si mes souvenirs sont bons tu n’as jamais suivi de formation au chant, tu n’as pas peur qu’un jour elle pète ? » Un peu hasardeux, il donne pourtant, une réponse sincère et intéressante.

Mais pas le temps pour eux de s’attarder, comme toujours, leur avion les attend ou plutôt ne les attend pas, direction Lausanne.

Quant à nous, direction le bar pour un moment tout aussi sympa avec Alexandra, Séverine, Julia, Thomas et Dimitri.

 

19h59. Il n’y a que vingt personnes dans la salle pour accueillir The Good Life qui se produira dans quelques minutes, un triste record de non-fréquentation…

J’ai ma place depuis plus de deux mois pour ce concert ; après juste quelques écoutes de leur dernier album, je suis tombé sous le charme, sans vraiment connaître. Soirée découverte et … bien-être.

 

Side project de Tim Kasher, chanteur et guitariste de Cursive, The Good Life est dans la lignée des groupes rock indépendants américains. Les textes élaborés évoluent sur des compostions pop folk déstructurées alliant tour à tour envolées lyriques et expérimentations. Après « Album of the Year », un album salué tant par la critique que par le public, ils préparent la sortie d’un nouvel album à paraître sur le label Saddle Creek.

 

TGL


20h22. Quarante personnes occupent la salle, la moitié debout, l’autre assise. Parfait pour accueillir cet excellent groupe. Un groupe d’américains, des vrais. Un rasta afro-américain à la batterie, une demoiselle en robe rouge style campagnard à la basse et deux barbus en chemise de bucheron aux guitares, le premier Tim Kasher, leader de groupe, est aussi au chant, le second passe de temps à autre derrière son synthé pour y jouer quelques notes.

La variété au sein du groupe se retrouve aussi dans leurs compos. C’est varié, plaisant, calme ou reposant et dans tous les cas, d’une grande justesse.

Pop, Rock, Folk, Reggae ? Qu’importe.

C’est reposant et de toute beauté. Et même si le groupe n’est pas beaucoup porté sur la communication après un peu plus d’une heure de set, j’en ressors entièrement satisfait.

 

Et si c’était ça la belle vie ?

Commentaires

Un vrai romantique, un poète

Écrit par : ed | 28/11/2007

Les commentaires sont fermés.