29/08/2007

Pour la route : Hey There Delilah

 

 

Pour la route : Hey There Delilah

 

Mardi 28 août, 15h57. Les vacances touchent à leur fin…

Trois mois de vacances qui se terminent comme ils ont commencé, dans un train. But... I Like Trains.

 

Trois mois de vacances pas franchement géniaux, assez tristes, sauvés de justesse par mes quatre festivals (Werchter, Les Ardentes, Dour et Pukkelpop), mes rencontres et par mes quelques barbecues/cuites/murges mémorables.

 

Mais des vacances qui pourraient, bien qu’un peu tardivement, ne commencer qu’à décoller dans les prochains jours. Avec… de l’aventure.

Avec pour commencer, une semaine chargée en rencontres/retrouvailles/adieux mais surtout avec mon départ pour l’aventure, ce sera dans 8 jours avec un objectif : le Danemark, en passant par les Pays-Bas et l’Allemagne. (Et plus si affinités…)

 

A peine une journée pour souffler et j’enchaînerai avec les premiers épisodes de la quatrième saison de ‘ToX à l’université’… enfin plutôt de ‘ToX dans les résidences universitaires’ car c’est bien là que l'essentiel a lieu. J’attends avec on ne peut plus d’impatience de réaménager dans ce couloir de 12 chambres et surtout de découvrir les nouveaux personnages fraîchement pour cette nouvelle saison.

 

Ce n’est pas fini puisque du 21 au 24 septembre, je partirai en voyage d’affaire à Paris rejoindre Vincent Duke pour, je cite, « une expérience sociologique sur les milieux alternatifs parisiens et les modes de consommation de produits stupéfiants parmi les milieux sus cités ».

 

Quand je disais que mes vacances ne faisaient que commencer…

 

Et puis, il y a ce morceau, qui résonne en boucle dans mes oreilles depuis le début du voyage, ma découverte musicale de la journée. Il paraît que c’est un énorme succès aux Etats-Unis, qu’importe, je ne l’ai pas encore entendu dans nos contrées.

 

Le morceau adéquat avec ce qu’il faut de mélancolie pour me remémorer trois mois de souvenirs mais aussi un morceau qui m’accompagne sur la route, pour un nouveau départ.

 

Ce sont les américains de Plain White T’S avec le morceau ‘Hey There Delilah ; il me touche, il me transporte, il en est à sa 8ième boucle, il est 16h12, j’arrive en gare de Ath. Je pense à vous, du moins à tous les posteurs de commentaires avec qui j’ai pu me lier d’amitié.

 

Portez vous bien. 

 

Le Clip Original :

 


 

Les Paroles :

 

Hey there Delilah
What's it like in New York City?
I'm a thousand miles away
But girl tonight you look so pretty
Yes you do
Times Square can't shine as bright as you
I swear it's true

Hey there Delilah
Don't you worry about the distance
I'm right there if you get lonely
Give this song another listen
Close your eyes
Listen to my voice it's my disguise
I'm by your side

Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
What you do to me

Hey there Delilah
I know times are getting hard
But just believe me girl
Someday I'll pay the bills with this guitar
We'll have it good
We'll have the life we knew we would
My word is good

Hey there Delilah
I've got so much left to say
If every simple song I wrote to you
Would take your breath away
I'd write it all
Even more in love with me you'd fall
We'd have it all

Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me

A thousand miles seems pretty far
But they've got planes and trains and cars
I'd walk to you if I had no other way
Our friends would all make fun of us
and we'll just laugh along because we know
That none of them have felt this way
Delilah I can promise you
That by the time we get through
The world will never ever be the same
And you're to blame

Hey there Delilah
You be good and don't you miss me
Two more years and you'll be done with school
And I'll be making history like I do
You'll know it's all because of you
We can do whatever we want to
Hey there Delilah here's to you
This ones for you

Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
Oh it's what you do to me
What you do to me.

 

 

Le Bonus: Plain White T S - Hey There Delilah [ToX].mp3

 

Une jolie reprise acoustique.

 

Plain White


Commentaires

salut tox
je vais écouter ça... mais là je dois filer au boulot (à l'école) en speed et oui pour moi aussi les vacances sont finis ! mais on se verra bientôt sur paris alors, tu me parleras de drogue !

