09/02/2007

Commu-ni-quer

En attendant les prochains concerts, je ne me lasse pas de vous faire partager quelques articles surprenants et/ou interpellants issu de mes lectures.

Ceux-ci sont extraits du journal Le Monde.

 

Avec pour commencer, un chiffre : 170  

 

170 jours

Record de détention

Un journaliste américain, Josh Wolf, âgé de 24 ans, est emprisonné depuis l’été 2006 pour avoir refusé de remettre à la justice la vidéo d’une manifestation à San Francisco (Californie) contre le sommet du G8 qui s’était tenu en juin 2005 en Ecosse.

Les images en cause montreraient l’incendie volontaire d’un véhicule de police. Le nombre de jours – 170 à la date du 7 février – passés par ce journaliste en prison pour avoir refusé de révéler ses sources constitue un record pour un tel motif, affirment des groupes de défense de la presse. Le précédent record d’incarcération pour un journaliste protégeant ses sources aux Etats-Unis était jusqu’alors détenu par Vanessa Leggett, emprisonnée pendant 168 jours en 2001 et 2002.

 

Extrait du journal Le Monde du 9 février 2007

 

 

Et maintenant place au désormais traditionnel billet, celui de Robert Solé, en dernière page du quotidien. Et comme d’habitude… je vous en laisse la réflexion.

 

Commu-ni-quer

 

ON CONNAÎT les « Justes », ces citoyens qui, au péril de leur vie, ont sauvé des juifs pendant le nazisme. Mais comment qualifier ceux d’entre eux qui ont refusé d’en parler après la guerre ?

Un rabbin britannique, cité par le Financial Times, révèle que le patron de la célèbre firme Leica, Ernst Leitz II, a aidé des centaines de ses employés juifs à fuir l’Allemagne dans les années 1930. Ce protestant ne s’en est jamais vanté par la suite : même ses petits-fils l’ignoraient. « Faites du bien, leur disait-il, et n’en parlez pas. »

Aujourd’hui, cette discrétion passerait pour pathologique. Il faut absolument « communiquer » ce que l’on a fait. Commu-ni-quer, pour défendre des idées, promouvoir une image ou gagner de l’argent.

Tout le monde s’y est mis : partis, entreprises, syndicats, Eglises, ONG… Sans compter les mendiants dans le métro et, bien sûr, les terroristes. « Communiquer » ne signifie plus entrer en relation avec quelqu’un, mais le conquérir, le séduire, voire le piéger. Agir ne sert plus à rien si l’on ne sait pas en parler. A la limite, il n’est pas nécessaire de faire : l’important est de faire savoir.

 

Mais je ne peux pas vous laisser comme ça… sans vous faire part de cette chanson The Story of the Impossible. Ce n’est pas tout nouveau mais si vous ne connaissez pas encore alors ça risque de vous faire passer un agréable week-end avec cette mélodie qui ne vous quittera plus et puis ce serait bête de passer à coté…

C’est extrait de l’émission Taratata, c’est Peter Von Poehl, c’est The Story of the Impossible et c’est sublime.

 

 

Voila, il me reste plus qu’à vous souhaiter un très bon week-end et de vous dire à très bientôt.

 

Bien à vous,

Commentaires

merci pour le très gentil commentaire. Mais continuez à venir aux nouvelles. mon blog est updated toutes les 5/6 heures. j'ai la chance de cotoyer quelques journalistes ciné.Si vous avez besoin de chroniques, et articles plus anciens (quoique anciens est +tôt relatif, ) que ceux affichés sur la première page, suffit de taper votre recherche dans le blogbar à droite, et tout arrive bien classé. ET bravo, votre blog est très sympa aussi, et pas trop dans le style que l'on rencontre trop souvent sur le créneau blogs.

Amicalement. et à bientôt j'espère.

Écrit par : mich | 10/02/2007

A tiens on se retrouve Peter ;) tu es dans mes pensées :)

Écrit par : Marguerite | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.