06/04/2016

[Déballage/Unboxing] Press Kit collector Dark Souls III

press kit, jeu vidéo, video game, dark souls, dark souls 3, dark souls III, xbox one, ps4, collector

Fort d'un lectorat de plusieurs centaines de milliers de lecteurs, chaque semaine, dans les deux langues, dans le journal, j'ai la chance de recevoir de temps en temps des press kits collectors vraiment étonnants. Après The Nathan Drake Collection, Tearaway Unfolded ou encore une version numérotée du kit de presse de Naruto Shipuden 3, j'ai eu la surprise de recevoir ce matin une étrange boîte en bois aux couleurs de Dark Souls 3.

Ce coffret en bois, maintenu fermé par un petit verrou métallique, renferme un peu de paille synthétique mais surtout deux parchemins enroulés et deux enveloppes scellées à la cire. Les parchemins, dont l'un est numéroté, contiennent des illustrations et des informations sur le jeu, tandis qu'une des enveloppes renferme le disque du jeu (Xbox One pour moi) et l'autre les identifiants pour accéder à un FTP contenant des images du jeu. Bref, même si le contenu n'est pas exceptionnel, ce press kit reste une très belle pièce collector à la présentation soignée. La qualité n'est pas top mais voici quelques photos du coffret et de son contenu.

press kit, jeu vidéo, video game, dark souls, dark souls 3, dark souls III, xbox one, ps4, collector

press kit, jeu vidéo, video game, dark souls, dark souls 3, dark souls III, xbox one, ps4, collector

press kit, jeu vidéo, video game, dark souls, dark souls 3, dark souls III, xbox one, ps4, collector

press kit, jeu vidéo, video game, dark souls, dark souls 3, dark souls III, xbox one, ps4, collector

Petit aperçu des goodies reçus ces derniers mois :

 

Une photo publiée par ToX (@tox_be) le

28/01/2016

Visite du studio Dontnod, dans les coulisses de Life is Strange

Life is Strange était l'un de nos coups de cœur de l'année 2015. Derrière ses allures de petit jeu indépendant, ayant fait le choix du format épisodique et disponible uniquement en téléchargement, le jeu a passionné des millions de joueurs. À l'occasion de la sortie de la version physique du jeu, nous sommes allés visiter le studio Dontnod à Paris, là où il a été développé.

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Direction un centre d'entreprise froid et sans âme du 19e arrondissement. Au cinquième étage du bâtiment, seule une feuille en papier collée sur une porte indique que nous pénétrons dans l'antre où est né l'un des meilleurs jeux de l'année. Oubliez les clichés. Le studio n’est pas un endroit rempli d’hommes sans vie sociale et n’ayant pas vu la lumière du jour depuis une semaine. À moins qu’une équipe de nettoyage ne soit passée juste avant notre venue, les boîtes de pizza et les canettes vides ne jonchent pas le sol. La mixité règne et l'atmosphère est à la fois studieuse, cosy et détendue. Il y a bien quelques salles de détente, une cafétéria, des canapés, une table de ping-pong et une borne d'arcade dans un coin, mais la plupart des dizaines de jeunes gens présents sont en train de travailler d’arrache-pied. Des grands tableaux inspirés des productions du studio ornent les murs. Le passé (Remember me, sorti en 2013) côtoie le présent (Life is Strange) et le futur (Vampyr). Plus surprenant, des photos, des petits mots et des dessins reçus de la grande communauté de fans sont également affichés.

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Après avoir travaillé trois ans sur le développement de Life is Strange, Luc Baghadoust et Raoul Barbet ont pris le temps de se poser et de revenir sur la genèse du jeu. Accessoirement bassiste d’un groupe de métal, le premier est surtout le producteur du jeu. Précédemment, il avait travaillé sur Remember Me, le premier titre de Dontnod. Le second est, avec Michel Koch, concepteur et réalisateur de Life is Strange. Ingénieur de formation, il a travaillé sur Heavy Rain, le jeu narratif de Quantic Dream, et au cinéma pour le film d'animation « Moi, moche et méchant ».

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Avec Life is Strange, les équipes de Dontnod ont reçu le soutien de l'éditeur Square Enix pour créer un jeu atypique, à la fois narratif et artistique, qui raconte la vie d'une adolescente sur un campus américain. Lors de la mise en ligne du premier épisode, l'histoire était déjà écrite. Néanmoins, grâce au format épisodique, les développeurs ont pu s'adapter aux critiques et apporter des détails en fonction des réactions des joueurs. Comme dans une série, chacun des cinq épisodes a un début, une fin et une ambiance qui lui est propre. Contrairement à un jeu classique d’une dizaine d’heures et que finalement très peu de joueurs termineront, le découpage en épisodes leur a permis de maîtriser la narration et d'avoir le contrôle sur le rythme. D'un point de vue créatif, cela les a poussés à développer les caractères des personnages du jeu. Enfin, au niveau de la direction artistique, les créateurs souhaitaient « faire quelque chose de plus impressionniste que réaliste » et trouver une certaine cohérence avec l’histoire. En plus de graphismes plutôt minimalistes, dans les tons pastel et loin de tout photoréalisme, les développeurs ont accordé une grande importance à la bande originale. Une série de titres exclusifs signés Syd Matters côtoient des morceaux d’artistes connus comme Alt-J, Local Natives ou Foals. « Cela nous a permis de donner une cohérence à l’univers du jeu », affirment les développeurs.