Écrit par : sylvain | 30/08/2007

Je ne me souviens absolument pas avoir tenu ces propos hors la loi. Vous aurez sous peu des nouvelles de mon avocat, et autant vous prévenir de suite, c'est un vicelard; il est gitan d'origine. Mais cela vous fera du bien Mr Tox. (avec un nom pareil n'espèrez pas avoir le moindre poids lors de l'audience) Sâlir ainsi le nom et la réputation d'une personne sainte de corps et d'esprit est innommable! Oui, parfaitement. Totalement. Si vous croyez vous en sortir sans y laisser des plumes, vous êtes encore plus fou que vos propos injurieux peuvent le laisser croire. Au nom du dieu Pan, je vous ferais rendre vôtre fiel sur un des grands boulevards de ma capitale - sans doute celui près de Pigalle, j'y connais moult établissements avec des bières à 2 euros et où les clients sont corrects; en plus, c'est sur le chemin en sortant du concert... Mais je m'égare - et sachez dès à présent que vous devez vous attendre à bien pire. Personne n'a le droit de sâlir un homme de la sorte. Ne serait ce par le fait de mon grand âge en comparaison du vôtre. Prenez le comme une menace noire et terrible planant au dessus de vôtre tête, c'est le cas.

Oui. Ca va être noire et terrible.

Sur ce, je me donne tout de même la peine de vous saluer, en attendant avec autant de patience que possible que vous rameniez vos miches dans le coin.

A tantôt,

Vincent Duke.

PS : à l'attention de Sylvain. Il y a une énorme erreur dans vôtre commentaire. Je me permets de vous donner la correction. Vous écrivez "tu me parleras de drogue !" et c'est bien entendu ce qui suit la formule adéquate : "tu me parleras des drogues !"

Écrit par : Vincent Duke | 31/08/2007

ToX, un lieu de rencontre pour deux journalistes parisien... Cette idée me plait beaucoup.

Sylvain je te présente Vincent Duke, un vieux briscart pseudo underground qui "bosse" pour Noise. Hé ouais, l'anonymat est foutu pour toi maintenant l'ami :)
Je vois pas pourquoi tu te sens (injustement)visé Duke. Notre rencontre n'a rien à voir avec mon enquête sociologique les milieux alternatifs parisiens et les modes de consommation de produits stupéfiants parmi les milieux sus cités. Par contre, tu risque d'avoir des choses à m'apprendre là-dessus.
Allez remballe ton avocat (pour le moment).

Sylvain, bon courage pour ton boulot, en passant n'hésite pas à me donner ton avis sur le morceau Hey There Delilah.

A bientôt

Écrit par : ToX | 31/08/2007

C'est un fresh sur pure cette semaine... C'est sympa mais... un peu trop mièvre quand même. Enfin, j'me lasse de l'entendre 3 fois par jour quoi...

Écrit par : Cath | 23/09/2007

drogue(s) et noise(s) Salut Tox,

Merci de me présenter sommairement mister Vincent Duke via cet échange de commentaires, on ne se connait pas et je ne connais pas Noise et si cet état de fait ne le vexe pas, on se rencontrera peut-être en chait et en os prochainement !

Salut Vince donc,

J'espère que tu as lui ce qui précède et qu'on parlera de drogueS et d'autreS choseS un de ces quatre ensemble.

Au fait, Tox, t'es pas sur Paris en ce moment ?

Écrit par : sylvain | 23/09/2007

Grn Grn... Toxxx Nom de dieuzzzz t'es encore là-bas ?

;)yes nous avons tous une petite pensée pour toi...Tu nous manques...

En plus avec cette zic c'est même pas là peine...Grn grn grn
SNIFFFFFFFFFFFFFFF

Écrit par : Marguerite | 27/09/2007

la cover : hey yves leterme ça donne ça :
Leterme Yves.
De walen vinden u nen dief.
Dat is nie lief.
Hey Yves Leterme

http://www.stubru.be/node/26693

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=90&art_id=373832

en ik moet iets zeggen : ja inderdaad!

tchuss

Écrit par : Catherine | 01/10/2007

Halala, cette chanson me fait mal au coeur, mais je ne peux pas me passer de l'écouter 24h/24...

Écrit par : Pipo | 28/04/2010

Les commentaires sont fermés.