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Pendant le développement de Life is Strange, une petite cinquantaine personnes travaillait sur le jeu. Mais aujourd'hui, malgré le succès critique et commercial de la première saison, force est de constater que, lors de notre visite, personne ne semblait travailler sur la suite. La cabine où les acteurs enregistraient les voix des personnages était vide. Nous avons eu beau laisser traîner nos yeux sur les quelques écrans allumés, aucun nouveau personnage ou décor à l'horizon. Dans les couloirs, on évoque à demi-mot une saison 2 ou encore un portage sur smartphone et tablette de la saison 1, mais ce ne sera visiblement pas pour tout de suite. Pour l'instant, à quelques portes de là, dans un grand open space, une petite centaine de développeurs, graphistes et designers s’activent sur un tout autre projet, le très secret Vampyr. Tout au plus, nous savons que cet Action-RPG se déroulera au cœur de Londres en 1918 et que la narration occupera une place importante, nous a promis le patron du studio Oskar Guibert. La sortie est prévue pour 2017.

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

Présentation de l'édition limitée du jeu

L’étudiante en photographie Maxine Claufield rentre dans sa ville natale d’Arcadia Bay après cinq ans d’absence. Alors qu’elle renoue des liens avec sa meilleure amie de l’époque, Chloé Price, des phénomènes étranges apparaissent dans cette petite ville d’Oregon. Max se découvre un don particulier : elle peut remonter dans le temps et prédire l’avenir. L’adolescente essaie de maîtriser ses pouvoirs surnaturels mais elle comprend rapidement que changer le passé peut être lourd de conséquences. Life is Strange aborde des sujets importants comme la drogue, le harcèlement en ligne ou le suicide, en impliquant émotionnellement le joueur dans ses choix. Après avoir passionné plus d’un million de joueur en 2015, le jeu débarque enfin dans les rayons. Cette édition limitée, disponible pour 35 € sur PS4, Xbox One et PC, comprend les cinq épisodes de la saison 1, mais aussi quelques bonus comme la très jolie bande originale du jeu sur un CD, les commentaires des développeurs et un artbook d’une trentaine de pages. Un beau cadeau pour les fans et un must-have pour ceux qui n’y ont pas encore joué.

Life is strange, dontnod, jeu video, square enix, remember me

life is strange,dontnod,jeu video,square enix,remember me

15/10/2015

Comment j’ai gagné le casque de The Martian / Seul sur Mars

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

Après « Comment j’ai rencontré Phoenix » et « Comment j’ai déniché un art toy ultra collector dans un marché aux puces », la série des « Comment j’ai… » se poursuit avec aujourd'hui « Comment j’ai gagné le casque d’astronaute du film The Martian / Seul sur Mars ».

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

 Il y a un peu plus de trois ans, il m’arrivait d’aller jusqu’à cinq fois au cinéma par semaine. A l'époque, j’habitais à Bruxelles, j’étais célibataire et j’avais le pass UGC Unlimited. Mais les temps changent et pour plein de raisons différentes, je fréquente de moins en moins les salles obscures. Mais la semaine dernière, Aurélie et moi étions tombés d’accord pour aller voir Seul sur Mars. Et on n’a pas été déçu. À la sortie de la salle, on était également tous les deux d’accord pour dire que la combinaison d’astronautes portée sur Mars était vraiment trop stylée.

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

Le lendemain, on glande tranquillement à la maison quand je tombe sur un tweet sponsorisé de Belgique pour remporter une réplique du casque du film. Un retweet suffisait et comme il n’y avait qu’une centaine de participants, j’ai tenté ma chance, tout en transférant le message à Aurélie et en pensant que ce serait tellement cool de gagner ce concours. Lundi, je reprends le travail et je suis trop occupé pour penser au concours. Quand peu après 16h, une notification Twitter m’apprend que je fais partie des deux gagnants pour la Belgique !

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

Trois jours plus tard, un coursier est venu m’apporter sur pièce collector. Je ne sais pas combien de répliques ont été fabriquées mais le mien porte le numéro 204. Après quelques recherches sur Internet j’ai découvert que quelques-uns étaient à gagner aux USA et lors d’avant-première en France. Le casque est exposé sur un grand socle noir The Martian avec son numéro de fabrication. Il est protégé par un énorme caisson transparent. Mais on peut tout à fait le prendre et le porter ! Bon c’est pas hyper confortable et il est plutôt fragile, mais ça fait quand même son petit effet. Un site américain qui permettait de le remporter annonce une valeur de 999 dollars. Bon j’y crois pas trop et je ne compte absolument pas m’en séparer, mais une chose est sûre, c’est une pièce de collection rare que tous les cinéphiles et les geeks apprécieront d’avoir dans leur salon !  

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie

the martian, Seul sur mars, casque, combinaison, concours, helmet, réplique, film, movie